L’EPR de Flamanville estimé à 19,1 milliards

© CRILAN

Communiqué de presse du 9 juillet 2020

Alors que la CRILAN ne cesse de réclamer l’abandon de cet EPR qui s’avère toujours plus un véritable fiasco industriel et financier, on laisse la Cour des Comptes annoncer la douloureuse facture de l’EPR de Flamanville. 

S’il devait démarrer un jour, le prix de revient du mégawattheure serait entre 110 et 120 euros soit près du double des réacteurs en service alors que le mégawattheure éolien et solaire revient déjà à 40 euros.

Dans cette situation, le chantier finlandais a eu des conséquences importantes : il n’est pas achevé et Areva – donc la France- doit 850 millions d’indemnités. Le dossier n’est pas clos puisque des problèmes de soupapes se sont invités en Finlande comme à Flamanville.

Selon Le Monde, l’EPR Finlandais a provoqué le démantèlement d’Areva en 2015 et une restructuration particulièrement coûteuse de la filière nucléaire, qui a mobilisé 7,5 milliards d’euros d’argent public. En effet EDF a bénéficié d’un apport en capital de 3 milliards d’euros, plus 2 milliards pour Areva SA et 2,5 pour Orano.

Le groupe EDF endetté à plus de 75 % était déjà en situation critique avant la crise sanitaire.

On comprend mieux la démission du Directeur financier d’EDF à la veille de l’engagement par le groupe de la construction des 2 EPR anglais d’ Hinkley Point.

En 2019 la dette d’EDF s’élevait à 41 milliards d’euros, celle-ci pourrait atteindre les 50 milliards d’euros en 2020 ; et on prévoit 6 milliards de pertes d’excèdent brut pour 2020-2022.

Cette situation va entrainer un plan d’économies mais aussi des contraintes sur les investissements pourtant nécessaires pour l‘entretien du parc nucléaire français et le développement des ENR.

La réalité de l’EPR de Flamanville et d’EDF dépasse tout ce que l’on pouvait craindre. Il est donc urgent d’arrêter ce chantier catastrophique.

——————-

Articles de presse:

Le Monde : « Echec opérationnel » et « dérive des coûts » : la gestion de l’EPR, réacteur nucléaire de troisième génération, décriée par la Cour de comptes

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/07/09/nucleaire-la-cour-des-comptes-ereinte-l-epr_6045707_3234.html?fbclid=IwAR0KtUey7KwfS3WsxZ6ESRtKzXuYserFBkkAg9TSXRJmCB39E7B0SPeiyvU

Presse de la Manche: Nucléaire : le coût de l’EPR de Flamanville réévalué à 19 milliards par la Cour des comptes !

https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-de-flamanville-reevalue-a-19-milliards-par-la-cour-des-comptes_34854444.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3trye8_n1Or5IAC32ckoG0hxu_k5XyyZcy404oJxeZWnRctNjfhYmXEjs#Echobox=1594292839

Les soupapes de l’EPR: un sujet déjà connu en 2015

Nouvelles et graves anomalies au cœur du réacteur:  

Des anomalies dans les équipements de contrôle de la pression du réacteur : les soupapes de sûreté. Déjà en 2015 ce sujet était pointé par l’IRSN. Voir ci dessous l’interview de Yannick Rousselet en juin 2015.

La liste des dysfonctionnements établie par l’IRSN est longue : « Risques de fuites de fluide primaire », c’est-à-dire de l’eau qui doit refroidir le réacteur, « échec à l’ouverture observé »,« échec à la fermeture observé ».

Au regard de la gravité des faits, l’institut tient à surligner qu’« aucune fuite n’est acceptable » et que cette multitude de défaillances peut avoir des« conséquences graves ».

Ce sujet revient ces jours ci :

https://www.montelnews.com/fr/story/irsn-inquiet-dun-risque-de-fuite-sur-lepr-de-flamanville/1121111?fbclid=IwAR05C3Zfhbc9aCYPM99dxHOoPb5wNg5oF9XC67kxGhd6f2SaOSglGntRT_A

La semaine dernière, EDF a indiqué que ces contrôles, menés à la suite de la détection d’une fuite sur une soupape de sûreté de l’EPR Olkiluoto 3 (OL3) n’auraient pas d’impact sur la date de mise en service de l’EPR de Flamanville, prévue en 2023. 

Cependant, selon l’ingénieure de l’Institut de radioprotecion et de sûreté nucléaire (IRSN) Karine Herviou, ces soupapes sont des éléments « particulièrement sensibles » de la sûreté du réacteur.

https://journaldelenergie.com/nucleaire/defaillance-epr-nucleaire-finlande/

« Un nouveau dysfonctionnement pourrait fragiliser un peu plus les réacteurs nucléaires EPR, déjà décrédibilisés par des retards, malfaçons et surcoûts en série. La défaillance d’une soupape de sûreté du pressuriseur, équipement capital pour la sûreté du réacteur nucléaire, s’est produite lors d’un test sur le réacteur EPR en Finlande en mars dernier. Problème : la pièce défectueuse est aussi présente dans l’EPR en construction à Flamanville (France) et dans les deux EPR déjà mis en service à Taishan (Chine). »

Le lien vers l’article de Mediapart en 2015:

https://www.mediapart.fr/journal/economie/080615/epr-flamanville-de-nouvelles-et-graves-anomalies-au-coeur-du-reacteur?onglet=full

Annulation des AG des 3 CLIS de juin: le CRILAN demande au Conseil Départemental de revenir sur sa position.

Dans une lettre ouverte au Président du Conseil Départemental de la Manche le CRILAN a émis une protestation au regard de l’annulation des Assemblées Générales des 3 commissions d’information près des installations nucléaires du Cotentin et qui étaient prévues en juin.

Pour notre association il est surprenant de leur appliquer le critère de 10 personnes en réunion publique en vigueur dans le cadre du déconfinement quand les offices religieux et les conseils municipaux sont autorisés à recevoir des effectifs supérieurs.

L’actualité des installations nucléaires du Cotentin ne saurait être renvoyée à la fin septembre au moment où le président de l’ASN s’inquiète d’un « recul de la rigueur dans l’exploitation des centrales » et que la centrale nucléaire EDF de Flamanville est placée sous surveillance renforcée par l’ASN,

Passant en revue les incidents techniques et les non-conformités sur Flamanville ou aussi les sujets de la saturation des piscines de la Hague ou du silo 130, le CRILAN estime que l’actualité mérite une communication directe auprès des  assemblées de la part des exploitants comme des autorités de sureté.

C’est la raison pour laquelle le CRILAN a voulu associer le Préfet, l’ASN et l’ANCLII à sa démarche.

