Centrale nucléaire de Cruas: l’interwiew du CRILAN

Le 11 novembre un tremblement de terre a touché la région autour de CRUAS en Ardèche. la Centrale Nucléaire n’aurait semble-t-il pas été touchée…

Ci dessous le fichier audio de l’interview d’André Jacques en direct par France Info le 12 novembre.

AUDIO-2019-11-12-22-14-18

Nouvelles-questions-surete-centrales-nucleaires, l’article de Mediapart en réference au rapport de Madame Kotting.

Soirée dédicace le jeudi 21 novembre à Cherbourg avec Michel Lebonnois auteur de la nouvelle «Coupés du Monde »

Une fiction bientôt rattrapée par la réalité: une carte de la montée des eaux pour 2050. ( source: https://coastal.climatecentral.org/map/10/-1.5123/49.3105/?theme=sea_level_rise&map_type=coastal_dem_comparison&elevation_model=coastal_dem&forecast_year=2050&pathway=rcp85&percentile=p95&return_level=return_level_1&slr_model=kopp_2014
)
La Centrale de Flamanville et Dielette entourés par les eaux….

L’agenda du CRILAN pour Novembre 2019

Interview du CRILAN  samedi 2 novembre à  partir de 17 h 45 sur France 5 dans l’émission C’est dans l’air !

Un point suite au rapport Folz sur l’EPR

Ciné débat le  dimanche 10 novembre à 20 h au Cinema Odéon: « Tchernobyl le monde d’après «  avec la participation de Yves Lenoir

Flyer et dépliant disponibles dans l’article précédent

Deux rencontres vous sont également proposées en novembre

Une réunion  PPI  le 19  novembre  à 20 h à Saint Pierre Eglise ( information à suivre)

Une soirée dédicace  le 21 novembre à Cherbourg avec Michel Lebonnois auteur de la nouvelle  «Coupés du Monde » (Précisions à suivre)

EPR : toujours plus loin dans la fuite en avant..

   

Communiqué de Presse CRILAN du 10 Octobre 2019. Aujourdhui à l’occasion de l’Assemblée Générale de la CLI de Flamanville au cours de laquelle un point complet était fait sur le chantier de l’EPR, le CRILAN a demandé une nouvelle fois l’arrêt de ce chantier catastrophique.

Après le béton, la cuve, le fond, le couvercle, les soudures défectueuses, voici le pressuriseur et les 4 générateurs de vapeur qui s’invitent dans la longue liste des non-conformités de ce réacteur.

Tous ces éléments concernent le circuit primaire et le circuit secondaire principal: il en va de la sureté de l’installation et de la sécurité de la population.

Plus grave encore, alors que les solutions pour réparer les soudures et d’autres éléments sont encore à l’étude, on ose parler d’essais à chaud et de chargement du combustible.

Il n’est pas possible de prendre le Cotentin et le Nord-Ouest du Pays en otage avec cette bombe nucléaire en puissance, alors que tant de questions restent posées.

Le CRILAN demande expressément l’arrêt immédiat de ce chantier catastrophique dont le coût est désormais estimé à presque 13 milliards d’euros, (3,3 à l’origine).

EDF reconnait « des écarts » de fabrication sur les GV et le pressuriseur de l’EPR de Flamanville

Après la cuve, le couvercle, les soudures … voici les 4 générateurs de vapeur et le préssuriseur..

Point sur l’écart relatif au référentiel technique de fabrication de composants de réacteurs nucléaires par Framatome

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/nucleaire/non-qualites-et-ecarts-de-fabrication/point-sur-l-ecart-relatif-au-referentiel-technique-de-fabrication-de-composants-de-reacteurs-nucleaires-par-framatome

« Ces pièces conçues par Framatome pourraient ne pas avoir été fabriquées correctement, les procédures prévues n’ont pas été respectées lors d’opérations réalisées sur certaines soudures de générateurs de vapeur.

Ce possible défaut de fabrication concerne des matériels en service ainsi que des matériels neufs qui ne sont pas encore en service ou installés sur un site. EDF n’a pas précisé quels sites étaient affectés. Mais cela ne concerne pas l’ensemble de son parc de 58 réacteurs, car l’électricien ne se fournit pas exclusivement chez Framatome pour ses générateurs de vapeur. Certains proviennent aussi de l’américain Westinghouse ou du japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI). 

Pour mémoire, le changement des générateurs de vapeur du CNPE de Flamanville ( 1 et 2) est prévu en 2021 et 2022. Vous avez 4 générateurs de vapeur par réacteur à Flamanville, soit au total 12 générateurs de vapeur ( 8 pour Flamanville 1&2 et 4 pour l’EPR).

Les générateurs de vapeur sont d’énormes pièces qui servent d’échangeur thermique entre l’eau du circuit primaire et l’eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine qui produit l’électricité dans une centrale nucléaire.

Vous trouverez en pièces jointes quelques images et schémas de générateurs de vapeur. Un générateur de vapeur (GV) est un cylindre d’une vingtaine de mètres de hauteur, renfermant 3 000 à 6 000 tubes suivant les modelés, en forme de U inversé. Les tubes ont un diamètre de 2 cm environ, et montent dans le cylindre jusqu’à 10 m. »

Emmanuel Lunel, Clis de la Manche le 11 09 2019

Le document de l’IRSN:

L’agenda du CRILAN

Mardi 24 septembre 2019 (18h30) Salle des fêtes, place centrale à Cherbourg , réunion publique sur la distribution des comprimés d’iode. Cette réunion est liée à l’élargissement du PPI de la Centrale de Flamanville à 20 km, les associations demandant son extension à tout le Cotentin. Information : http://www.distribution-iode.com/

Bien sûr, cette pétition peut être signée par les personnes extérieures au Cotentin

Jeudi 26 septembre 2019 Réunion des associations antinucléaires et critiques CRILAN, ACRO, Greenpeace, CREPAN FNE sur les déchets nucléaires suite au débat public PNGMDR et à l’occasion des 50 ans du CSM. Salle Montecot Octeville ( Bourg) 20H

http://crilan.fr/wp-content/uploads/2019/09/conférence-50-ansCSMV3.pdf

La Hague ou les entreposages à perpétuité ?

Avis dans le cadre de l’Enquête publique sur la construction d’une nouvelle unité d’entreposage des déchets nucléaires ultimes de haute activité à vie longue sur l ‘INB 116 d’ Orano – La Hague. CRILAN, CREPAN-FNE, EELV Manche, EELV élus CAC et Région Normandie. Le 8 juillet 2019

Toujours plus d’espaces pour l’entreposage ?

La demande de construction d’une nouvelle unité d’entreposage des déchets nucléaires sur l ‘INB 116 d’ Orano- La Hague pose les questions suivantes :

1-Les capacités d’entreposage seraient atteintes en 2024, alors que l’option CIGEO à Bure ne serait au mieux opérationnelle qu ‘en 2030. Cela illustre l’impasse dans laquelle l’industrie nucléaire s’ est – elle même mise. Notons que tout est pensé comme si le stockage géologique profond était déjà décidé, alors qu’il fait l’objet d’une controverse et que le débat national sur les déchets et matières nucléaires n’est toujours pas clos

2- Le manque de capacités actuelles de la Hague résulte en grande partie du non-retour pour des raisons politiques des déchets étrangers ( HAVL) de l’Allemagne et du Japon. L’assurance donnée que ces déchets seront restitués, cache bien mal, un entreposage permanent qui s’apparente à du stockage.

Pour notre part, l’option du non retraitement avec stockage à sec en sub-surface sur les lieux de production est la meilleure solution en attendant mieux pour gérer les combustibles usés tout en constatant une accumulation démesurée de déchets nucléaires

Retraitement ou non des combustibles usés ?

Malgré le côté théoriquement satisfaisant de l’idée du retraitement, nous ne pouvons pas partager ce choix qui doit être resitué dans son contexte économique, écologique et politique.

Le retraitement isole le plutonium, dissémine des radioéléments dans l’air et la mer en contradiction avec la Convention OSPAR ; il fragilise la sécurité de tous dans un climat international tourmenté.

Le récent rapport de la Cour des comptes, rapporté par l’AFP le 4 juillet dernier insiste sur la nécessité d’« anticiper davantage les capacités de stockage », il relève également que les choix financiers actuels ne tiennent pas suffisamment compte des durées presque infinies des conséquences des choix nucléaires. Les provisions comptables indispensables à la sécurité de tous sont réputées insuffisantes.

Le nucléaire est devenu une activité ruineuse et dépassée.

Les déboires industriels de l’EPR sont malheureusement le signe indiscutable de l’aspect obsolète de la production d’électricité d’origine nucléaire. En aval la gestion des combustibles usés et l’accumulation des déchets nucléaires comme au CSM Andra démontrent une incapacité générale à assumer les responsabilités de la filière au-delà des entreposages à perpétuité.

Convaincus que la décision de l’arrêt du retraitement devait l’emporter suite au débat national PNGMDR qui s’achève le 25 septembre 2019, la construction d’une nouvelle unité d’entreposage à la Hague deviendra de facto inutile. C’est cette solution que nous préconisons.

En conclusion nous affirmons notre opposition au retraitement des déchets tel qu’il est proposé, la moins mauvaise solution étant d’abord d’entreposer les combustibles usés résultant de l’activité actuelle.

Nous émettons donc un avis négatif sur l’extension des capac ités d’entreposage HAVL de l’INB 116 à l’usine Orano de la Hague

La meilleure façon de gérer les déchets ultimes est d’éviter de les produire. Pour cette raison il faut sortir le plus vite possible du nucléaire :

• En ne démarrant plus aucun réacteur

. En cessant le retraitement qui dissémine des radioéléments, concentre les produits de fission et isole le plutonium dont on ne sait que faire.

Pour nous, associations antinucléaires membres des CLIs de la Manche, il est plus que temps de tourner le dos au nucléaire et de faire d’autres choix énergétiques pour la France.

Signé : CRILAN, CREPAN-FNE, EELV Manche, EELV Elus CAC et Région Normandie

PPI Cotentin: les associations antinucléaires s’adressent aux élus de la CAC

Jeudi 27 juin avant la séance du Conseil d’agglomération du Cotentin , le CRILAN , CREPAN FNE et Greenpeace ont distribué un document à l’attention des élus de la CAC afin de les sensibiliser sur une cohérence territoriale en matière de prévention du risque nucléaire.

Il s’agit de créer un seul et unique plan particulier d’intervention ( PPI ) pour les installations nucléaires du Cotentin .

Marie Francois Lebonnois élue écologiste à la CAC a présenté aux élus les grandes lignes de ce projet qui vise une cohérence territoriale des PPI .

Dans sa réponse le Président de la CAC s’est montré favorable à cette idée qu’il entend relayer près de la Préfecture.

Cette action coordonnée des associations est le fruit du travail engagé depuis novembre 2018 au regard des actions visant a sensibiliser les élus et les citoyens (pétition en ligne) vis à vis du risque nucléaire et de l’EPR en particulier.

Bernard Laponche, physicien nucléaire et l’EPR

Stéphane Dépinoy recevait Bernard Laponche, physicien nucléaire et ancien membre du Commissariat à l’énergie atomique. Suite au feuilleton de l’EPR de Flamanville, quelles sont les perspectives d’avenir? France Info 1 juillet 2019

3 juillet 2019 : Audience en Conseil d’Etat contre l’autorisation de la cuve de l’EPR

« Une autorisation que contestent toujours le Réseau « Sortir du nucléaire », Greenpeace France, le CRILAN et STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs qui ont déposé un recours devant le Conseil d’État pour faire annuler l’avis puis l’autorisation donnés par l’ASN ».

Le Conseil d’ Etat validera-t-il cette autorisation inconcevable , comme il a validé les autres éléments de ce réacteur dangereux et couteux. ? Affaire à suivre …

Pour mémoire notre CP du 28 novembre 2018

En Normandie, les déchets nucléaires en débat

Consultation. Le premier débat public sur les matières et déchets radioactifs débute mercredi dans notre région, une des plus nucléarisée. Joce HUEParis Normandie 20 04 2019

Image

Avec 58 réacteurs en activité et autant d’années de programme nucléaire au compteur, la France a produit – et continue de le faire – beaucoup de déchets nucléaires. La Normandie possède déjà trois sites de production et des installations majeures (un site de traitement-recyclage unique et un centre de stockage à La Hague et une usine de construction de sous-marins nucléaires à Cherbourg notamment). Elle pourrait bien devenir la région la plus nucléarisée de France – donc du monde – avec la possible construction de deux nouveaux réacteurs type EPR à Penly,en plus de celui de Flamanville toujours en construction. La gestion des déchets de la filière fait donc l’objet d’un débat au nom peu grand public : le « Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs », dit PNGMDR, se terminera en septembre prochain. Nelly Tocqueville, la sénatrice socialiste de Seine-Maritime membre de la Commission locale d’information nucléaire Paluel-PenlyClin76), pense que ce «débat doit permettre de se creuser la tête, poser les bases d’une réflexion sur une énergie alternative, anticiper des solutions, changer les comportements. Il portera notamment sur l’entreposage – couches profondes ou superficielles? Les avis divergent – de ces déchets radioactifs.»

Michel Badré, membre de la Commission nationale du débat public (CNDP) en charge de ce débat, voit, outre les impacts sur la santé, trois sujets majeurs qui devraient y être évoqués : «En premier lieu, l’orientation générale concernant le recyclage. C’est un gros sujet, surtout en Normandie. Faut-il continuer à faire du MOX ? Faire un pari sur l’avenir avec l’orientation «multirecyclage», sachant que pour l’instant on ne fait rien du MOX usé? Ou bien s’orienter vers autre chose? Et puis nous devrions parler de démantèlement des centrales, dont beaucoup sont en fin de vie, ce qui génère énormément de déchets.»

Le sujet des « seuil de libération » sera aussi un gros morceau. L’introduction de ces seuils pour certains types de déchets de très faible activité (TFA) au volume important permettrait de les soustraire du contrôle réglementaire.

Ces gravats et matériaux divers « déclassés » pourraient ainsi servir de remblais par exemple, évitant ainsi stockage complexe et coûteux. «Nous sommes à ma connaissance le seul pays à considérer qu’un déchet se caractérise par l’endroit d’où il vient. Il y a d’ailleurs une séance spéciale prévue sur ce qui caractérise un déchet ou une matière recyclable. Ce n’est pas qu’une question de vocabulaire et c’est un sujet sensible entre les industriels et les associations», détaille le polytechnicien.

Enfin, «le sujet ultrasensible concernera le stockage souterrain Cigéo à Bure (Meuse), pour lequel le débat de 2013 s’était très mal passé».Espérons que celui-ci sera plus productif.

Calendrier régional: «Déchets radioactifs: que léguerons-nous à nos enfants?»

à Caen mercredi 24 avril à 18h30 au Centre de Congrès.

Puis Cherbourg le 11juin

et Rouen le 4juillet.

Une « fuite en avant » 
ou une « filière maîtrisée » ?

Où en est-on de la gestion des déchets nucléaire et de leur stockage?

Guillaume Blavette: « Le credo, c’est toujours plus de nucléaire, et ce n’est qu’après qu’on demande à la collectivité de gérer les déchets. De plus, on se heurte au secret industriel et au secret-défense. On a actuellement plus d’un million et demi de m3 de déchets nucléaires sur les bras. On pourrait en faire un escalier de la terre à la lune ! Ces substances, pour certaines considérées comme « valorisables » en droit français, posent d’énormes problèmes radiologiques et chimiques. Quant au stockage, nous arrivons à saturation et tout le monde s’accorde sur le fait qu’il faudra de nouveaux sites avant 2030. 

»Jean-Marc Ligney: « Rappelons que tout est relatif : un gramme de plutonium produit autant d’énergie qu’une tonne de pétrole. La filière du retraitement est maîtrisée en France. Traiter ces déchets est une responsabilité sociétale et environnementale. En plus, 10 % de l’électricité produite en France vient du recyclage. Nous pourrions même monter à 20 %. L’usine de La Hague, unique au monde, a traité 35 000 tonnes depuis sa création en 1964. Nous avons encore plus de dix ans de stockage devant nous. Orano est le premier site industriel de Normandie avec 4 000 employés et 1 500 sous-traitants. 

»Quelles sont les voies envisagées?G.B. : « EDF a deux projets inquiétants : le « moxage » des réacteurs de 1 300 W, c’est-à-dire intégrer le plutonium dans le combustible en espérant qu’il soit détruit. Cela permettrait seulement de réduire la radioactivité sur des volumes extrêmement faibles. On est très loin des 600 piscines olympiques à traiter. Et puis l’instauration d’un seuil de libération (des matériaux qui pourraient être injectés dans l’industrie classique). Certaines instances y sont favorables, d’autres pas, tout comme nous, car leur traçabilité ne serait alors plus assurée. Et puis l’État réfléchit aussi aujourd’hui à l’arrêt du retraitement. On se contenterait de stocker comme les Américains, ce qui mettrait notamment au chômage technique 4 000 employés dans le Cotentin. »

J-M. L. : « La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a maintenu le recyclage jusqu’en 2040. Nous sommes les seuls acteurs dans le traitement du combustible usé. EDF nous demande certes d’être de plus en plus compétitifs, mais l’accord qui nous lie à l’entreprise court aussi jusqu’à cette date. »

Quels vont être les principaux enjeux du débat qui s’ouvre?

G.B. : « Il faudra de la transparence. Par exemple, avoir toujours les mêmes mesures pour une bonne compréhension des enjeux pour tous de ce débat national. Et puis convaincre le plus grand nombre de l’absolue nécessité d’une décroissance de cette industrie aux nombreuses externalités négatives et où il n’y a plus de pilote dans l’avion. »

J-M. L. : « En premier lieu qu’on perpétue le recyclage, ce modèle français qui intéresse fortement la Chine. C’est pourquoi nous avons réalisé 300 millions d’euros d’investissements sur le site l’année dernière, sans compter les 700 millions d’euros pour remplacer les évaporateurs NCPF, une nouvelle unité qui sera prête d’ici deux à trois ans. Et notre futur est rose : on recrute 900 CDI cette année. »

Corinne Lepage et l’ EPR de Flamanville: d’un hors droit à un hors-jeu

Corinne Lepage revient sur les deux dernières décisions du Conseil d’Etat relatives au DAC de Flamanville, suite à deux recours engagés par le CRILAN et d’autres associations. Elle pointe les faiblesses de ces deux arrêts.

Malgré deux arrêts fort bienveillants (c’est un euphémisme) rendus par le Conseil d’État pour valider les décisions prises par l’Etat de prolonger, de toute force, la validité de l’autorisation initiale de la centrale de Flamanville, le droit pourrait bien rattraper enfin le fait et sanctionner un fiasco technique et financier inimaginable. Corinne Lepage, sur son blog 15 avril 2019

Le Conseil d’État aurait pu, à deux reprises, mettre un terme à une situation financièrement intenable, juridiquement très contestable et techniquement dangereuse.

La première occasion lui était fournie par la prorogation pour trois ans de la durée de validité du décret du 10 avril 2007 autorisant la création de l’EPR de Flamanville.

En effet, un décret en date du 23 mars 2017 avait porté de 10 à 13 ans le délai de mise en service de la centrale. Le recours porté devant le conseil d’État contre ce décret soutenait qu’une nouvelle autorisation était nécessaire compte tenu des modifications substantielles intervenues. L’article L. 593-14 du code de l’environnement précise en effet qu’une nouvelle autorisation est requise en cas de modification substantielle d’une iNB, de ses modalités d’exploitation autorisées ou des éléments ayant conduit à son autorisation. Dans cette première décision (Conseil d’État, 28 mars 2018, req n°410782), le conseil d’État, a jugé (dans sa plus petite formation–ce qui est une anomalie pour une affaire de cette importance) que les « les changements invoqués qui seraient intervenus  dans la conduite des travaux depuis l’autorisation de création de l’installation en cause s’agissant notamment du combustible qu’il est prévu d’utiliser, du coût du projet, de la demande énergétique et des conditions générales de sécurité ainsi que des anomalies découvertes dans la composition de l’acier utilisé pour certaines parties de la cuve du réacteur soient de nature à constituer une modification substantielle de l’installation. » Cette formulation appelle plus qu’à la réflexion quand on sait les malversations intervenues dans la fabrication de l’acier, les très grandes réserves de l’autorité de sûreté nucléaire, contrainte en octobre 2017 de ne pas bloquer le processus à la condition d’un changement de couvercle du réacteur en 2024, les nombreuses transformations intervenues sur un projet passé de 3 à 11 milliards, bloqué à plusieurs reprises notamment en raison des faiblesses du béton avant même que ne soit en cause le réacteur lui-même. Le Conseil d’État aurait pu a minima annuler le décret en ce qu’il ne prévoyait pas de de prescriptions particulières comme le permet l’alinéa 2 de l’article L. 593-14. Il ne l’a pas fait et a couvert cette prolongation sans condition, prenant ainsi une part de la responsabilité du fiasco inéluctable vers lequel nous allons.

Errare humanum est, perseverare diabolicum. 

Une seconde décision était rendue le 11 avril 2019, au moment même où par un hasard de calendrier plein d’humour, l’IRSN et le groupement d’experts conduisaient l’autorité de sûreté nucléaire à confirmer que huit soudures situées à l’intérieur du bâtiment réacteur entre deux enceintes de confinement n’étaient pas conformes aux exigences de sûreté. Dans cette seconde décision, rendue toujours en formation minimaliste, Le conseil d’État rejetait une requête tendant à voir abroger le décret du 10 avril 2007 (Conseil d’État, 11 avril 2019, req n°413548). Dans cette deuxième affaire, dans laquelle les associations demandaient au Conseil d’État d’abroger l’autorisation donnée par le décret du 10 avril 2007 au motif que les conditions fixées par l’article L. 593-7 du code de l’environnement n’étaient plus remplies tant en ce qui concerne les capacités techniques et financières de l’exploitant qu’en ce qui concerne la protection des intérêts en cause, le conseil d’État a rejeté la requête.

Une fois de plus, il a considéré que les anomalies techniques, liées notamment à la construction du radier, à la fabrication du liner de l’enceinte de confinement, les anomalies décelées dans la composition de l’acier ne remettaient pas en cause les conditions initiales de l’autorisation. On peut sans doute considérer que chacune des anomalies pourrait être insuffisantes mais c’est le cumul des anomalies qui remet en cause l’autorisation. Le conseil d’État ne l’a pas entendu ainsi et de surcroît a considéré « que la situation financière d’EDF dont l’endettement financier net est évaluée à 33 milliards d’euros 31 décembre 2017 de caractériser par une incapacité de l’exploitant mener à bien son projet ». Et pourtant, où sont les capacités financières d’un établissement endetté à ce point si ce n’est dans la subvention de l’État laquelle est désormais bloquée par l’union européenne au titre des aides d’État. Cette situation est également à l’origine de la hausse exponentielle du prix de l’électricité à laquelle l’État ne peut plus renoncer.

Malgré ces contorsions juridiques destinées à sauver une autorisation qui aurait dû être abrogée éventuellement totalement refaite, la cavalerie est en train de rattraper le soldat EPR.

En effet, et tout d’abord la prolongation de la validité de l’autorisation n’a été faite que jusqu’en mars 2020 c’est-à-dire dans 10 mois. Si, l’État voulait une fois encore prolonger cette validité, la situation juridique serait beaucoup plus délicate que la première fois et les dispositions de la directive 2014/87 Euratom du conseil du 8 juillet 2014 pourraient empêcher ce tour de passe-passe.

De plus et surtout, la question des huit soudures non conformes dont la réparation a été exigée à l’unanimité par le groupe permanent d’experts sur les équipements sous pression nucléaire, repoussera de 2 ans au moins la mise en service de Flamanville 3. Ce délai avancé par EDF paraît très optimiste aux spécialistes du secteur. Il renvoie de toute façon en 2021 la mise en service virtuelle du réacteur EPR

Or, ces huit soudures se trouvent dans une partie difficile d’accès qui, d’après Yves Marignac, directeur de Wise Paris, ouvre une alternative aussi catastrophique pour EDF dans l’une de ses branches que dans l’autre. La première est de casser les enceintes et de sortir l’élément traversant, de refaire les soudures et de replacer cet élément. On imagine les risques, les coûts et les exigences de sûreté correspondantes. La seconde est de faire les soudures sur place ce qui est extrêmement difficile sur le plan technique et nécessite « des études des qualifications de procéder des essais sur maquette grandeur nature parce qu’il ne faudra pas que les opérateurs se loupaient détaillant les éléments irremplaçables » (Y Marignac). En toute logique, il faudrait prendre acte aujourd’hui de cette situation et arrêter les frais qui s’élèvent déjà à 11 milliards d’euros. Continuer va avoir un coût astronomique pour un réacteur qui peut-être ne démarrera jamais.

Mais, il n’y a pas de rationalité dans la gestion du nucléaire français.