Le CRILAN demande donc au Conseil Départemental de prendre les dispositions nécessaires pour tenir les réunions prévues, même si le format de celles-ci doit s’adapter à la situation sanitaire.

La lettre ouverte adressée au Président du Conseil Départemental de la Manche:


EPR de Flamanville: signez l’appel au Premier Ministre pour l’ annulation du décret de prolongation du chantier !

2649 signatures au 1 er juin !

En soutien à l’action juridique engagée le 26 mai 2020 en vue d’annuler la seconde autorisation de prolongation du chantier de l’EPR, 5 associations de Normandie lancent sur Cyberacteurs un appel à signatures destiné au Premier Ministre.

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/commentaires.php?id=3957

Merci de partager ce appel avec vos amis, vos réseaux.
Ci dessous:

Le Communiqué de presse commun des 5 associations plaignantes:

https://www.sortirdunucleaire.org/associations-attaquent-le-decret-prorogeant

EPR : Une prolongation de l’autorisation de création inutile et dispendieuse

5 associations s’engagent en vue d’un retrait amiable du décret de prolongation du chantier dans les deux mois. A défaut les associations engageront un recours en Conseil d’Etat. Des associations de Normandie appellent à un large soutient pour obtenir l’arrêt de ce chantier catastrophique , c’est le sens de l’appel ci dessous que nous vous proposons de signer.

Le 27 mars 2020, le gouvernement a publié en toute discrétion un nouveau décret modifiant celui de 2007 autorisant la création de l’EPR à Flamanville1 , ignorant les réserves techniques rappelées par les associations membres de l’Intercli de la Manche 2 (ACRO, Crepan, CRILAN et Greenpeace) et les nombreuses études réalisées par des experts non-institutionnels depuis le Débat public de 2005-20063 …

« Une prolongation problématique… »

Ainsi le chantier du réacteur EPR « tête de série » pourrait-il se poursuivre pour quatre années supplémentaires après une première prolongation accordée en 20174 . Aujourd’hui le gouvernement récidive fort d’un avis bienveillant de l’Autorité de contrôle 5 sans pour autant pouvoir garantir que l’installation pourra fonctionner comme prévue initialement dans un contexte qui n’a plus rien à voir avec celui qui existait en 2007.

« Dans un contexte économique, énergétique et industriel complétement différent »

Il faut dire que le projet EPR n’a jamais tenu ses promesses comme le reconnaît Jean-Martin Folz dans un rapport public remis à Bruno Lemaire en octobre 20196 . « Ecarts », « défaillances » et autres « irrégularités » se sont accumulés au point que d’aucuns reconnaissent que le projet EPR est un « fiasco 7 » tant à Flamanville qu’à Olkiluoto en Finlande n’ont cessé de s’accumuler depuis le début des chantiers8 . En 2015, les révélations concernant la cuve donnent à la crise de l’EPR une toute autre ampleur donnant à voir non seulement des « malfaçons 9 » mais surtout des mauvaises pratiques indignes d’une industrie qui prétend à l’excellence10 .

Le chantier du prototype de réacteur EPR sur le site de Flamanville qui n’a déjà que trop duré 11 se prolongerait donc jusqu’en 2024 si cette demande n’était pas remise en cause12 . Dix-sept années de travaux au total pour un réacteur dont personne ne peut dire à ce jour s’il pourrait fonctionner avec toute la fiabilité et la robustesse que l’on est en droit d’attendre d’une installation de cette importance13 .

« Arrêtons les frais et changeons de cap face au changement climatique »

Au regard des vicissitudes de la construction du réacteur EPR 14 et du coût de cette opération15 , il n’est pas déraisonnable de considérer que cette nouvelle prolongation est inutile et dispendieuse. Avec un retard déjà de plus de dix ans et une facture multipliée par bientôt 4, l’EPR n’est décidément pas une bonne affaire16 .

Voilà pourquoi nous adressons cet appel, en écho à la pétition initiée dans la Manche par le CRILAN17 , à toutes et à tous de Normandie et d’ailleurs pour « arrêter les frais ». Mettre un terme à l’aventure industrielle de Flamanville serait un signal fort en faveur de la transition énergétique et industrielle de notre territoire.

Si l’EPR était en mesure de pouvoir fonctionner dans des conditions économiquement acceptables18 , il aurait déjà démarré depuis longtemps. Dans le souci d’éviter un nouveau fiasco industriel après Superphénix, Astrid, Jules Horowitz19 , etc. il est grand temps de signifier la fin de la partie… bien d’autres opportunités pour l’emploi existent ici 20 alors que les chantiers des parcs éoliens en mer commencent 21 et que la rénovation thermique des bâtiments est un défi pour tou(te)s22 .

« Mettons un terme aux dérogations dont bénéficie l’industrie nucléaire »

Tournons la page du nucléaire en renonçant au vain espoir de renouvellement d’une technologie décidément trop chère, trop risquée et inutile. L’avenir énergétique face au Changement climatique est du côté de la maitrise de la demande d’énergie et du déploiement de moyens locaux de production maillés. Ouvrons la voie à une authentique transition énergétique dans l’intérêt de tou(te)s et de la planète… plutôt que de persévérer dans la construction hors de prix qui ne produira jamais l’électricité sûre et bon marché que chacun est en droit d’attendre.

« Monsieur le Premier Ministre entendez la voix des associations qui demandent l’annulation du décret 20 mars 2020 prolongeant de quatre années les délais accordés à la construction de l’EPR »

Appel à l’initiative des associations de Normandie : Collectif STOP-EPR ni Penly ni ailleurs, CRILAN, Effet de Serre toi-même !, FNE-Normandie et Nucléaire en Questions

En soutien à l’action juridique engagée en vue d’annuler la seconde autorisation de prolongation du chantier de l’EPR. Soutenez notre appel

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/commentaires.php?id=3957

Premiers signataires :

  • Caroline Amiel (conseillère régionale EELV),
  • Guillaume Blavette (Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ),
  • Joel Gernez (Président de FNE-Normandie),
  • Béatrice Hovnanian (Nucléaire en Question),
  • André Jacques (Président du CRILAN),
  • Yves Lenoir (Président Enfants de Tchernobyl – Belarus),
  • Corinne Lepage (ancienne ministre de l’Environnement),
  • Yannick Rousselet (membre du Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire),
  • Arnaud Schwartz (Président de France Nature Environnement)
  • Claude Taleb (Conseiller régional EELV),
  • Jacques Terracher (Président de l’ACEVE),
  • Jean-Luc Thierry,

PDF à télécharger pour plus d’infos

Voir aussi:

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/26/nucleaire-nouvelle-procedure-contre-l-epr-de-flamanville_6040764_3234.html

EPR de Flamanville: le CRILAN rejette la seconde demande de prolongation d’un chantier dont il réclame l’abandon

Lors de la CLI de Flamanville du 30 janvier, l’ASN a présenté son avis sur le projet de décret de prolongation du DAC de l’EPR. Invité à s’exprimer comme les autres membres de la CLI, le CRILAN a exposé son avis le 10 février 2020

Résumé:

Les 10 années de l’autorisation initiale du DAC de 2007 n’avaient pas suffi pour construire le nouveau réacteur pressurisé européen EPR. Une première demande de prolongation donnée en 2017 pour trois ans s’est révélée insuffisante après avoir démontré un immense fiasco technique et financier: cuve, couvercle, soudures, surcouts et délais dépassés.

Ironie de l’histoire, la déclaration du Ministre de l’économie sur « l’ échec pour la filière » et le rapport Foltz intervenaient après que le CRILAN et les associations plaignantes aient perdu leurs 6 recours en Conseil d’Etat. Les plaintes au pénal sont toujours sans réponse.

Le CRILAN ne peut imaginer un second décret de prolongation pour un EPR qui ne correspond plus au projet initial , dont on connait le contexte, et dont il réclame l’abandon en raison notamment des risques qu’il ferait courir à la population en cas d’accident.

Une solution de sortie aurait pu passer par un débat public permettant à la population de s’exprimer. C’est un risque de retard et d’abandon du site que les autorités ont voulu écarter, mais pour combien de temps ?

——————-

Les 10 années de l’autorisation initiale du DAC de 2007 n’avaient pas suffi pour construire le nouveau réacteur pressurisé européen EPR. De nombreux problèmes notamment de radier et de béton et aussi une interruption de chantier ont eu raison de ce délai.

Une première demande de prolongation donnée en 2017 pour trois ans s’est révélée insuffisante après avoir démontré un immense fiasco, en témoignent le fond et le couvercle de la cuve entachés de défauts majeurs.

Treize ans après, un chantier inachevé, des déboires en série et une seconde demande de prolongation pour quatre ans qui ne réglera rien des défauts majeurs de cet EPR

Malgré le recours de 8 associations démontrant que dès 2005, les fabricants d’équipements nucléaires étaient en incapacité technique de réaliser des pièces conformes pour la construction de cette INB répondant au principe d’exclusion de rupture, cette prolongation a été accordée par l’Etat alors que le fond et le couvercle de la cuve étaient entachés de défauts majeurs.

Ces informations constituent un changement de circonstances de fait et entachent d’illégalité le décret de création de Flamanville 3 modifié.

Elles s’inscrivent également dans le contexte des anomalies (2) et d’une enquête préliminaire ouverte par le Parquet de Paris à l’encontre de ces industriels pour usage de faux, mise sur le marché et exploitation d’équipements nucléaires, parmi lesquels figure la cuve (3) de l’EPR (4) de Flamanville 3, sans respecter les exigences essentielles de sécurité.

C’est dans ce même cadre pénal que le CRILAN a porté plainte aux cotés de Greenpeace France et du Réseau Sortir du Nucléaire auprès du Procureur de la République de Paris :

  • Le 20 juillet 2018, au sujet des soudures défectueuses du circuit
    secondaire principal de l’EPR, notamment celles relatives aux traversées de l’enceinte de confinement pour lesquelles il n’y a aujourd’hui aucune solution validée.
  • Le 16 décembre 2019, suite aux inspections de l’ASN, plainte pour manquements graves relatifs à la qualification de
    certains matériels installés sur l’EPR
    , Il s’agit de matériels participant à la démonstration de sûreté :  matériels mécaniques (pompes, vannes) ou électriques (relais, disjoncteurs…).

La Justice pénale tarde mais le chantier avance, il donne même la parfaite illusion d’une installation prête à démarrer.

Treize ans après, un chantier inachevé, des déboires en série et une seconde demande de prolongation pour quatre ans qui ne réglera rien des défauts majeurs de cet EPR

Début 2020 et à l’occasion de ce projet de seconde prolongation du DAC, le CRILAN dénonce l’absence d’information du public dont l’Etat et EDF sont pourtant débiteurs s’agissant d’activités nucléaires pouvant impacter la santé et la sécurité des personnes ainsi que l’environnement (5).

Il dénonce le déni de démocratie engagé par cette méthode alors qu’un nouveau débat public sur la création de l’EPR s’imposerait.

Et pourtant, depuis le 23 mars 2017, outre les aspects techniques développés ci-dessus, une série d’évènements à caractère économique et politique ont émaillé la difficile poursuite du chantier. 
C’est ainsi que le 28 octobre 2019, le Ministre de l’économie a déclaré que l’EPR était un « échec pour la filière » avant que le rapport Foltz ne vienne tenter de sauver le soldat EPR, symbole de toute l’industrie électronucléaire française.  De 3 milliards le coût de
l’EPR a quadruplé (12, 4 milliards) et l’endettement d’EDF est passé à 41 milliards d’euros en 2019. La solvabilité d’EDF est donc compromise.

Ironie de l’histoire cette déclaration du Ministre et ce rapport intervenaient après que le CRILAN et les associations plaignantes aient perdu leurs 6 recours en Conseil d’Etat.

La Justice d’Etat serait-elle en décalage avec la réalité du chantier de
l’EPR ? C’est ce que semble vouloir dire Corinne Lepage dans son billet de Blog : « d’un hors droit à un hors-jeu ». « A force de tordre le
bras du droit « … » le droit pourrait bien rattraper le fait et
sanctionner un fiasco technique et financier inimaginable »

Nous y sommes ?!.

Conclusion : errare humanum est, perseverare diabolicum

Le CRILAN ne peut imaginer un second décret de prolongation pour un EPR dont il connait le contexte et dont il réclame l’abandon en raison notamment des risques qu’il ferait courir à la population en cas d’accident.

A défaut d’un abandon que nous réclamons, une solution de sortie aurait pu passer par un débat public permettant à la population de s’exprimer sur la reprise d’une installation qui ne ressemble plus en rien au projet initial. C’est un risque de retard et d’abandon du site que les autorités ont voulu écarter, mais pour combien de temps ?

1 Modification du décret attaqué par décret n° 2017-379 en date du 23 mars 2017.
Ce décret modifie la durée de mise en service de l’EPR de Flamanville 3, la durée de dix ans initialement prévus par le décret attaqué étant remplacée par treize ans.