Pour mettre en place une solution technique, et partant juridique, Il faut bien comprendre que ce qui est en cause est le principe même de base de l’autorisation de création à savoir des tuyauteries, qu’il s’agisse des générateurs de vapeur des turbines et de manière générale de tout l’acier qui vise « l’exclusion de rupture ». Cela signifie que les pièces ne peuvent pas rompre mais, il semblerait que les sous-traitants n’aient pas été informés de ce principe d’exclusion de rupture. En 2017, l’ASN était informée par EDF que 66 soudures ne remplissaient pas les critères de « haute qualité » et parfois même les critères standards. Pour Monsieur Charles, directeur général adjoint de l’IRSN : « le niveau de qualité n’est pas là. On n’a pas un haut niveau de confiance dans ce qui a été fait. On parle de sûreté nucléaire il n’y a pas d’autre possibilité que de tout remettre en conformité ». (Voir Reporterre 12 avril 2019).

Ainsi, dans un cas comme dans l’autre, et en appliquant la jurisprudence très bienveillante du Conseil d’État sus rappelée, l’État ne pourra faire l’économie d’une nouvelle autorisation. Il y a bien en effet une modification substantielle de l’installation du fait de la modification des conditions générales de sûreté ou a minima des modifications notables au sens de l’article L. 593-15 justifiant une nouvelle autorisation. Or, une nouvelle autorisation serait soumise aux dispositions de l’article 8 bis de la directive 2014/87/Euratom du conseil du 8 juillet 2014 sur la sécurité nucléaire qui ne permet pas la délivrance d’une autorisation pour un réacteur ne permettant pas « d’éviter les rejets radioactifs de grande ampleur qui imposerait des mesures de protection qui ne pourrait pas être limitée dans l’espace et dans le temps. »

Il va de soi que la délivrance d’une nouvelle autorisation qui serait sollicitée sur la base d’un nouveau dossier, d’une procédure d’enquête publique remettrait une mise en service, à supposer qu’elle soit possible sur le plan technique, bien au-delà de 2021. Et c’est donc tout l’édifice qui est susceptible de s’effondrer puisque le lancement de nouveaux EPR est subordonné à la mise en service de Flamanville et devrait se faire, dans l’esprit de « nos grands stratèges », dinosaures du monde énergétique aujourd’hui converti au renouvelable, en 2021 après la mise en service de Flamanville.

Quant au Flamanville britannique, Hinckley Point, qui a déjà commencé à prendre du retard en se plaçant ainsi sur les pas de son grand frère, qui est déjà menacé en cas de Brexit en raison du départ la Grande-Bretagne d’Euratom, il ne survivrait sans doute pas à un retard supplémentaire de trois ou quatre ans d’une mise en service de Flamanville, en l’état hypothétique.

Cette histoire a une morale. On peut tordre le bras du droit… On peut contourner dans un pays comme la France, car ce n’est pas vrai partout dans le monde-des dysfonctionnements techniques graves… On peut multiplier par quatre le coût d’un investissement finalement payé par le contribuable… On peut même être dans le déni d’un fiasco technologique en essayant de le faire passer pour une prouesse industrielle.

Mais le jour où la machine se bloque, où le droit ne peut plus être contourné, ou l’accumulation des faiblesses techniques ne paraissent plus pouvoir être couvertes, c’est tout le système qui explose. Il n’y a pas de demi-mesure. C’est bien cela quoi nous pourrions assister pour le plus grand malheur des contribuables français dans les années qui viennent. Mais, à tout le moins, on peut préférer un Crédit Lyonnais à la puissance X, à un accident nucléaire majeur.

Corinne LEPAGE

Avocate à la Cour

Huglo Lepage Avocats

www.huglo-lepage.com/2019/04/15/flash-actu-hla-flamanville-dun-hors-droit-a-un-hors-jeu/

Opération « Chinon-Flamanville » et réunion publique « PPI Flamanville » à Valognes le 27/03

Dans le cadre de l’action CANO « Alerte aux transports de combustible » de Chinon à Flamanville, 2 actions sont organisées pour le 27/03:

  • (faux) blocage du (faux) convoi. RDV sur la place du château de Valognes à partir de 13h pour action vers 14h (fin prévue 15h)
  • réunion publique « PPI Flamanville » destinée à informer le public de Valognes et des environs sur les impacts que peuvent avoir un accident à Flamanville . Réunion organisée par le CRILAN, l’ACRO, le CREPAN-FNE, Greenpeace

« Dress code » (si possible) pour 14h : combinaison de peinture blanche (il y en aura sur place)

Voici les documents pour diffusion et mobilisation:

Atomik Tour – Cherbourg du 17 au 19 février

La caravane de l’Atomik Tour passe par Cherbourg du 17 au 19 février. Le Cotentin et son cortège d’installations nucléaires civiles et militaires était évidemment une étape obligée. Le CRILAN a coordonné le programme local. 

L’ATOMIK Tour, le CRILAN, l’ACRO et le CREPAN FNE s’associent pour offrir ainsi la possibilité aux habitants du Cotentin de discuter de la France nucléaire en rencontrant des militants de Bure victimes de la répression policière et de l’acharnement judiciaire. 

PPI de la Centrale de Flamanville: la préfecture présente son plan à la CLI de Flamanville

PPI de la Centrale de Flamanville: un plan lacunaire et une ligne de démarcation nucléaire qui interroge.
Photo avant la réunion avec la Prefecture organisée au Pieux à la demande des associations antinucléaires et critiques à l’attention des membres de la CLI de Flamanville. 
Cette réunion non ouverte à la Presse a été suivie par les associations et des des experts mais pas par les nombreux ELUS ( sauf 2) ..de la CLI …
Quatre réunions publiques seront organisées par la Prefecture dans le Nord Cotentin d’ici mars..
Comme quoi le CRILAN, Greenpeace et ACRO ont bien fait d’insister!! 
A la population de s’emparer de ces moments de réunion et de la consultation publique en cours des mairies du périmètre des 20km autour de Flamanville jusqu’au 21 décembre

Notre Communiqué de presse:

Communiqué de Presse

CRILAN- CLI Flamanville 10 Décembre 2018

Des travaux du Livre Blanc au nouveau PPI de la Centrale de Flamanville

Au vu de ce que nous avons appris au cours de plus de 20 réunions sur le Livre Blanc sur les Installations nucléaires du Cotentin, et à la lecture du document PPI, l’organisation préventive des secours en cas d’accident nucléaire est purement administrative, lacunaire et anxiogène.

  • Le système d’alerte par radio, TV, téléphonie portable est lacunaire
  • Les moyens de secours supposés reposent sur les maires et les enseignants : PCS (plans communaux de sauvegarde), PPMS (plans de prévention et de mise en sécurité des enfants des écoles),
  • La distribution des comprimés d’iode stable démontre une organisation incompréhensible et peu susceptible d’atteindre l’efficacité recherchée.
  • L’organisation de la chaîne de décision se révèle très administrative, probablement militaire et centralisée à Saint Lo.

Une ligne de démarcation nucléaire

A la lecture du projet de PPI de Flamanville l’impression d’être administré prévaut avec une ligne de démarcation qui coupe le Cotentin du reste de la Manche. De « ligne d’arrêt hermétique » cette ligne est devenue pudiquement une « ligne d’accueil et d’information » anxiogène.

Il a fallu l’insistance des associations environnementales antinucléaires et critiques pour que la Préfecture vienne détailler ce PPI devant la CLI de Flamanville.

Même si une consultation publique est organisée dans les mairies du périmètre de 20 Km et en sous-préfecture, aucun débat public n’est prévu contrairement à ce que nous pourrions attendre.

Nous le déplorons et continuons à exiger un large débat public large incluant l’ensemble des populations impactées, soit l’ensemble des habitants de la Manche.

Vraiment, rien ne justifie d’exposer la population du Cotentin aux risques potentiels des 3 réacteurs de Flamanville, qui plus est près d’un EPR dont on connaît les non conformités et censé fonctionner pendant 60 ans.

Conférence de presse : un nouveau recours contre la mise en service de la cuve de l’EPR

Maire Frachisse du RSDN, André Jacques du Crilan et Laura Monnier de Greenpeace

Marie Frachisse du RSDN, André Jacques du Crilan et Laura Monnier de Greenpeace © Radio France – Frédérick Thiébot

Le 28 novembre 2018, le Réseau “Sortir du nucléaire“, Greenpeace France, le CRILAN et Stop EPR-Ni à Penly ni ailleurs ont déposé un recours devant le Conseil d’État pour faire annuler l’autorisation donnée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour mettre en service la cuve du réacteur EPR de Flamanville. Cette autorisation, ouvre la porte à un risque inacceptable pour les populations. Source RSDN 29 novembre 2018
Une autorisation qui n’aurait jamais dû être accordée

Dès 2005, l’ASN a alerté Areva NP (maintenant Framatome) et EDF des mauvaises pratiques qui régnaient à l’usine de Creusot Forges. Ignorant ces avertissements, Areva NP y a quand même fait fabriquer des éléments importants de la cuve destinée à l’EPR de Flamanville. Comme l’atteste la correspondance entre Areva et l’ASN, l’industriel a passé outre les remarques de cette dernière sur les processus de fabrication de cet équipement. Or, une fois la cuve irréversiblement installée dans le réacteur, Areva a averti l’ASN qu’elle comportait un défaut remettant en question sa solidité !

Après avoir qualifié cette anomalie de « très sérieuse », l’ASN a pourtant proposé à Areva d’introduire une demande de dérogation. Malgré les protestations de nombreux citoyens, l’Autorité de sûreté a finalement rendu un avis favorable à l’utilisation de cette cuve, puis, le 10 octobre 2018, délivré une autorisation sous réserve du changement du couvercle et de mesures de surveillance.

Pour nos associations, cette autorisation n’aurait jamais dû être délivrée. Du fait des mauvais procédés de fabrication, cette cuve ne remplit pas les caractéristiques de sûreté initialement exigées. La rupture de la cuve, qui aurait dû être « exclue », ne peut plus qu’être « prévenue » par des mesures de surveillance qui ne compenseront jamais ses défauts. Les marges de sûreté nécessaires pour faire face aux imprévus et au vieillissement d’un réacteur censé fonctionner 60 ans sont irrémédiablement entamées. Comment ne pas être inquiétés par les propos de Pierre-Franck Chevet (ancien Président de l’AN), qui affirmait le 30 novembre 2017 devant le Sénat : « Quand on fait les calculs, ça passe encore, pour faire simple, mais de manière relativement limite » ?

Une inquiétante logique dérogatoire au profit d’industriels délinquants

Sur le principe même, l’octroi de ce feu vert apparaît tout aussi inacceptable, alors même que l’ASN a été mise devant le fait accompli des mauvaises pratiques d’Areva, qui n’a pas tenu compte de ses avertissements. Il est scandaleux qu’un industriel puisse obtenir une dérogation à des règles auxquelles il a délibérément cherché à se soustraire – qui plus est sur la base de textes qui ne devraient pas s’appliquer ici.

L’ASN a-t-elle agi par complaisance envers EDF ? A-t-elle subi des pressions des milieux industriels, afin de ne pas menacer le sauvetage de la filière nucléaire ni la mise en service d’un réacteur présenté comme la clé de voûte de la relance du nucléaire français ? Bénéficiait-elle de moyens insuffisants pour pouvoir rester intransigeante et indépendante ?

Quoi qu’il en soit, cette autorisation n’aurait jamais dû être délivrée, dans la mesure où elle ouvre la voie à une dangereuse logique dérogatoire où l’ASN finira toujours par céder devant des exploitants qui la mettront devant le fait accompli. 

 

 

Téléchargez notre recours

PDF - 4.4 Mo

 

Autorisation cuve – Recours 28/11/18

CP recours autorisation cuve EPR_OK

Notre Communiqué de presse

https://www.sortirdunucleaire.org/Flamanville-recours-autorisation-cuve

Voir aussi: 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/les-anti-nucleaires-lancent-une-nouvelle-procedure-judiciaire-contre-l-epr-de-flamanville-1543425966

PPI de la centrale nucléaire de Flamanville: vers un Cotentin isolé?

La consultation publique sur le PPI de Flamanville a débuté le 26 novembre et va se poursuivre dans les mairies et sous-préfecture jusqu’au 21 décembre.  Le rayon du PPI va etre porté de 10 à 20 km. 

Le  CRILAN s’inquiète d’une carte de gendarmerie qui apparaît dans la consultation publique sur le futur PPI, plan particulier d’intervention, de la centrale nucléaire de Flamanville. On y voit un trait bleu qui traverse le Cotentin de Carentan au Havre de Saint-Germain-sur-Ay. Il s’agit d’une ligne dite « d’arrêt hermétique ». le CRILAN voudrait savoir à quoi cela correspond et se demande s’il s’agit d’une frontière destinée à isoler la population de la presqu’île du Cotentin en cas d’accident nucléaire.  Tout en déplorant l’absence de réunion publique, le CRILAN posera la question le 10 décembre lors de la réunion spéciale de la CLI qui recevra la Préfecture pour un exposé du PPI.

Quand la ligne d’arrêt hermétique devient « ligne d’accueil et d’information »

Un tour de passe passe pour ne pas désigner la ligne de démarcation nucléaire du Cotentin…

Source La Presse de la Manche du 4 12 18

Cliquer sur le lien ci dessous pour agrandir la carte

CartePrefEvacuationPM

 

EPR, PPI, Livre Blanc – L’urgence de réponses claires

Ni nucléaire, ni effet de serre!

L’exposition ASN IRSN au Pavillon des Energies du Dézert est une initiative intéressante du Conseil Départemental pour informer le public. Elle n’en reste pas moins une opération de communication qui ne saurait dédouaner ses promoteurs de leurs autres responsabilités.

Au moment où le Gouvernement retarde à 2035 la part de l’énergie nucléaire au niveau de 50 %, au moment où il tue dans l’œuf la filière hydrolienne de Cherbourg, au moment où l’on s’apprête à araser le barrage hydroélectrique de Vezins, le prétendu mix énergétique a beau jeu de masquer les vraies questions que posent les centrales nucléaires vieillissantes et l’EPR.

Dans la Manche, où l’on observe une des plus fortes concentrations d’installations nucléaires au monde (La Hague, le CSM, Flamanville, l’Arsenal), la population et les associations comme la nôtre sont confrontées à de nombreuses questions sans réponses. Les CLIs qui relèvent du Conseil Départemental devraient être le cadre des réponses et de l’anticipation.

Les vieux réacteurs de Flamanville trentenaires et arrivés en bout de course doivent être rafistolés pour pouvoir durer 10 ans, 20 ans ? Certaines pièces sont pourtant réputées défectueuses comme les générateurs de vapeur. Qui s’en émeut ?

A l’EPR dont le coût va atteindre les 11 milliards, ce sont la cuve, le couvercle et les soudures du circuit de vapeur dit secondaire principal qui sont impactés par des défauts alors que l’ASN émet régulièrement des réserves avant de devoir se satisfaire des réponses du Lobby Nucléaire. Et ce n’est pas le décret gouvernemental du 3 janvier 2016 qui autorise des dérogations sur l’aptitude au service d’un réacteur non conforme qui peut rassurer la population exposée à des risques incalculables, bien au contraire. L’affaire des soudures a amené le CRILAN à déposer plainte en juillet dernier à propos de ces soudures défectueuses du circuit de vapeur dit secondaire principal, élement de sûreté s’il en est. Cette plainte au pénal déposée près du Procureur de la République de Cherbourg en lien avec le Réseau Sortir du Nucléaire et Greenpeace porte aussi sur les responsabilités relatives aux infractions constatées. Cette affaire a rebondi mercedi 3 octobre sous la forme d’une information ASN sur la défaillance de la surveillance du chantier par EDF. Qui s’en emeut?

Au moment où le Préfet doit mettre en place un PPI de la Centrale de Flamanville élargi à 20 km, et face aux risques liés à un accident nucléaire, nous sommes en droit de nous demander quel sera le sort réservé aux populations dans ce périmètre et au-delà sous l’effet des vents : confinement ? évacuation ? exode sans retour ? Le besoin d’information du public est réel : quels rôles pour l’Etat, les collectivités locales et-ou l’Armée en cas d’accident ? Mais avant, quid de la distribution d’iode, des plans communaux de sauvegarde et des PPMS (propres aux écoles) potentiellement impactés par le PPI de Flamanville ?

Suite au voyage des CLIs à Fukushima en 2017 et au moment de la finalisation des compléments au Livre Blanc sur les installations nucléaires du Cotentin, le Conseil Départemental responsable des CLIs doit apporter et exiger des réponses aux questions des CLIs.

En conclusion, nous attendons une prise en compte sérieuse des sujets ci-dessus, des réponses claires et aussi des moyens humains à la hauteur des enjeux pour les CLIs.

Les représentants du CRILAN dans les CLIs de la Manche

MERCI POUR CET EPR-PASSOIRE

MERCI POUR CET EPR-PASSOIRE retrace l’histoire de l’EPR, pur produit AREVA imposé à EDF. Tête de gondole de l’industrie nucléaire française, l’EPR se voulait pérenniser et vendre l’électronucléaire francais. Résultat: incapable d’en construire et d’en faire fonctionner un seul en France, EDF qui est en quasi faillite en voudrait 6,10,20 !?.

En empêchant le développement des énergies renouvelables, le lobby nucléaire condamne notre pays à l’impasse énergétique.

Politiquement nous observons une même stratégie éléctro-nucléaire chez Sarkozy, Hollande et Macron. Même obstination aussi pour ces 3 présidents pour vendre des EPR en Inde en zone sismique.

Au travers de l’actualité récente, l’ouvrage détaille les derniers déboires et scandales de l’EPR dont le coût va atteindre les 11 milliards:

  • Défauts relatifs aux bétons et ferraillages
  • Cuve du réacteur non conforme rendue apte au service par décret gouvernemental du 30/12/2015, publié le 3/1/2016, (oui..oui.!)
  • Couvercle non conforme mais autorisé …
  • Soudures défecteuses sur le circuit de vapeur dit secondaire principal…

Tout ceci dans un contexte aggravant de falsification de documents de production à l’usine AREVA du Creusot..

A l’occasion de de la visite de F Hollande et de B Cazeneuve dans la Manche il est utile de lire attentivement le chapitre juridique de l’EPR.

Le 18 avril 2017, le CRILAN et 7 autres associations ont déposé un recours gracieux auprès du Premier Ministre Cazeneuve contre la prolongation de 3 ans du chantier EPR. Mais celui-ci est resté sourd à cet appel, obligeant les plaignants à porter l’affaire en Conseil d’Etat.

Le dernier paragraphe ouvre le dossier de plainte au pénal déposé par Sortir du Nucléaire, Greenpeace et le CRILAN en juillet dernier près du Procureur de la République de Cherbourg. Cette plainte porte sur les soudures défectueuses du circuit de vapeur dit secondaire principal, élément de sûreté s’il en est. Elle porte aussi sur les responsabilités relatives aux infractions constatées.

Qu’on se rassure, dans notre pays où le nucléaire est devenu raison d’Etat depuis plus de 40 ans, les recours en Justice risquent peu de contrarier les plans du Lobby nucléaire… Mais qui sait ? Dans cette lutte du pot de terre contre le pot de fer, où la protection des populations passe au second plan, il reste à espérer que le pot de fer devenu passoire n’entraîne jamais un Fukushimanche et en soit donc empêché.

Le Flyer de cette Publi-Fiction est en dédicace près des militants du CRILAN dans l’esprit de convivialité habituel !

Soudures défectueuses de l’EPR: Le CRILAN porte plainte près du Procureur de la République de Cherbourg

COMMUNIQUE (20/07/2018)

Après Greenpeace et Sortir du Nucléaire, le CRILAN porte plainte auprès du Procureur de la République de Cherbourg à propos des soudures défectueuses du circuit secondaire de l’EPR.

Il s’agit d’une plainte au pénal contre EDF, Framatome et contre X en raison de graves manquements à la sûreté nucléaire.

Cette plainte prend un relief particulier après la récente consultation flash de l’ASN en vue d’autoriser des tests à chaud avec de la vapeur polluée au tritium issue des réacteurs 1 et 2 sur ce circuit secondaire situé en zone « non nucléaire » de l’EPR.

Consultation ASN sur l’EPR: Vers des essais précipités aux allures de fait accompli en dépit d’une plainte sur les soudures de l’EPR?.

COMMUNIQUE (18/07/2018)

En plein été, l’ASN nous joue la farce d’une consultation flash à propos de tests à chaud sur la partie non nucléaire de l’EPR avec de la vapeur au tritium issue des réacteurs 1 et 2.

Ce faisant, EDF veut imposer une mise en route de l’EPR alors même que celui-ci fait l’objet de nombreuses plaintes dont celle du CRILAN sur la cuve. Compte tenu des défauts récurrents observés notamment sur la cuve, le couvercle et les tuyauteries, le CRILAN demande à l’ASN de prendre ses responsabilités d’autorité de sûreté nucléaire en n’autorisant pas les essais de l’EPR, qui ne doit jamais démarrer.

Aujourd’hui c’est Greenpeace et SDN (Sortir du Nucléaire) qui portent plainte auprès du Procureur de la République de Cherbourg à propos des nombreuses soudures défectueuses du circuit secondaire qui compromettent son démarrage; certaines d’entre elles étant en autopsie.

En appui sur l’argumentaire de cette plainte, le CRILAN demande aux autorités administratives et judiciaires de mettre un terme au chantier de l’EPR afin de protéger les populations du Nord Cotentin et au-delà.

Les rendez-vous d’été du CRILAN

L’ Echappée Belle Normandie du 13 au 15 juillet à Cherbourg

Le CRILAN soutient cette échappée belle qui se dirige vers Bure

Vendredi 13 juillet 18h30 vélorution au départ de l’espace René Lebas (ici l’événement facebook).

N’hésitez pas à le partager plus nombreux on est mieux c’est 🙂
Le parcours est en pièce jointe. Il y aura ensuite un repas partagé au jardin des incroyables comestibles (chacun apporte un bon petit plat à partager)

Samedi 14 juillet

-samedi matin: marché des alternatives avec des petits stands de toutes les assos alternatives, Evelyne, Martine et Patrick seront présentes pour le CRILAN , vous pouvez donc venir nous voir dans la matinée à partir de 9h!
-samedi 15h-18h discussion sur le nucléaire avec l’association CRILAN au « club dinette » (Rue Tour Carrée)
-samedi soir: proposition de sortie au groupe de cyclistes au bal gratuit des pêcheurs à Omonville-la -Rogue

Dimanche 15 juillet au  matin: départ vers la ferme du Vastel

Du 13 au 15 juillet : Festival musical et éco citoyen « Chauffer dans la Noirceur » Plage de Montmartin sur Mer.

Le CRILAN tiendra un stand d’information pendant le festival avec Aliette, Evelyne, Anne-Marie et Jean-Marc

https://www.chaufferdanslanoirceur.org/

Du 27 juillet au 27 Aout. Nucléaire en questions : La grande Marche, de Beaumont Hague à Paris

Voir le site internet : http://lagrandemarche.org/

Des étapes, une occasion d’accompagner les marcheurs et des conférences avec chaque soir un thème différent

Le 27 juillet au Centre Thomas Hélye à Biville –  19h00
André Guillemette – Représentant de l’ACRO dans les CLI Orano La Hague et CSM
Emmanuel André – Agriculteur à Vauville
Agriculture et nucléaire peuvent-ils cohabiter?

Le 28 juillet au Siou à Siouville – 18h30
Didier Anger
L’EPR de Flamanville : des risques d’accident ?

Le 29 juillet au Sciotot aux Pieux – 18h30
Pierre Barbey –  ACRO
Les effets biologiques des radiations ionisantes : où en est-on sur la question des faibles doses?

Le 30 juillet au camping des Ormaux à Bricquebec – 18h30
Didier Anger
La Hague : retraitement ou extraction du plutonium?

Le 31 juillet à la salle des fêtes de Saint Sauveur le Vicomte – 18h30
Yannick Rousselet – Chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France
Où en est-on de la sécurité et de la sûreté nucléaire aujourd’hui?

Le 1 août à Cherbourg en Cotentin, salle des mariages, mairie de Cherbourg – 20h30
Johann Charvel
Comment convaincre son tonton d’arrêter le nucléaire un jour de repas de famille ? (Conférence gesticulée)

Le 3 août à Isigny – 18h30
Didier Anger
Le nucléaire est-il compatible avec la démocratie?

Programmation Pluriannuelle de l’Énergie-Nous sommes à un tournant!

Le 24 mai 2018, à l’initiative du Maire de Flamanville, commune d’implantation de la centrale nucléaire EDF, un débat public était organisé à la Salle du Rafiot.

Comme plusieurs associations environnementales, le CRILAN alerte constamment les autorités et la population sur la situation préoccupante de la politique énergétique française.

  • Soit nous prolongeons le système énergétique français tel qu’il existe actuellement, au risque de le mettre durablement sous perfusion, notamment avec l’argent du contribuable.
  • Soit nous actons un changement de modèle, qui s’appuie sur une baisse de la consommation d’énergie (tendance européenne actuelle) et le développement des énergies renouvelables.

La nouvelle Feuille de route énergétique de la France à 2023 et 2028 – la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) – actuellement en préparation, devrait aller clairement dans cette seconde voie.

Le débat public sur la PPE, organisé par la Commission nationale du débat public du 19 mars à fin juin 2018, devrait être l’occasion de mettre tous les sujets sur la table, qu’il s’agisse des risques et des déchets nucléaires, mais aussi des grands enjeux d’évolution de la mobilité ou encore de la massification de la rénovation performante des logements.