2 Site de l’ASN, « Anomalies de fabrication de la cuve de l’EPR et irrégularités détectées dans l’usine Creusot Forge Areva »

3 Pièce substantielle au point qu’il n’existe pas de scénario envisageant la rupture de celle-ci

4 Réacteur à eau pressurisée, nouveau type de réacteur développé par Areva

5 L. 125-12 et suivants du code de l’environnement

6 Un délai de mise en service est fixé au sein du décret d’autorisation de création des installations nucléaires de base. Ce délai vise à éviter la mise en service d’une installation qui, du fait de l’ancienneté de sa conception, ne répondrait plus à l’exigence de mise en œuvre des meilleures techniques économiquement accessibles, à éviter la mise en service d’une installation dont l’environnement ne serait plus compatible avec le fonctionnement et/ou à ne pas laisser perdurer l’autorisation de création d’une installation dont l’exploitant ne serait pas en mesure d’achever la construction. Au terme de ce
délai, l’article L 593 -13 du Code de l’environnement prévoit qu’il peut alors être mis fin à l’autorisation de l’installation après avis de l’ASN.

Le CRILAN porte plainte contre EDF pour manquements graves relatifs à la qualification de certains matériels installés sur l’EPR

Communiqué de Presse du 16 décembre 2019

EPR de Flamanville

Le 20 juillet 2018 et à la suite du Réseau « Sortir du nucléaire » et de Greenpeace France, le CRILAN engageait une plainte près du Procureur de la République de Cherbourg au sujet des soudures défectueuses, notamment celles relatives aux traversées de l’enceinte de confinement. 

Ce 16 décembre 2019, suite aux inspections de l’ASN et en lien avec la plainte de Réseau « Sortir du nucléaire » et de Greenpeace France, le CRILAN dépose plainte près du Procureur de la République de Paris pour manquements graves relatifs à la qualification de certains matériels installés sur l’EPR.

Il s’agit de matériels participant à la démonstration de sûreté :  matériels mécaniques (pompes, vannes) ou électriques (relais, disjoncteurs…). Cette qualification repose notamment sur des études et des essais. Elle doit faire l’objet d’une documentation et d’une traçabilité des réserves et des points « ouverts », ce qui n’a pas toujours été le cas.

EDF étant soumis à la réglementation sur les installations nucléaires de base, les violations commises peuvent être sanctionnées pénalement.

Retour à Helsinki pour les Clis de la Manche: l’Ambassade de France

L’Ambassadeur de France en Finlande

Mercredi la réception à l’Ambassade de France a été l’occasion pour le CRILAN de revenir auprès de l’Ambassadeur sur la résolution du litige opposant Areva et TVO qui a fait construire le premier EPR en Finlande .

Dans sa réponse , l’Ambassadeur assisté du conseiller nucléaire pour Finlande et la Grande Bretagne a détaillé l’accord financier et le rôle de la diplomatie dans la résolution du conflit.

CF article précédent: http://crilan.fr/en-route-vers-la-finlande/

L’EPR finlandais accuse lui aussi un retard phénoménal de 10 ans et un coût de l’ordre de 10 milliard . Le retard a entraîné un dédommagement de 450 millions d euros de la part d’ Areva … et donc de la France…

« L’accord prévoit  aussi un système de bonus-malus : Areva et ses partenaires pouvaient recevoir jusqu’à 150 millions d’euros si le projet était achevé avant fin 2019, mais ils peuvent payer jusqu’à 400 millions d’euros ( maxi) supplémentaires en cas de nouveau retard au-delà de cette échéance. Ce système des bonus/malus devrait donc s’enclencher fin 2019. Areva avait précédemment évoqué un malus de 20 millions d’euros par mois de retard.« 

On croise les doigts ?!…

Voir aussi:

https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/areva-et-tvo-soldent-leur-litige-sur-l-epr-finlandais-1748354.php

TVO: consortium privé finlandais de production électrique, assis sur l’industrie di bois et du papier.

EPR finlandais: visite de chantier pour les CLI de la Manche

Hier 26 novembre l ‘après midi du voyage des CLI de la Manche a été consacré à la visite du chantier de l’EPR Finlandais, retour sur cette visite..

Après un rapide échange avec les élus de la région de l’EPR finlandais , qui a permis de comprendre que l’argent irrigue la région, la délégation de 27 personnes dont 6 journalistes a pu visiter le chantier qui n’en finit pas, même si un jalon semble fixé à début 2020 ( un de plus ?)

Deux choses sont à remarquer:

Areva est bien présent dans ce projet aux cotés de TVO le client, mais nous n’avons pas pu disposer d’un point global sur la situation de cet EPR: projet technique initial , problèmes rencontrés, planning, couts et questions financières… rien..

Si certains ont pu voir et poser leurs questions, d’autres n’ont pu accéder aux salles « où il se passe quelque chose », personne n’a eu accès au « coeur » à moins de 10m , ni voir le couvercle semble t il suspendu…

Certes si tout semble beau , propre et de peinture récente, il a été difficile d’ en savoir plus sur le dernier « incident » lié aux vibrations amorties par des dispositifs anti-fouettement des tuyaux du coeur..

Pour mémoire l’EPR de Flamanville ne dispose pas de dispositifs anti-fouettement mais les soudures  » en exclusion de rupture » seraient de qualité supérieure… Il serait par ailleurs impossible de rajouter de tels dispositifs à Flamanville ( sic) .. Sûr? Il va falloir faire un comparatif des deux EPR..

EPR : toujours plus loin dans la fuite en avant..

   

Communiqué de Presse CRILAN du 10 Octobre 2019. Aujourdhui à l’occasion de l’Assemblée Générale de la CLI de Flamanville au cours de laquelle un point complet était fait sur le chantier de l’EPR, le CRILAN a demandé une nouvelle fois l’arrêt de ce chantier catastrophique.

Après le béton, la cuve, le fond, le couvercle, les soudures défectueuses, voici le pressuriseur et les 4 générateurs de vapeur qui s’invitent dans la longue liste des non-conformités de ce réacteur.

Tous ces éléments concernent le circuit primaire et le circuit secondaire principal: il en va de la sureté de l’installation et de la sécurité de la population.

Plus grave encore, alors que les solutions pour réparer les soudures et d’autres éléments sont encore à l’étude, on ose parler d’essais à chaud et de chargement du combustible.

Il n’est pas possible de prendre le Cotentin et le Nord-Ouest du Pays en otage avec cette bombe nucléaire en puissance, alors que tant de questions restent posées.

Le CRILAN demande expressément l’arrêt immédiat de ce chantier catastrophique dont le coût est désormais estimé à presque 13 milliards d’euros, (3,3 à l’origine).

EDF reconnait « des écarts » de fabrication sur les GV et le pressuriseur de l’EPR de Flamanville

Après la cuve, le couvercle, les soudures … voici les 4 générateurs de vapeur et le préssuriseur..

Point sur l’écart relatif au référentiel technique de fabrication de composants de réacteurs nucléaires par Framatome

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/nucleaire/non-qualites-et-ecarts-de-fabrication/point-sur-l-ecart-relatif-au-referentiel-technique-de-fabrication-de-composants-de-reacteurs-nucleaires-par-framatome

« Ces pièces conçues par Framatome pourraient ne pas avoir été fabriquées correctement, les procédures prévues n’ont pas été respectées lors d’opérations réalisées sur certaines soudures de générateurs de vapeur.

Ce possible défaut de fabrication concerne des matériels en service ainsi que des matériels neufs qui ne sont pas encore en service ou installés sur un site. EDF n’a pas précisé quels sites étaient affectés. Mais cela ne concerne pas l’ensemble de son parc de 58 réacteurs, car l’électricien ne se fournit pas exclusivement chez Framatome pour ses générateurs de vapeur. Certains proviennent aussi de l’américain Westinghouse ou du japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI). 

Pour mémoire, le changement des générateurs de vapeur du CNPE de Flamanville ( 1 et 2) est prévu en 2021 et 2022. Vous avez 4 générateurs de vapeur par réacteur à Flamanville, soit au total 12 générateurs de vapeur ( 8 pour Flamanville 1&2 et 4 pour l’EPR).

Les générateurs de vapeur sont d’énormes pièces qui servent d’échangeur thermique entre l’eau du circuit primaire et l’eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine qui produit l’électricité dans une centrale nucléaire.

Vous trouverez en pièces jointes quelques images et schémas de générateurs de vapeur. Un générateur de vapeur (GV) est un cylindre d’une vingtaine de mètres de hauteur, renfermant 3 000 à 6 000 tubes suivant les modelés, en forme de U inversé. Les tubes ont un diamètre de 2 cm environ, et montent dans le cylindre jusqu’à 10 m. »

Emmanuel Lunel, Clis de la Manche le 11 09 2019

Le document de l’IRSN:

Bernard Laponche, physicien nucléaire et l’EPR

Stéphane Dépinoy recevait Bernard Laponche, physicien nucléaire et ancien membre du Commissariat à l’énergie atomique. Suite au feuilleton de l’EPR de Flamanville, quelles sont les perspectives d’avenir? France Info 1 juillet 2019

Opération « Chinon-Flamanville » et réunion publique « PPI Flamanville » à Valognes le 27/03

Dans le cadre de l’action CANO « Alerte aux transports de combustible » de Chinon à Flamanville, 2 actions sont organisées pour le 27/03:

  • (faux) blocage du (faux) convoi. RDV sur la place du château de Valognes à partir de 13h pour action vers 14h (fin prévue 15h)
  • réunion publique « PPI Flamanville » destinée à informer le public de Valognes et des environs sur les impacts que peuvent avoir un accident à Flamanville . Réunion organisée par le CRILAN, l’ACRO, le CREPAN-FNE, Greenpeace

« Dress code » (si possible) pour 14h : combinaison de peinture blanche (il y en aura sur place)

Voici les documents pour diffusion et mobilisation:

PPI de la Centrale de Flamanville: la préfecture présente son plan à la CLI de Flamanville

PPI de la Centrale de Flamanville: un plan lacunaire et une ligne de démarcation nucléaire qui interroge.
Photo avant la réunion avec la Prefecture organisée au Pieux à la demande des associations antinucléaires et critiques à l’attention des membres de la CLI de Flamanville. 
Cette réunion non ouverte à la Presse a été suivie par les associations et des des experts mais pas par les nombreux ELUS ( sauf 2) ..de la CLI …
Quatre réunions publiques seront organisées par la Prefecture dans le Nord Cotentin d’ici mars..
Comme quoi le CRILAN, Greenpeace et ACRO ont bien fait d’insister!! 
A la population de s’emparer de ces moments de réunion et de la consultation publique en cours des mairies du périmètre des 20km autour de Flamanville jusqu’au 21 décembre

Notre Communiqué de presse:

Communiqué de Presse

CRILAN- CLI Flamanville 10 Décembre 2018

Des travaux du Livre Blanc au nouveau PPI de la Centrale de Flamanville

Au vu de ce que nous avons appris au cours de plus de 20 réunions sur le Livre Blanc sur les Installations nucléaires du Cotentin, et à la lecture du document PPI, l’organisation préventive des secours en cas d’accident nucléaire est purement administrative, lacunaire et anxiogène.

  • Le système d’alerte par radio, TV, téléphonie portable est lacunaire
  • Les moyens de secours supposés reposent sur les maires et les enseignants : PCS (plans communaux de sauvegarde), PPMS (plans de prévention et de mise en sécurité des enfants des écoles),
  • La distribution des comprimés d’iode stable démontre une organisation incompréhensible et peu susceptible d’atteindre l’efficacité recherchée.
  • L’organisation de la chaîne de décision se révèle très administrative, probablement militaire et centralisée à Saint Lo.

Une ligne de démarcation nucléaire

A la lecture du projet de PPI de Flamanville l’impression d’être administré prévaut avec une ligne de démarcation qui coupe le Cotentin du reste de la Manche. De « ligne d’arrêt hermétique » cette ligne est devenue pudiquement une « ligne d’accueil et d’information » anxiogène.

Il a fallu l’insistance des associations environnementales antinucléaires et critiques pour que la Préfecture vienne détailler ce PPI devant la CLI de Flamanville.

Même si une consultation publique est organisée dans les mairies du périmètre de 20 Km et en sous-préfecture, aucun débat public n’est prévu contrairement à ce que nous pourrions attendre.

Nous le déplorons et continuons à exiger un large débat public large incluant l’ensemble des populations impactées, soit l’ensemble des habitants de la Manche.

Vraiment, rien ne justifie d’exposer la population du Cotentin aux risques potentiels des 3 réacteurs de Flamanville, qui plus est près d’un EPR dont on connaît les non conformités et censé fonctionner pendant 60 ans.

Conférence de presse : un nouveau recours contre la mise en service de la cuve de l’EPR

Le 28 novembre 2018, le Réseau “Sortir du nucléaire“, Greenpeace France, le CRILAN et Stop EPR-Ni à Penly ni ailleurs ont déposé un recours devant le Conseil d’État pour faire annuler l’autorisation donnée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour mettre en service la cuve du réacteur EPR de Flamanville. Cette autorisation, ouvre la porte à un risque inacceptable pour les populations. Source RSDN 29 novembre 2018
Une autorisation qui n’aurait jamais dû être accordée

Dès 2005, l’ASN a alerté Areva NP (maintenant Framatome) et EDF des mauvaises pratiques qui régnaient à l’usine de Creusot Forges. Ignorant ces avertissements, Areva NP y a quand même fait fabriquer des éléments importants de la cuve destinée à l’EPR de Flamanville. Comme l’atteste la correspondance entre Areva et l’ASN, l’industriel a passé outre les remarques de cette dernière sur les processus de fabrication de cet équipement. Or, une fois la cuve irréversiblement installée dans le réacteur, Areva a averti l’ASN qu’elle comportait un défaut remettant en question sa solidité !