De même, l’implication des territoires et des acteurs locaux, la création de valeur et d’emplois, la lutte contre la précarité énergétique, la solidarité entre territoires, les transitions professionnelles ou la qualité de l’air sont des sujets qui ne devraient pas être mis de côté.

Pourtant, le Ministère de la Transition énergétique et solidaire, maître d’ouvrage du débat public sur la PPE, voudrait que ce débat soit circonscrit à seulement certains scénarios énergétiques.

Face aux résistances de l’ancien monde, les précurseurs d’un nouveau modèle énergétique pour la France montrent la voie : collectivités territoriales, entreprises, citoyens, associations ; leurs réalisations préfigurent notre futur paysage énergétique si nous le voulons.

Le gouvernement, dans le cadre de la PPE, fera un choix pour les 10 ans à venir, ce qui devrait nécessiter un débat public sans zone d’ombre.

C’est l’occasion pour le CRILAN de développer ses positions sur ce débat faussé et de rappeler quelques enjeux de cette PPE pour notre région.

En novembre 2017 RTE le gestionnaire de transport d’électricité, a publié cinq scénarios de prospective électrique. Seulement deux d’entre eux ont été retenus pour la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie en raison de leur plus faible impact supposé sur le climat.

La SFEN, association pro-nucléaire mise en avant dans le débat public, se réjouit donc que les 2 scénarios préférés par RTE soient ceux avec le moins de fermetures de réacteurs nucléaires :

  • Le Scénario Volt prévoit la fermeture de 9 réacteurs de 900 MW (hors Fessenheim) à l’horizon 2035.
  • Le Scénario Ampère prévoit la fermeture de 16 réacteurs.

Ces deux scénarios témoignent d’un manque d’ambition concernant la réduction de la part du nucléaire, sont trop conservateurs et frileux en matière d’efficacité énergétique, visent des niveaux d’exportation d’électricité irréalistes au regard des tendances actuelles de nos voisins. Ils ignorent volontairement :

  • Le scénario Watt qui prend comme hypothèse la fermeture de chaque réacteur après quarante ans de fonctionnement
  • Le scénario Hertz qui table sur la fermeture de vingt-cinq réacteurs nucléaires pour que l’atome ne représente plus que 50 % du mix énergétique d’ici 2025, conformément à l’objectif de la Loi de Transition Energétique.

Le débat sur la PPE est donc tronqué, la question climatique servant d’alibi à la promotion du nucléaire sous couvert d’un mix énergétique et d’une transition écologique de l’énergie en trompe l’œil.

Le ministre Hulot a rejeté la réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique, sine die, reportant la transition énergétique à une portion congrue.

Chaque jour, de nouveaux incidents sont signalés sur nos installations nucléaires vieillissantes qu’un grand programme de « rafistolage » doit prolonger.
Nous sommes donc tous informés des risques industriels, sanitaires et sociaux du nucléaire qui pèsent sur les populations. N’aurions-nous rien vu ni à Mayak, ni à Tchernobyl, ni à Fukushima ?

Pire, nous sommes témoins des malfaçons, voire des malversations relatives à la construction et à la fabrication des réacteurs nucléaires dont l’EPR. Allons-nous laisser faire quitte à modifier les règlements pour mieux nous en accommoder comme l’industrie du nucléaire l’a déjà fait en catimini de multiples fois sans aucun débat démocratique ?
L’EPR, inutile, coûteux, dangereux, finit longuement sa construction, Fessenheim (ce grand mourant) ne devant être arrêté qu’à la mise en marche de l’EPR au terme d’un contrat léonin au profit d’EDF.

Enfin la stratégie de gestion des déchets nucléaires atteint ses limites, elle est uniquement orientée vers le retraitement-extraction du plutonium pour la production du MOX et pouvant servir à la prolifération militaire. L’enfouissement des déchets à Bure, bien que retardé, reste programmé, la Hague doublant son entreposage pour satisfaire aux besoins. Pour le CRILAN, la gestion des déchets nucléaires doit être réorientée vers le stockage à sec des combustibles usés et vers la neutralisation du plutonium.

Pendant ce temps, les lanceurs d’alerte qui mettent en évidence les défauts de sûreté et de sécurité des installations nucléaires sont trainés en justice et sévèrement condamnés. Ils devraient plutôt être félicités pour service rendu.

Ici, dans le Cotentin nous sommes témoins de la valse-hésitation du Gouvernement sur la promotion des énergies renouvelables :

Où en sont les hydroliennes promises à Cherbourg ?

Où seront implantées les premières éoliennes en mer que l’on promet de construire à Cherbourg ?

Autant de questions qui interrogent sur la volonté des Pouvoirs Publics depuis trop longtemps soumis au lobby nucléaire … pour que rien ne change !

32ème anniversaire de Tchernobyl, le CRILAN se souvient et alerte

A l’occasion du 32ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, le CRILAN se souvient et alerte sur les dangers de l ‘industrie éléctro-nucléaire.
Malgré les apparences trompeuses, la catastrophe de Tchernobyl n’est pas finie: aux morts et malades, aux évacuations et au désastre écologique s’ajoutent des coûts colossaux.
Cette catastrophe démontre que des scientifiques ont cédé face à l’orgueil du pouvoir électronucléaire jusqu’auboutiste, comme en France…
Pour le CRILAN, c’est une leçon à la veille d’un hypothétique démarrage de l’EPR. Vu les nombreux défauts et malfaçons couverts par des dérogations scandaleuses, notre région et notre pays ne pourraient se relever d’un tel accident nucléaire.

Continuer la lecture de « 32ème anniversaire de Tchernobyl, le CRILAN se souvient et alerte »

Pourquoi parle-t-on à nouveau des autorisations de rejets radioactifs et chimiques de Flamanville et plus particulièrement de l’EPR…

I. Pour comprendre : Un rapide historique

Le 17 octobre 2014, le recours du CRILAN contre le décret autorisant les rejets des réacteurs nucléaires 1&2 et de l’EPR de Flamanville était rejeté par le Conseil d’Etat (Frais de justice : 3000 euros à donner à EDF).

Comment en est-on arrivé là ou comment les autorisations de rejets radioactifs et chimiques ont-elles été données plus rapidement que ne se construit un réacteur nucléaire EPR ?

  • En 2006, depuis plusieurs années, en difficulté pour respecter ses autorisations de rejets liquides de tritium en mer pour sa centrale de Flamanville, EDF demande leur presque doublement ( De 60 000 Gbq à 110 000) pour les réacteurs 1 et 2 et leur triplement ( De 60 000 à 180 000 Gbq avec le réacteur EPR ). Quatre associations de défense de l’environnement, siégeant alors à la commission locale d’Information( CLI) avaient lancé un appel à s’opposer à l’augmentation de ces rejets.
  • Septembre 2010 : Trois ans et demi après l’enquête publique, alors que bien des incertitudes à propos de la sûreté du réacteur EPR ont été relevées, le décret sort, décret que le CRILAN attaque en mars 2011 devant le Tribunal administratif de CAEN, après avoir vainement attendu une réponse au recours gracieux envoyé au Ministère de l’Industrie…
  • En juillet 2012, le Tribunal administratif de Caen passe finalement « la patate chaude » au Conseil d’Etat…
  • Septembre 2014 : jugement du Conseil d’Etat rejetant le recours du CRILAN.

Ces autorisations posaient pourtant beaucoup d’interrogations

  • elles ouvraient la porte à deux gestions possibles de combustible : On ne connaissait toujours pas officiellement à ce moment le combustible utilisé dans L’EPR, dont la mise en service devait être opérationnelle primitivement en 2012, puis en 2014, repoussée en 2016 ( essais, puis montée en puissance jusqu’en fin 2018 (!) : soit à l’uranium enrichi ou soit à l’uranium enrichi “dopé” (HTC) sur lequel continuait de peser beaucoup d’incertitudes alors que le MOX était annoncé à l’enquête publique pour la création de l’EPR. Aujourd’hui, finalement, au moins dans un premier temps, le choix s’est porté sur le premier.
  • les augmentations de rejets, notamment en tritium et en carbone 14, que ce soit pour les réacteurs 1&2 de 1300 mégawatts ou pour l’EPR, ne peuvent être justifiées par leur fonctionnement réel, actuel, pour les deux premiers, si ce n’est pour autoriser des droits à polluer dans la prévision d’une situation accidentelle.

Ainsi pour les réacteurs 1&2, pour les rejets de carbone 14, ne figurait-il aucun justificatif de demande d’autorisations 3 à 6 fois supérieures aux rejets maximaux envisageables. A propos du tritium, le droit à polluer était 2 (rejets liquides) à 18 fois (rejets gazeux) supérieur aux rejets 2010 et 1,4 (rejets liquides) à 2,4 fois (rejets gazeux) supérieur au plus fort rejet historique enregistré sur le parc des réacteurs 1300 MW. Des droits à polluer que n‘expliquaient donc pas des retours d’expérience… Quant aux autorisations accordées au futur réacteur EPR, les droits à polluer accordés par l’ASN en 2010 en comparaison des rejets potentiels de ce réacteur, calculés à partir des rejets des réacteurs 1&2 du CNPE Flamanville étaient respectivement multipliés par 2,9 pour le tritium liquide, par 11,5 pour les rejets de tritium gazeux, plus de 8 pour les iodes gazeux, près de 3 pour les iodes liquides, entre 5,9 et 7,5 pour le carbone 14 et entre 2,5 fois et 5,4 pour les autres éléments beta, gamma.

Pourtant:

  • La toxicité du tritium radioactif est l’objet de controverses : selon des scientifiques indépendants, il faudrait réduire l’exposition au tritium de plusieurs centaines de fois. L’importance de l’augmentation de ces rejets n’a pas échappé aux commissaires enquêteurs lors de l’enquête publique: ils recommandaient la mise en place de réservoirs de stockage du tritium, sur le site de la centrale, pendant au moins une période (presque 12 ans) avant tout rejet en mer, recommandation non suivie d’effet…
  • Les rejets envisagés font l’impasse de leur ajout, à ceux, énormes, de l’usine de la Hague, située à proximité ;
  • La convention OSPAR, signée par la France, et visant à réduire vers zéro les rejets chimiques et radioactifs dans les mers de l’Atlantique nord, dont la Manche, d’ici 2018, n’est pas respectée en ce qui concerne ces deux éléments.

La valeur des autorisations de rejets tient davantage compte du type d’installations Nucléaires de Base et de leur nombre sur un même site que de la protection de l’environnement et du vivant. L’astuce est simple : les normes sont fixées, non en fonction d’un retour d’expérience ( REX dans le verbiage officiel), mais multipliées par 3, 4, parfois 10 ( cela peut toujours servir en situation accidentelle). Les rejets réels apparaissent donc toujours en comparaison très faibles et rassurants…

On croyait en avoir fini avec ces autorisations de rejets de 2014 : Que nenni ! On est en démocratie que diable!

II. Nouvelle étape réglementaire, deuxième semestre 2017

EDF a alors besoin d’une autorisation de modification, principalement pour fixer les autorisation de rejets radioactifs liquides et gazeux et les rejets chimiques, mais aussi en ce qui concerne les métaux pendant la phase des essais en inactif , à froid, puis à chaud et les gaz traceurs.

Les étapes réglementaires se succèdent :

  • Le 30 mai 2017, lors de la CLI FLAMANVILLE, le dossier de modification est présenté.
  • du 1er septembre au 1er octobre 2017, l’ASN annonce une mise à disposition du public dans ses locaux, à Hérouville StClair, et sur son site, d’un dossier de modification avec un registre d’observations dont elle fera la synthèse (les rares observations faisant état de l’inquiétude du public vis à vis… de la cuve, la synthèse va être rapide; juste « hors sujet » à écrire en marge).
  • Le dossier est transmis pour avis :
    • au CODERST (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques où siègent notamment, le CREPAN-FNE, et « Que Choisir » et où les représentants associatifs sont très minoritaires.
    • à la CLI Flamanville

Le CODERST et la CLI disposent de 3 mois pour émettre leurs avis respectifs qui sont transmis à l’ASN. qui transmet ensuite, pour homologation, aux ministres chargés de la sûreté nucléaire, le projet de décision fixant les limites de rejets, accompagné du rapport de présentation et des avis recueillis.

Bien évidemment, on ne voit pas comment ce projet ne deviendrait pas…décision. Dormez en paix, bonnes gens : c’est écrit dans le dossier :

« En conclusion, les rejets radioactifs et chimiques, liquides et gazeux du site dus à la phase essais de l’EPR sont inférieurs aux limites autorisées pour la phase d’exploitation et la mise en exploitation de l’EPR FLA3 n’aura pas d’impact significatif sur les intérêts protégés mentionnés à l’Article L.593-1 du code de l’environnement. »

Même formule consacrée pour les métaux, aluminium, chrome, cuivre, fer, manganèse, plomb, nickel etc.

Nous comprenons mieux maintenant pourquoi EDF a communiqué très rapidement sur le rejet du recours déposé par le CRILAN et « Notre affaire à tous » devant le Conseil d’Etat début avril 2017, contre le décret permettant de prolonger les travaux de l’EPR de 3 ans jugement en moins d’un an, rapide pour le Conseil dEtat.

Parce que le CRILAN refuse de s’associer à ces simulacres successifs de démocratie et ces dérogations à propos des lois et réglementations concernant la sécurité des installations nucléaires de base sous pression ( en l’occurrence la cuve de l’EPR), je n’assisterai pas au groupe de travail de la CLI de Flamanville, considérée comme une simple chambre d’enregistrement des décisions prises déjà par l’Etat.

Le 9 avril 2018,

Didier ANGER, Représentant du CRILAN à la CLI de Flamanville

JUSTICE D’ETAT …ET SENS DES MOTS

COMMUNIQUE (07/04/2018)

 

Le CRILAN et « Notre Affaire à tous » (1) avaient déposé une requête au CONSEIL D’ETAT demandant l’annulation du décret du 23 mars 2017, portant à 13 ans le délai de construction du réacteur EPR de Flamanville, et ce, sans procédure nouvelle.
Par jugement du 28 mars 2018, les requêtes des 2 associations ont été rejetées. Elles  sont condamnées à verser chacune à EDF une somme de 2000 euros au titre des frais d’avocat de cette dernière.
 
La loi exigeait pourtant que lors de modifications substantielles d’un projet de cette nature, les procédures d’autorisation ( Débat public, enquête publique,…) soient recommencées, en cas de nouveau décret.

Le Conseil d’Etat a considéré  que n’étaient substantielles, notamment, ni les modifications de la conduite de rejets, ni l’abandon prévu à l’origine du combustible MOX au plutonium au profit de l’uranium enrichi, ni la validation d’une cuve aux fond et couvercle fragilisés par des aciers aux excès de carbone, non conformes aux lois et règlements en vigueur quant à la sécurité des installations. 
« Il n’est pas impossible que ces anomalies ne soient surmontées au cours des trois prochaines années » (2)  a estimé pour sa part le rapporteur public, lors de l’audience du 8 mars. Argument imparable et qui laisse sans voix…
 
Ainsi le Conseil d’Etat s’appuie-t-il sur des nouvelles définitions, « légales », pour modifier le vocabulaire commun. Le Monde du nucléaire nous avait déjà habitué au sien, en rebaptisant les conteneurs de déchets en colis, des cadeaux en quelque sorte pour l’immédiat  et les nombreux siècles à venir, et l’accident majeur, en « excursion nucléaire »: le grand voyage.
Grand héritier Napoléonien, il vous l’affirme : Dangerosité potentielle ou avérée du couvercle du  réacteur EPR , prototype relevant déjà d’un archaïque passé,   qui ne fonctionne toujours pas en dépit d’une addition de dépenses qui s’accroît honteusement : à dégager et SILENCE ! Gardons-foi en l’ASN!… Réjouissons-nous! l’EPR finira bien par fonctionner un jour : 
C’est la fable de l’Etat , de l’argent , de l’atome et  du juge!
Didier ANGER ( Pour le CRILAN)
1 « Notre affaire à tous »https://notreaffaireatous.org
2 Ouest-France- site internet 8/4/2018, modifié le 12 mars

Retour sur la venue de Naoto Kan dans le Cotentin

Menu
Accueil à Cherbourg-en-Cotentin
Visite autour du CNPE de Flamanville
Dépôt de fleurs à la stèle « Aux irradiés inconnus »
Conférence de presse
Soirée projection du film et conférence-débat
Visite autour du CSM et de l’usine Orano

English article about the event on www.csmonitor.com

Le CRILAN et le Can-Ouest ont accueilli à la gare de Cherbourg-en-Cotentin jeudi 15 mars Naoto Kan, premier ministre du Japon au moment de la catastrophe de Fukushima.

Naoto Kan est arrivé accompagné de Tamiyoshi Tachibana, producteur exécutif du film « Le couvercle du soleil »,  d’un collaborateur, de 2 interprètes et de Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne.

La délégation a été accueillie par le président du CRILAN, les porte-parole du CAN-Ouest (Collectif Anti-Nucléaire Ouest) et des militants locaux.

Le début de l’après-midi a d’abord été consacré à une visite autour du site EDF de Flamanville. Depuis la plage du « Platé », il a pu apercevoir les cheminées des 2 réacteurs les plus anciens et la coupole du couvercle de l’EPR, aux essais en inactif . L’historique de la lutte anti-nucléaire autour de Flamanville et la Hague lui a été commentée.


Retour menu

La visite s’est poursuivie par un dépôt de fleurs à la stèle de Diélette-Flamanville « Aux irradiés inconnus » (quelquefois nommée « Aux irradiés connus et inconnus, d’ici et d’ailleurs »).

Le convoi s’est dirigé vers la porte du chantier de l’EPR, a contourné le site vers le sud, en longeant clôtures et chevaux de frise, pour s’arrêter en bordure de falaise, sur le cap, au sémaphore, où il a pu s’imprégner du magnifique paysage de la côte du Cotentin, depuis le nez de Jobourg jusqu’au cap de Carteret, en passant par celui du Rozel.

(premier plan: CNPE Flamanville, second plan: usine Orano de la Hague)

Retour menu

L’après-midi s’est poursuivi par une conférence de presse.

Retour menu

En soirée étaient organisées la projection du film « Le couvercle du soleil » (retraçant la tragédie vécue par les équipes gouvernementales japonaises impuissantes et paralysées dans leur capacité à agir face à un accident nucléaire majeur) et la conférence-débat de Naoto Kan expliquant l’impossibilité pour des gouvernants de gérer un accident nucléaire majeur, les scénarios de gestion d’accident n’étant jamais réellement adaptés, et la nécessité de sortir du nucléaire.

« Tous les accidents qui se sont produits jusqu’ici ont été dûs à des erreurs humaines. Quelque soit le niveau de sûreté de l’installation, les erreurs humaines ne sont absolument pas exclues. Il est toujours possible de faire des erreurs. La question n’est pas de savoir si un accident peut se produire. La question est de savoir quelle est l’ampleur de l’accident qui peut se produire. »

« Au Japon, la moitié de la population a failli se voir privée de son lieu de vie »

« Il faut supprimer la cause de ce risque »

(Le film diffusé pendant la soirée « Le couvercle du soleil » a été financé par Tamiyoshi Tachibana sans objectif lucratif. Les droits pour la France sont gérés par une association avec un objectif de diffusion associative pendant au moins 1 an. N’hésitez pas à contacter le CRILAN pour obtenir les informations de contact pour organiser une projection.)

Trop peu d’élus locaux, régionaux et nationaux étaient malheureusement présents lors de cette soirée pour venir saluer Naoto Kan et écouter son message.

Retour menu

La matinée du vendredi 16 mars a été consacrée à une visite extérieure du site de retraitement-extraction de plutonium d’ORANO (Ex-AREVA)
et du centre de stockage Manche (CSM-ANDRA), commentée par André Guillemette, Didier Anger et des militants présents.
Pour Naoto Kan, le site d’usine de retraitement-extraction de plutonium de Rokkasho-Mura, construite au Japon, par COGEMA-AREVA- et maintenant ORANO, qui a déjà plus de …20 ans de retard (Durabilité de l’EPR battue!) ne doit pas être mise en marche industrielle : « Le plutonium est trop dangereux pour l’avenir non seulement du Japon mais aussi pour l’ensemble de la planète. »

Cascade de la Ste Hélène,un des lieux de prélèvement de l’ACRO

Le CRILAN et la CAN-Ouest remercient l’ensemble des bénévoles (pour les tracts, pour l’organisation, pour la conférence-débat) ayant permis de faire de cet évènement un succès.
Retour menu

Le CRILAN solidaire des «hiboux» de BURE qui ré-occupent aujourd’hui le bois Lejuc. Leur résistance et leur détermination sont légitimes.

COMMUNIQUE (23/02/2018)

Le secrétaire d’état auprès du Ministre de la transition énergétique, Sébastien Lecornu, arpentait hier 22 février, le Bois Lejuc, à Bure, protégé par 500 «robocops» qui pensaient en avoir fini avec les opposants au projet Cigéo d’enfouissement de déchets radioactifs.

Serait-il déjà chapeauté de son bicorne bonapartiste?

Il s’était déjà illustré en Cotentin, à la HAGUE comme à Flamanville en ce début de février où on avait pu voir son nez s’allonger à la mesure de ses mensonges:

  • A ORANO- la Hague, d’abord où il n’avait pas hésité à évoquer un recyclage quasi complet des combustibles irradiés des centrales nucléaires alors que 95% des déchets dits recyclables ne sont pas recyclés, et en oubliant les 60 tonnes de plutonium, matière ultra sensible, stockées en sous sol. L’enfouissement des déchets dits de haute activité à vie longue ne vise qu’à les cacher à la vue et non à les gérer sans accident majeur comme le prouvent ceux qui se sont produits à Tcheliasbink ou à Mayak dernièrement.
  • A Flamanville, ensuite, où il a récidivé en omettant de parler des nombreuses malfaçons de la cuve du réacteur EPR aux aciers vulnérables par excès de carbone.

Le bonapartisme nucléaire autoritaire et policier est en marche. Mais Il ne faut pas confondre la loi et le maintien de l’ordre établi avec le fonctionnement démocratique d’une société. Faut-il rappeler que la France a déjà connu des périodes historiques où la loi n’était pas la conséquence de pratiques démocratiques et où, par contre, la résistance populaire était nécessaire ?

Aussi le CRILAN dénonce-t-il des pratiques gouvernementales qui nous font retourner en arrière et se réjouit-il, ce 23 février 2018, de voir les arbres du bois de BURE à nouveau occupés par celles et ceux qui refusent ces pratiques mortifères.

Pour Le CRILAN, Didier Anger

Flamanville jeudi 15 mars : Naoto Kan, premier ministre du Japon au moment de la catastrophe de Fukushima, témoignera.

COMMUNIQUE (16/02/2018)

 

Le CRILAN et le Can-Ouest accueilleront jeudi 15 mars Naoto Kan, premier ministre du Japon au moment de la catastrophe de Fukushima qui a débuté il y a 7 ans. Il nous dira sa profonde aspiration à un monde libéré du nucléaire, et cela à proximité du chantier de Flamanville où les nucléocrates s’acharnent à vouloir mettre le nouveau réacteur EPR en service malgré une cuve qu’ils ont reconnue non conforme, pour laquelle désormais, la rupture ne peut être exclue et par conséquent la catastrophe.

Naoto Kan s’adressera à 20 h au public dans la salle du Rafiot à Flamanville. Puis suivra la projection du film « le couvercle du soleil » qui retrace l’indicible tragédie vécue par les équipes gouvernementales impuissantes et paralysées dans leur capacité à agir. Or cette catastrophe risque d’arriver sous le quinquennat du président Macron et du gouvernement Philippe. Nous les avons mis en garde dans notre lettre adressée le 5 janvier 2018 s’ils accordent la dérogation pour la cuve défectueuse .

Nous attendons toujours une réponse suite à nos deux courriers du 30 septembre 2017 et du 5 janvier 2018 adressés au président et à ses ministres.

Refusons d’être acculés à être les réfugiés du nucléaire et les prochains migrants, soyons nombreux jeudi 15 mars à 20 h à la conférence de Naoto KAN à la salle du Rafiot à Flamanville et continuons à exiger l’arrêt du nucléaire, énergie de destruction massive.

AfficheNaoto

A qui le « Pinocchio d’or » ? 

COMMUNIQUE (09/02/2018)

Qui ne connaît Pinocchio, ce personnage légendaire dont le nez s’allongeait  lorsqu’il mentait ?
Des personnalités étaient en marche en Cotentin en ce début de février 2018
A laquelle attribuer un « Pinocchio d’or »? 
 
Est-ce à Monsieur Sébastien LECORNU, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la transition écologique, qui, par voie de presse a évoqué un recyclage quasi complet des combustibles irradiés des centrales nucléaires à ORANO-La Hague ( ex AREVA) ou à Madame Barbara POMPILI, ex EELV, députée et rapporteuse de la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires qui l’accompagnait dans cette visite ?
 