Après avoir qualifié cette anomalie de « très sérieuse », l’ASN a pourtant proposé à Areva d’introduire une demande de dérogation. Malgré les protestations de nombreux citoyens, l’Autorité de sûreté a finalement rendu un avis favorable à l’utilisation de cette cuve, puis, le 10 octobre 2018, délivré une autorisation sous réserve du changement du couvercle et de mesures de surveillance.

Pour nos associations, cette autorisation n’aurait jamais dû être délivrée. Du fait des mauvais procédés de fabrication, cette cuve ne remplit pas les caractéristiques de sûreté initialement exigées. La rupture de la cuve, qui aurait dû être « exclue », ne peut plus qu’être « prévenue » par des mesures de surveillance qui ne compenseront jamais ses défauts. Les marges de sûreté nécessaires pour faire face aux imprévus et au vieillissement d’un réacteur censé fonctionner 60 ans sont irrémédiablement entamées. Comment ne pas être inquiétés par les propos de Pierre-Franck Chevet (ancien Président de l’AN), qui affirmait le 30 novembre 2017 devant le Sénat : « Quand on fait les calculs, ça passe encore, pour faire simple, mais de manière relativement limite » ?

Une inquiétante logique dérogatoire au profit d’industriels délinquants

Sur le principe même, l’octroi de ce feu vert apparaît tout aussi inacceptable, alors même que l’ASN a été mise devant le fait accompli des mauvaises pratiques d’Areva, qui n’a pas tenu compte de ses avertissements. Il est scandaleux qu’un industriel puisse obtenir une dérogation à des règles auxquelles il a délibérément cherché à se soustraire – qui plus est sur la base de textes qui ne devraient pas s’appliquer ici.

L’ASN a-t-elle agi par complaisance envers EDF ? A-t-elle subi des pressions des milieux industriels, afin de ne pas menacer le sauvetage de la filière nucléaire ni la mise en service d’un réacteur présenté comme la clé de voûte de la relance du nucléaire français ? Bénéficiait-elle de moyens insuffisants pour pouvoir rester intransigeante et indépendante ?

Quoi qu’il en soit, cette autorisation n’aurait jamais dû être délivrée, dans la mesure où elle ouvre la voie à une dangereuse logique dérogatoire où l’ASN finira toujours par céder devant des exploitants qui la mettront devant le fait accompli. 

Téléchargez notre recours

PDF - 4.4 Mo
Autorisation cuve – Recours 28/11/18

CP recours autorisation cuve EPR_OK

Notre Communiqué de presse

https://www.sortirdunucleaire.org/Flamanville-recours-autorisation-cuve

Voir aussi: 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/les-anti-nucleaires-lancent-une-nouvelle-procedure-judiciaire-contre-l-epr-de-flamanville-1543425966

EPR, PPI, Livre Blanc – L’urgence de réponses claires

Ni nucléaire, ni effet de serre!

L’exposition ASN IRSN au Pavillon des Energies du Dézert est une initiative intéressante du Conseil Départemental pour informer le public. Elle n’en reste pas moins une opération de communication qui ne saurait dédouaner ses promoteurs de leurs autres responsabilités.

Au moment où le Gouvernement retarde à 2035 la part de l’énergie nucléaire au niveau de 50 %, au moment où il tue dans l’œuf la filière hydrolienne de Cherbourg, au moment où l’on s’apprête à araser le barrage hydroélectrique de Vezins, le prétendu mix énergétique a beau jeu de masquer les vraies questions que posent les centrales nucléaires vieillissantes et l’EPR.

Dans la Manche, où l’on observe une des plus fortes concentrations d’installations nucléaires au monde (La Hague, le CSM, Flamanville, l’Arsenal), la population et les associations comme la nôtre sont confrontées à de nombreuses questions sans réponses. Les CLIs qui relèvent du Conseil Départemental devraient être le cadre des réponses et de l’anticipation.

Les vieux réacteurs de Flamanville trentenaires et arrivés en bout de course doivent être rafistolés pour pouvoir durer 10 ans, 20 ans ? Certaines pièces sont pourtant réputées défectueuses comme les générateurs de vapeur. Qui s’en émeut ?

A l’EPR dont le coût va atteindre les 11 milliards, ce sont la cuve, le couvercle et les soudures du circuit de vapeur dit secondaire principal qui sont impactés par des défauts alors que l’ASN émet régulièrement des réserves avant de devoir se satisfaire des réponses du Lobby Nucléaire. Et ce n’est pas le décret gouvernemental du 3 janvier 2016 qui autorise des dérogations sur l’aptitude au service d’un réacteur non conforme qui peut rassurer la population exposée à des risques incalculables, bien au contraire. L’affaire des soudures a amené le CRILAN à déposer plainte en juillet dernier à propos de ces soudures défectueuses du circuit de vapeur dit secondaire principal, élement de sûreté s’il en est. Cette plainte au pénal déposée près du Procureur de la République de Cherbourg en lien avec le Réseau Sortir du Nucléaire et Greenpeace porte aussi sur les responsabilités relatives aux infractions constatées. Cette affaire a rebondi mercedi 3 octobre sous la forme d’une information ASN sur la défaillance de la surveillance du chantier par EDF. Qui s’en emeut?

Au moment où le Préfet doit mettre en place un PPI de la Centrale de Flamanville élargi à 20 km, et face aux risques liés à un accident nucléaire, nous sommes en droit de nous demander quel sera le sort réservé aux populations dans ce périmètre et au-delà sous l’effet des vents : confinement ? évacuation ? exode sans retour ? Le besoin d’information du public est réel : quels rôles pour l’Etat, les collectivités locales et-ou l’Armée en cas d’accident ? Mais avant, quid de la distribution d’iode, des plans communaux de sauvegarde et des PPMS (propres aux écoles) potentiellement impactés par le PPI de Flamanville ?

Suite au voyage des CLIs à Fukushima en 2017 et au moment de la finalisation des compléments au Livre Blanc sur les installations nucléaires du Cotentin, le Conseil Départemental responsable des CLIs doit apporter et exiger des réponses aux questions des CLIs.

En conclusion, nous attendons une prise en compte sérieuse des sujets ci-dessus, des réponses claires et aussi des moyens humains à la hauteur des enjeux pour les CLIs.