1° Le premier a omis que la réalité des opérations du CEA, d’abord, d’AREVA NC ensuite, et maintenant d’ORANO, a été et reste l’extraction du plutonium à des fins  militaires et/ou civiles :
  • c’est à dire 1% des combustibles. 
  • 4% de ces combustibles usés dits de Haute activité à vie longue ( HAVL), vitrifiés, sont entreposés à la Hague, pour certains depuis des dizaines d’années et encore pour longtemps, avant d’être, éventuellement transférés à Bure ( scénario officiel );
  • Les 95% d’uranium issus du retraitement, dits « recyclables », ne sont pas « recyclés » ( malgré des essais à Cruas-Meysse );
  • Le combustible MOX n’est pas …retraité .
  • Une partie du plutonium (de 50 à 60 tonnes), vieux de plus de 5 ans, n’est pas moxable, « en magasin » sous terre et sous protection armée ;
  • Et les opérations des travaux de l’ex-AREVA produisent eux-mêmes des déchets. 

Au total, après « retraitement », il y a plus de déchets nucléaires que « sans retraitement »…
 
2°La seconde fait sienne la propagande nucléaire en déclarant :«Il y a avec l’EPR des progrès indéniables en matière de sûreté. C’est le premier réacteur doté d’un récupérateur de Corium. Il faut reconnaître les compétences rassemblées ici, dont ont peut être fiers. » .
Mais elle ment par omission : pas un mot sur les défections de la cuve dont on parle de changer le couvercle en 2024 et qui ont pourtant défrayé la chronique et pourraient occasionner un accident majeur, en atmosphère et en mer de la Manche. 
 
La réalité est que la cuve  de l’EPR de Flamanville aurait dû être « retoquée » si l’Etat n’avait pas prévu de déroger à ses  propres lois et réglementations (décret du 30/12/2015) en ce qui concerne les installations nucléaires sous pression.
A vous de choisir qui  mérite  un « Pinocchio d’or ». Qui a le nez le plus long ?

Didier ANGER, pour le CRILAN

VISITE S.LECORNU, secrétaire d’Etat à la Hague et à Flamanville

Visite de Sébastien LECORNU, secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire, à La Hague et à Flamanville, les 1&2 février 2018
Rien de nouveau dans la politique énergétique du Gouvernement : la manipulation nucléaire continue. 
Pas de surprise, le gouvernement Philippe continue la marche nucléaire de l’ancien.  Dans un entretien accordé aux medias, en marge de sa visite annoncée, S.Lecornu le confirme : le Gouvernement fermera Fessenheim, l’une des plus vieilles centrales nucléaires françaises, en compensation, et au moment où il  autorisera, par dérogation aux lois et règlements, la mise en marche du réacteur EPR de Flamanville en ignorant superbement la fragilité du couvercle et du fond de sa cuve non conforme. 
 
Le CRILAN a déjà dénoncé la « transition énergétique pour une croissance verte » comme une escroquerie politique. La baisse du recours au nucléaire de 75 à 50% n’est envisagée qu’en pourcentage et non en nombre de réacteurs nucléaires en service. Un accord avait déjà été conclu, à propos du maintien de la production nucléaire à son niveau antérieur dans la programmation pluriannuelle de l’énergie par le précédent gouvernement. Ce dernier a estimé que la consommation d’électricité se développerait à cause du recours aux nouvelles technologies (robotique, voitures électriques, informatique …) et que ce développement serait nourri par les renouvelables.
 
Mais la croissance verte escomptée n’a pas été au rendez-vous et en conséquence la production d’électricité d’origine renouvelable a été revue à la baisse, retardée ou remise au placard.
 
Bien naïfs étaient ceux qui croyaient au changement avec un Président issu de l’ancien Gouvernement, un Premier Ministre ancien communicant d’AREVA et un Ministre de l’énergie et de l’écologie, Ponce pile atomique, dont l’ancienne association avait été sponsorisée par EDF et dont les films, distribués il y encore peu , par le constructeur de… l’EPR.
 
L’Etat nucléaire est encore en marche, au pas, gauche-droite, gauche- droite. Il n’est pas de Sauveur suprême, sauvons-nous nous mêmes.

Didier ANGER  pour le CRILAN

Fukushimanche, non merci !

Le CRILAN Boycotte l’Assemblée Générale de la CLI qui reçoit Tepco. 01/12/2017

 

Une dizaine de militants du CRILAN se sont donné rendez vous  ce matin devant la Mairie de la Hague pour protester contre la venue de Tepco à l’invitation du Conseil Départemental.

Communiqué CRILAN

« TEPCO, entreprise jugée responsable pour négligence au même titre que L’Etat Japonais dans l’accident nucléaire de FUKUSHIMA, est l’invitée de la CLI près du centre de stockage Manche (ANDRA) de déchets nucléaires, ce 1er décembre.

Il est probable que ce soit pour présenter au Japon comme à l’International, les CLIs françaises, comme un modèle pour gérer l’opinion en cas d’accident.

Le nucléaire français reste très présent au Japon : le réacteur accidenté à Fukushima contenait du MOX fabriqué à Marcoule à partir du plutonium extrait à la Hague.

Si Tepco cherche a savoir comment fonctionnent les CLIS c’est parce qu’il voudrait dupliquer le modèle français à la sauce japonaise pour mieux faire passer le concept de « revitalisation » des territoires décontaminés dont  » les ordres d’évacuation sont levés », au mépris de la santé des populations.

N’oublions pas que l’accident nucléaire de Fukushima n’est pas terminé..

Le Gouvernement japonais en prise avec les oppositions des populations locales vis à vis de la remise en marche des centrales nucléaires cherche le moyen de les intégrer aux processus de redémarrage ; le « modèle » des Clis en est l’occasion.

Pour le Conseil départemental comme pour certains collèges des CLIs qui nient les évidences au regard de l’EPR et du rafistolage des vieilles centrales, imposant le modèle étatique, la visite de Tepco sera l’occasion de vanter les CLIS au moment de l’actualisation du livre Blanc sur certains aspects « post Fukushima ».

Le CRILAN n’est pas dupe de la manœuvre du Conseil départemental qui veut
banaliser l’accident nucléaire menaçant pourtant les installations nucléaires
françaises. De nombreuses « initiatives » sont menées à Tchernobyl et Fukushima dans le but de faire vivre des populations dans un environnement contaminé (ETHOS,CORE, Dialogue…).

Est-ce l’avenir que l’Etat nucléaire nous prépare à FUKUSHIMANCHE?

Le CRILAN ne peut être caution d’une telle opération validée par la Conseil
départemental, en charge des CLIS du Cotentin.

C’est la raison pour laquelle il ne siégera pas ce jour à la CLI de l’ANDRA.

Reportage de France 3









Encore un accident nucléaire dans une Russie toujours aussi transparente…

COMMUNIQUE (22/11/2017)

Encore un accident nucléaire dans une Russie toujours aussi transparente…

Du ruthénium, provenant d’une région située entre le sud de l’ Oural et la Volga s’est propagé par le sud de l’ Europe depuis presque deux mois.

Il s’agit probablement d’un accident, selon Nadezhda Kutepova, la responsable d’une ONG russe réfugiée politique en France depuis deux ans, après avoir fui la région de Mayak, menacée par le régime de Poutine. A Mayak se situe une usine de retraitement-extraction du plutonium à partir de combustibles irradiés des centrales nucléaires de ROSATOM. L’accident se serait produit lors d’une opération de vitrification des déchets nucléaires de haute activité à vie longue(HAVL) avant stockage en profondeur.(1)

Ce n’est pas un phénomène isolé.

Il faut se rappeler que des fuites de ruthénium, certes de bien moindre importance, provenant de l’usine de retraitement-extraction de plutonium de la Hague, ont été détectées jusqu’à Alençon, en Normandie , par l’ACRO en 2001; puis d’autres en 2016, autour de l’usine.(2)

On peut se rappeler également que déjà, à Kytchim-Tcheliasbink, en 1957, bien avant Tchernobyl, un accident majeur « s’était produit dans un centre de stockage de déchets nucléaires, contaminant plus d’un millier de Km2 et causant la mort de plusieurs centaines de personnes. Des milliers de gens avaient été évacués et hospitalisés ». Ce n’est que 20 ans plus tard, que Jaurès MEDVEDEV, scientifique russe exilé à Londres, au cours d’un colloque, «avait révélé la catastrophe, envers et contre tous les Etats nucléarisés de la Planète, les uns, à l’Est, pour étouffer l’imparable vérité, les autres, à l’Ouest, pour protéger leurs propres programmes nucléaires ».(3)

« Silence, on contamine » reste la même stratégie du pouvoir d’Etat russe, avec Poutine ( ancien colonel des services secrets) aujourd’hui qu’avec la nomenclature dite « soviétique », hier. L’Etat nucléaire russe reste aussi autoritaire, liberticide et policier.

1.témoignage de Nadezhda Kutepova
2.http://www.acro.eu.org/wp-content/uploads/2016/04/CP_160406_Ruthenium.pdf
3. En 1988, les éditions cherbourgeoises « ISOETES » ont publié un document de cet éminent scientifique russe, traduit notamment par Roger et Bella Belbeoch. « Désastre nucléaire en Oural » Jaurès Medvedev.

Didier ANGER , pour le CRILAN

A PROPOS DES DECHETS DITS  « HISTORIQUES » SOUS L’EPR de FLAMANVILLE

COMMUNIQUE (21/08/2017)

Des déchets datant des années 80, provenant de l’après construction et du début d’exploitation des réacteurs 1&2 de Flamanville, dont des centaines de combinaisons légèrement contaminées au cobalt 60, ont été découverts, début août 2017, lors de la construction d’un parking destiné aux travailleurs de l’EPR…

Ce stockage de déchets par les exploitants du nucléaire ne devrait pas vraiment nous étonner : n’ a-t-on pas vu par le passé des terres contaminées sous une école maternelle dans la Région parisienne, ou utiliser des résidus contaminés dans les soubassements des routes et même dans un stade comme à Gueugnon ? Et en Cotentin-même, des tôles contaminées sur une décharge en bordure de Valognes ? Et Ici, maintenant, des déchets de l’industrie nucléaire et autres dans une décharge, au nord des marais du Cotentin, drainés par la rivière … « le Merderet ».

Plus ça change et moins ça change…

Ce n’est pas la première fois que le CRILAN s’est inquiété de la création et de l’extension de décharges dans cette zone.

A la fin des années 70, nous nous étions opposés avec succès au projet de stockage de déchets ménagers et industriels dans une carrière inondée à Fresville. Il était envisagé d’y déposer des déchets d’amiante en provenance d’une usine de Condé-sur-Noireau. Une partie de ceux-ci avait déjà été mise de nuit à la décharge de la Feuillie, près de Lessay.

Dans les années 80, la décharge dite du HAM a eu l’autorisation de recevoir, malgré notre opposition, sans succès cette fois-ci , des déchets dits « inertes » d’amiante.

Maintenant, nous apprenons qu’il y a sur le site même de Flamanville et possiblement au HAM des déchets dits de très faible activité radioactive, dont l’entrée est contrôlée par l’exploitant.
Il n’est pas tolérable qu’en démocratie, on soit juge et partie prenante.
Ce qui nous inquiète le plus, en l’état, c’est l’entreposage des tenues même légèrement contaminées au cobalt 60. Celui-ci, très toxique, a une période de plus de 5 ans et perd la totalité de sa radioactivité en 50 ans. Même si l’apport séparé de ces tenues restait d’une contamination éventuellement modérée, son accumulation répétée dans le temps peut induire des conséquences nuisibles à l’environnement et à la vie humaine.

Il est nécessaire d’interrompre une gestion secrète des déchets nucléaires parce qu’on ne sait qu’en faire.

L’impasse de la gestion des déchets nucléaires …

Il est plus difficile aujourd’hui de cacher les choses mais le scénario officiel de classement des types de déchets nucléaires et leur gestion ne correspondent pas à la réalité.

1° Pas de solution effective au stockage des déchets dits de haute activité à vie longue si ce n’est leur doublement en attente à la Hague.

2° Saturation des sites de stockage des déchets de faible et moyenne activité.

3° Pas de site autre que temporaire pour la gestion des déchets issus du démantèlement.

4° Tentative de réintégration de déchets dits de très faible activité dans des aciers et des bétons…

5° Abandon de mines d’uranium à l’air libre en Bretagne et dans le Massif Central et utilisation des trous laissés par les mines souterraines pour des stockage non avoués de déchets en provenance de l’armement nucléaire …

La meilleure solution reste … de ne pas en produire !

A propos de l’annonce de la fermeture progressive éventuelle de 17 réacteurs nucléaires : Questions au Ministre de la transition écologique…

COMMUNIQUE (10/07/2017)

Le Ministre de la transition écologique et solidaire a repris les décisions déjà prises sous le quinquennat de François Hollande :

  • La réduction de 75 à 50 % du pourcentage de la production de l’électricité françaises par des installations nucléaires de base d’ici 2025.
  • Le maintien de cette même production au niveau actuel . ( En 2016, elle a même dépassé 80%).
  • La fermeture de Fessenheim conditionnée par la mise en marche de l’EPR de Flamanville, malgré ses malfaçons, en 2018. Durée de vie de ce réacteur prévue à l’origine : 60 ans.
  • «La transition énergétique pour une croissance verte» grâce au recours aux énergies renouvelables.