Les représentants du CRILAN dans les CLIs de la Manche

MERCI POUR CET EPR-PASSOIRE

MERCI POUR CET EPR-PASSOIRE retrace l’histoire de l’EPR, pur produit AREVA imposé à EDF. Tête de gondole de l’industrie nucléaire française, l’EPR se voulait pérenniser et vendre l’électronucléaire francais. Résultat: incapable d’en construire et d’en faire fonctionner un seul en France, EDF qui est en quasi faillite en voudrait 6,10,20 !?.

En empêchant le développement des énergies renouvelables, le lobby nucléaire condamne notre pays à l’impasse énergétique.

Politiquement nous observons une même stratégie éléctro-nucléaire chez Sarkozy, Hollande et Macron. Même obstination aussi pour ces 3 présidents pour vendre des EPR en Inde en zone sismique.

Au travers de l’actualité récente, l’ouvrage détaille les derniers déboires et scandales de l’EPR dont le coût va atteindre les 11 milliards:

  • Défauts relatifs aux bétons et ferraillages
  • Cuve du réacteur non conforme rendue apte au service par décret gouvernemental du 30/12/2015, publié le 3/1/2016, (oui..oui.!)
  • Couvercle non conforme mais autorisé …
  • Soudures défecteuses sur le circuit de vapeur dit secondaire principal…

Tout ceci dans un contexte aggravant de falsification de documents de production à l’usine AREVA du Creusot..

A l’occasion de de la visite de F Hollande et de B Cazeneuve dans la Manche il est utile de lire attentivement le chapitre juridique de l’EPR.

Le 18 avril 2017, le CRILAN et 7 autres associations ont déposé un recours gracieux auprès du Premier Ministre Cazeneuve contre la prolongation de 3 ans du chantier EPR. Mais celui-ci est resté sourd à cet appel, obligeant les plaignants à porter l’affaire en Conseil d’Etat.

Le dernier paragraphe ouvre le dossier de plainte au pénal déposé par Sortir du Nucléaire, Greenpeace et le CRILAN en juillet dernier près du Procureur de la République de Cherbourg. Cette plainte porte sur les soudures défectueuses du circuit de vapeur dit secondaire principal, élément de sûreté s’il en est. Elle porte aussi sur les responsabilités relatives aux infractions constatées.

Qu’on se rassure, dans notre pays où le nucléaire est devenu raison d’Etat depuis plus de 40 ans, les recours en Justice risquent peu de contrarier les plans du Lobby nucléaire… Mais qui sait ? Dans cette lutte du pot de terre contre le pot de fer, où la protection des populations passe au second plan, il reste à espérer que le pot de fer devenu passoire n’entraîne jamais un Fukushimanche et en soit donc empêché.

Le Flyer de cette Publi-Fiction est en dédicace près des militants du CRILAN dans l’esprit de convivialité habituel !

Soudures défectueuses de l’EPR: Le CRILAN porte plainte près du Procureur de la République de Cherbourg

COMMUNIQUE (20/07/2018)

Après Greenpeace et Sortir du Nucléaire, le CRILAN porte plainte auprès du Procureur de la République de Cherbourg à propos des soudures défectueuses du circuit secondaire de l’EPR.

Il s’agit d’une plainte au pénal contre EDF, Framatome et contre X en raison de graves manquements à la sûreté nucléaire.

Cette plainte prend un relief particulier après la récente consultation flash de l’ASN en vue d’autoriser des tests à chaud avec de la vapeur polluée au tritium issue des réacteurs 1 et 2 sur ce circuit secondaire situé en zone « non nucléaire » de l’EPR.

Programmation Pluriannuelle de l’Énergie-Nous sommes à un tournant!

Le 24 mai 2018, à l’initiative du Maire de Flamanville, commune d’implantation de la centrale nucléaire EDF, un débat public était organisé à la Salle du Rafiot.

Comme plusieurs associations environnementales, le CRILAN alerte constamment les autorités et la population sur la situation préoccupante de la politique énergétique française.

  • Soit nous prolongeons le système énergétique français tel qu’il existe actuellement, au risque de le mettre durablement sous perfusion, notamment avec l’argent du contribuable.
  • Soit nous actons un changement de modèle, qui s’appuie sur une baisse de la consommation d’énergie (tendance européenne actuelle) et le développement des énergies renouvelables.

La nouvelle Feuille de route énergétique de la France à 2023 et 2028 – la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) – actuellement en préparation, devrait aller clairement dans cette seconde voie.

Le débat public sur la PPE, organisé par la Commission nationale du débat public du 19 mars à fin juin 2018, devrait être l’occasion de mettre tous les sujets sur la table, qu’il s’agisse des risques et des déchets nucléaires, mais aussi des grands enjeux d’évolution de la mobilité ou encore de la massification de la rénovation performante des logements.

De même, l’implication des territoires et des acteurs locaux, la création de valeur et d’emplois, la lutte contre la précarité énergétique, la solidarité entre territoires, les transitions professionnelles ou la qualité de l’air sont des sujets qui ne devraient pas être mis de côté.

Pourtant, le Ministère de la Transition énergétique et solidaire, maître d’ouvrage du débat public sur la PPE, voudrait que ce débat soit circonscrit à seulement certains scénarios énergétiques.

Face aux résistances de l’ancien monde, les précurseurs d’un nouveau modèle énergétique pour la France montrent la voie : collectivités territoriales, entreprises, citoyens, associations ; leurs réalisations préfigurent notre futur paysage énergétique si nous le voulons.

Le gouvernement, dans le cadre de la PPE, fera un choix pour les 10 ans à venir, ce qui devrait nécessiter un débat public sans zone d’ombre.

C’est l’occasion pour le CRILAN de développer ses positions sur ce débat faussé et de rappeler quelques enjeux de cette PPE pour notre région.

En novembre 2017 RTE le gestionnaire de transport d’électricité, a publié cinq scénarios de prospective électrique. Seulement deux d’entre eux ont été retenus pour la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie en raison de leur plus faible impact supposé sur le climat.

La SFEN, association pro-nucléaire mise en avant dans le débat public, se réjouit donc que les 2 scénarios préférés par RTE soient ceux avec le moins de fermetures de réacteurs nucléaires :

  • Le Scénario Volt prévoit la fermeture de 9 réacteurs de 900 MW (hors Fessenheim) à l’horizon 2035.
  • Le Scénario Ampère prévoit la fermeture de 16 réacteurs.