Flou non artistique ? Contradictions ? Incohérences ? ou même arnaque aux effets d’annonce ?…

Parmi les questions qui restent posées, citons :

  • Les projets de suppression progressive des voitures à essence ou diesel et la transition vers les véhicules électriques, d’une part, et d’autre part le développement des nouvelles technologies susciteront-elles une croissance d’électricité qui pourrait être fournie par les énergies renouvelables dont le développement est déjà très en retard par rapport aux engagements européens ?
  • La fermeture imprécise dans le temps de 17 réacteurs serait-elle compensée par le remplacement d’autres réacteurs nucléaires appelés EPR NM (nouveau modèle low cost), envisagée par le PDG d’EDF d’ici la fin des années 2020, et sans réserves financières ( plus de 37 milliards d’endettement officiel).

Apparemment, l’accord Gouvernement-EDF sur le maintien de la production globale nucléaire (et non en pourcentage) n’est pas à ce jour remis en cause. En l’état, le flou des annonces du Ministre n’empêche pas les risques majeurs du nucléaire vieillissant et nouveau, comme ceux liés à la cuve de l ’EPR que le pouvoir s’apprête à mettre en marche coûte que coûte… La première mesure significative serait de l’arrêter !

Résistivité de la cuve de l’EPR : l’Etat juge et partie … la démocratie à la française est en marche !

COMMUNIQUE (26/06/2017)

Sans surprise, l’IRSN, partie prenante de l’Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) vient de remettre à cette dernière l’alibi technique qu’elle attendait pour justifier la validation de la cuve défectueuse du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, susceptible de ne pas résister à de fortes pressions et d’occasionner un accident majeur. Le contrôle des aciers rendus vulnérables par des excès de carbone a été effectué par… AREVA.
Récemment, la construction des installations nucléaires produisant de l’électricité en France a été transférée d’AREVA à EDF. Ceci ne signifie nullement qu’AREVA, à l’origine du projet EPR, a de ce fait obtenu la neutralité nécessaire pour contrôler la ténacité des aciers. Cependant, c’est AREVA qui a été chargée des expertises en cas de pression trop forte susceptible de créer un accident majeur, et ce, sur des pièces dites« sacrificielles » (1) autres que celles concernées.
Il n’est pas possible en démocratie et dans un Etat qui se dit de droit, dans lequel on prétend respecter la séparation des pouvoirs, que l’on admette que l’Etat industriel AREVA soit contrôlé par lui-même, que la validation de ce contrôle bénéficie à …l’Etat industriel (majoritaire à EDF), que l’avis de l’ Autorité sur la Sûreté nucléaire dont les directions sont nommées par le Gouvernement, le Président de l’Assemblée nationale et le Président du Sénat soit transmise à … l’Etat , institution politique.
Une fois de plus, avec le nucléaire, l’Etat montre ses tentations totalisantes. Rappelons que le président Macron avait annoncé avant son élection que Fessenheim ne serait arrêté en 2018 qu’après la mise en marche de l’EPR de Flamanville. Après ces faux semblants de consultations diverses, en cas d’accident, qui sera responsable, qui sera coupable, les directions de l’IRSN ? de l’ASN ? d’AREVA ? d’EDF ? le ministre de l’Environnement ? Les divers présidents concernés y compris celui de la République ?  Le lampiste sous pression ou le « big chief » ?

Résistons et organisons-nous.

TOUS à FLAMANVILLE, LES 1 & 2 octobre 2016 !

Un collectif d’organisations s’est créé le 17 janvier 2015 à ST Lô, à l’appel du CRILAN et  du «Collectif STOP EPR  NI à PENLY, ni ailleurs» et s’est rapidement élargi sous l’appellation :«Collectif antinucléaire Ouest» désigné par l’acronyme «CANO»

Lors de cette assemblée constitutive, il a été  notamment décidé la création d’un collectif d’associations, d’organisations et de particuliers de l’Ouest (Bretagne, Pays de Loire et Normandie) ouvert à tous ceux et celles qui partagent les valeurs, les buts et les méthodes du mouvement antinucléaire pour garantir le succès d’une mobilisation en 2016 dans la Manche.

Ce collectif:

  • a vocation à rassembler tous ceux et celles qui se reconnaissent dans le slogan adopté précédemment et qui veulent contribuer au succès collectif du projet à savoir: ARRÊT DU NUCLÉAIRE, ENERGIE DE DESTRUCTION MASSIVE ! NON à l’EPR ! NON AU RAFISTOLAGE DES VIEILLES CENTRALES !
  • repose sur l’action et l’autonomie des associations et des particuliers qui le constituent, en aucun cas il ne saurait se substituer à eux
  • a vocation à agir de manière collégiale, transparente et démocratique. Des assemblées générales seront organisées, au moins une fois par trimestre, pour poursuivre le travail de mobilisation et prendre les décisions nécessaires à l’organisation du rassemblement et d’événements en amont. (…)

http://www.can-ouest.org/

« Notre affaire tous » et le CRILAN ont déposé un recours devant le CONSEIL D’ETAT.

COMMUNIQUE (03/03/2016)

Un décret compromet la sûreté des installations nucléaires et la santé des populations concernées . L’association « Notre affaire tous » et le CRILAN ont déposé un recours devant le CONSEIL D’ETAT.

Sorti le 30/12/2015, publié le 3/1/2016, en pleine trêve des confiseurs, un décret (1) autorise, en catimini, les fabricants d’équipements sous pression nucléaire à déroger à leurs obligations essentielles de sécurité, réglementaires et légales.

En même temps que sa direction reconnaît à nouveau la possibilité d’un accident  nucléaire majeur en Europe ( donc statistiquement en France, pays le plus nucléarisé), peu après avoir organisé une nouvelle distribution de pastilles d’iode dans un périmètre abstrait et ridiculement réduit, l’Autorité de Sûreté Nucléaire, elle-même sous pression, a validé ce décret.

Ce dernier est, certes, à vocation générale, mais sa sortie quelques semaines avant l’arrivée du couvercle défectueux de la cuve de l’EPR, sous protection policière à Diélette-Flamanville, laisse à  penser qu’elle n’est pas le fait du hasard.

Rappelons que les excès de carbone dans les aciers de la cuve, et du couvercle, fragilisent l’installation en cas de surpression. Le réacteur EPR pourrait ainsi bénéficier d’une dérogation au respect des nouvelles réglementations de 2005, mais aussi de celles de 1974. Avec de telles dérogations, le réacteur EPR serait le moins sûr de France, contrairement aux propos de propagande de ses promoteurs.
Le CRILAN, contacté par l’association nationale « Notre affaire à tous »(2) a décidé de déposer avec cette dernière, un recours en annulation devant le Conseil d’Etat, de ce décret scélérat, et ce, avant la limite réglementaire du 03/03/2016.
L’intérêt national et marchand ne peut être invoqué en l’occurrence, comme il nous est parfois objecté. Il en va , non seulement du respect de l’Etat de Droit qui s’impose à  tous, à l’Etat lui-même comme à chaque individu, mais aussi de la protection des travailleurs  et des populations aux effets des faibles ou fortes doses de radioactivité sur la santé.

1. https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/12/30/DEVP1429850A/jo/texte
Arrêté du 30 décembre 2015 relatif aux équipements sous pression nucléaires
2. Notre Affaire à Tous  http://www.notreaffaireatous.org

Arrivée du couvercle défectueux de la cuve de l’EPR

Parti de Châlons-sur-Saône, le 8 février, le lourd convoi transportant le couvercle jugé défectueux de la cuve de l’EPR et son  impressionnante escorte policière  devaient arriver à Flamanville le vendredi 12 entre 12 et 14 heuresC’était sans compter sur la détermination de Greenpeace qui entendait dénoncer l’absurdité de cette politique du fait accompli ; treize de ses militants, trompant la vigilance policière ont réussi à s’enchaîner aux essieux du camion, sur un parking, au sud de Caen, entraînant un retard de plus de six heures au convoi.

Celui-ci arrivait finalement à la nuit tombée vers 20H30 à Dielette, où l’attendaient une trentaine de militants.

L’actualité de ces derniers jours montre une fois encore l’incohérence de l’Etat en matière de sécurité nucléaire :

  • Les Préfectures renouvellent en ce moment des pilules d’iode aux habitants dans un périmètre restreint autour des centrales nucléaires pour saturer les thyroïdes en cas d’accident ou d’attentat.
  • En même temps, par décret du 3 janvier 2016, l’Etat permet qu’EDF ne respecte pas les normes de sécurité en vigueur depuis 2005, mais également celles de 1974 : Ainsi EDF amène -t- elle à travers la France , le couvercle de la cuve du réacteur EPR  de Flamanville dont les aciers défectueux , fragilisés par un excès de carbone,  accentuent les risques .

Questions : 
1° Ne vaut-il pas mieux prévenir l’accident , empêcher qu’il ne survienne, que d’intervenir après coup pour essayer d’en minimiser les  conséquences ?

2° L’insécurité n’est-elle pas entretenue par l’Etat nucléaire lui-même ?

3° Où en est donc l’indépendance de l’Autorité de Sûreté Nucléaire soumise aux pressions incessantes des Grands corps de l’Etat?

Pitoyable : C‘est le moment choisi par quelques « leaders » de l’écologie politique pour rentrer dans ce Gouvernement. Un comble !

Le combat continue. Le CRILAN était  présent à Dielette à l’arrivée du convoi.  Avec la Coordination Antinucléaire Ouest, il appelle plus que jamais à se rassembler les 1er et 2 octobre 2016 contre les risques inhérents au démarrage du réacteur EPR et à la prolongation de la durée de vie des réacteurs anciens.

Seuls les combats qu’on ne mène pas engendrent les échecs.

Que penser de l’efficacité du renouvellement des pastilles d’iode autour de Flamanville (et des autres centrales françaises…)?

COMMUNIQUE (11/01/2016)

Les pilules d’iode vont être renouvelées dans un rayon de 12 Km autour des réacteurs nucléaires  de Flamanville, les précédentes étant périmées. Il s’agit de saturer les thyroïdes susceptibles de concentrer l’iode131 radioactif, des personnes et des enfants surtout, plus sensibles, exposées à un accident nucléaire.

Le meilleur moyen d’éviter les risques du nucléaire réside-t-il dans les soins à apporter après l’accident ou de  l’empêcher avant ?

L’empêcher, ce n’est pas rafistoler les anciens réacteurs, prévus à l’origine en 1986, pour durer 30 ans et prolonger ainsi leur durée de vie, mais  les arrêter.

L’empêcher, ce n’est pas pratiquer des essais sur le réacteur EPR , au couvercle et au fond de cuve non conformes, non seulement aux nouvelles réglementations de 2005, mais encore à celles de 1974, exigées pour les 2 anciens réacteurs (!).

Le meilleur moyen  pour la sûreté , c’est d’arrêter les frais pour l’EPR !


D’ailleurs, quelle serait l’efficacité de la mise en place du Plan Particulier d’Intervention ( PPI), l’accident s’étant produit ?
Depuis 1986, les limites du PPI n’ont pas changé.
Pourtant, à Tchernobyl, on a évacué les populations sur 30 km, à Fukushima, sur un rayon de 20km et ce, en augmentant de 20 fois les doses dites admissibles, et sans tenir compte des vents et  des pluies de la période.
Évacuer sur 5 km et confiner jusqu’à 10-12 km de Flamanville, c’est volontairement minimiser et cacher les risques pour les populations de toute la Région.
Qui plus est, même si l’on arrivait, grâce aux pastilles d’iode, à préserver l’état sanitaire des thyroïdes, ceci n’aurait aucune efficacité contre la contamination par inhalation de plutonium hautement toxique, l’ingestion de strontium cancérigène pour les os et le sang, de césium pour les muscles et les risques cardiaques, etc…
D’un côté, le pouvoir nucléaire reconnaît le risque de l’accident ( et de l’attentat, ne l’oublions pas), mais de l’autre, il le réduit pour tenter de le rendre un peu plus acceptable aux populations.
Ceux qui font pression pour mettre en place  le grand rafistolage des  vieilles installations  et pour mettre en marche un EPR, qui ne respecterait pas, pour des raisons marchandes, les règles de sécurité, seraient considérés comme co-responsables en cas d’accident majeur.

Le 2 avril 2016, au Rafiot de Flamanville,  le CRILAN, avec le collectif antinucléaire Ouest,  organisera une conférence grand public sur la question des effets  sanitaires des faibles doses radioactives lors de laquelle des scientifiques et des chercheurs indépendants,  des militants, présenteront des exemples concrets et signifiants des enjeux de la préservation de notre santé au regard du nucléaire civil et militaire.