Ces deux scénarios témoignent d’un manque d’ambition concernant la réduction de la part du nucléaire, sont trop conservateurs et frileux en matière d’efficacité énergétique, visent des niveaux d’exportation d’électricité irréalistes au regard des tendances actuelles de nos voisins. Ils ignorent volontairement :

  • Le scénario Watt qui prend comme hypothèse la fermeture de chaque réacteur après quarante ans de fonctionnement
  • Le scénario Hertz qui table sur la fermeture de vingt-cinq réacteurs nucléaires pour que l’atome ne représente plus que 50 % du mix énergétique d’ici 2025, conformément à l’objectif de la Loi de Transition Energétique.

Le débat sur la PPE est donc tronqué, la question climatique servant d’alibi à la promotion du nucléaire sous couvert d’un mix énergétique et d’une transition écologique de l’énergie en trompe l’œil.

Le ministre Hulot a rejeté la réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique, sine die, reportant la transition énergétique à une portion congrue.

Chaque jour, de nouveaux incidents sont signalés sur nos installations nucléaires vieillissantes qu’un grand programme de « rafistolage » doit prolonger.
Nous sommes donc tous informés des risques industriels, sanitaires et sociaux du nucléaire qui pèsent sur les populations. N’aurions-nous rien vu ni à Mayak, ni à Tchernobyl, ni à Fukushima ?

Pire, nous sommes témoins des malfaçons, voire des malversations relatives à la construction et à la fabrication des réacteurs nucléaires dont l’EPR. Allons-nous laisser faire quitte à modifier les règlements pour mieux nous en accommoder comme l’industrie du nucléaire l’a déjà fait en catimini de multiples fois sans aucun débat démocratique ?
L’EPR, inutile, coûteux, dangereux, finit longuement sa construction, Fessenheim (ce grand mourant) ne devant être arrêté qu’à la mise en marche de l’EPR au terme d’un contrat léonin au profit d’EDF.

Enfin la stratégie de gestion des déchets nucléaires atteint ses limites, elle est uniquement orientée vers le retraitement-extraction du plutonium pour la production du MOX et pouvant servir à la prolifération militaire. L’enfouissement des déchets à Bure, bien que retardé, reste programmé, la Hague doublant son entreposage pour satisfaire aux besoins. Pour le CRILAN, la gestion des déchets nucléaires doit être réorientée vers le stockage à sec des combustibles usés et vers la neutralisation du plutonium.

Pendant ce temps, les lanceurs d’alerte qui mettent en évidence les défauts de sûreté et de sécurité des installations nucléaires sont trainés en justice et sévèrement condamnés. Ils devraient plutôt être félicités pour service rendu.

Ici, dans le Cotentin nous sommes témoins de la valse-hésitation du Gouvernement sur la promotion des énergies renouvelables :

Où en sont les hydroliennes promises à Cherbourg ?

Où seront implantées les premières éoliennes en mer que l’on promet de construire à Cherbourg ?

Autant de questions qui interrogent sur la volonté des Pouvoirs Publics depuis trop longtemps soumis au lobby nucléaire … pour que rien ne change !

JUSTICE D’ETAT …ET SENS DES MOTS

COMMUNIQUE (07/04/2018)

 

Le CRILAN et « Notre Affaire à tous » (1) avaient déposé une requête au CONSEIL D’ETAT demandant l’annulation du décret du 23 mars 2017, portant à 13 ans le délai de construction du réacteur EPR de Flamanville, et ce, sans procédure nouvelle.
Par jugement du 28 mars 2018, les requêtes des 2 associations ont été rejetées. Elles  sont condamnées à verser chacune à EDF une somme de 2000 euros au titre des frais d’avocat de cette dernière.
 
La loi exigeait pourtant que lors de modifications substantielles d’un projet de cette nature, les procédures d’autorisation ( Débat public, enquête publique,…) soient recommencées, en cas de nouveau décret.

Le Conseil d’Etat a considéré  que n’étaient substantielles, notamment, ni les modifications de la conduite de rejets, ni l’abandon prévu à l’origine du combustible MOX au plutonium au profit de l’uranium enrichi, ni la validation d’une cuve aux fond et couvercle fragilisés par des aciers aux excès de carbone, non conformes aux lois et règlements en vigueur quant à la sécurité des installations. 
« Il n’est pas impossible que ces anomalies ne soient surmontées au cours des trois prochaines années » (2)  a estimé pour sa part le rapporteur public, lors de l’audience du 8 mars. Argument imparable et qui laisse sans voix…
 
Ainsi le Conseil d’Etat s’appuie-t-il sur des nouvelles définitions, « légales », pour modifier le vocabulaire commun. Le Monde du nucléaire nous avait déjà habitué au sien, en rebaptisant les conteneurs de déchets en colis, des cadeaux en quelque sorte pour l’immédiat  et les nombreux siècles à venir, et l’accident majeur, en « excursion nucléaire »: le grand voyage.
Grand héritier Napoléonien, il vous l’affirme : Dangerosité potentielle ou avérée du couvercle du  réacteur EPR , prototype relevant déjà d’un archaïque passé,   qui ne fonctionne toujours pas en dépit d’une addition de dépenses qui s’accroît honteusement : à dégager et SILENCE ! Gardons-foi en l’ASN!… Réjouissons-nous! l’EPR finira bien par fonctionner un jour : 
C’est la fable de l’Etat , de l’argent , de l’atome et  du juge!
Didier ANGER ( Pour le CRILAN)
1 « Notre affaire à tous »https://notreaffaireatous.org
2 Ouest-France- site internet 8/4/2018, modifié le 12 mars

A qui le « Pinocchio d’or » ? 

COMMUNIQUE (09/02/2018)

Qui ne connaît Pinocchio, ce personnage légendaire dont le nez s’allongeait  lorsqu’il mentait ?
Des personnalités étaient en marche en Cotentin en ce début de février 2018
A laquelle attribuer un « Pinocchio d’or »? 
 
Est-ce à Monsieur Sébastien LECORNU, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la transition écologique, qui, par voie de presse a évoqué un recyclage quasi complet des combustibles irradiés des centrales nucléaires à ORANO-La Hague ( ex AREVA) ou à Madame Barbara POMPILI, ex EELV, députée et rapporteuse de la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires qui l’accompagnait dans cette visite ?
 
1° Le premier a omis que la réalité des opérations du CEA, d’abord, d’AREVA NC ensuite, et maintenant d’ORANO, a été et reste l’extraction du plutonium à des fins  militaires et/ou civiles :
  • c’est à dire 1% des combustibles. 
  • 4% de ces combustibles usés dits de Haute activité à vie longue ( HAVL), vitrifiés, sont entreposés à la Hague, pour certains depuis des dizaines d’années et encore pour longtemps, avant d’être, éventuellement transférés à Bure ( scénario officiel );
  • Les 95% d’uranium issus du retraitement, dits « recyclables », ne sont pas « recyclés » ( malgré des essais à Cruas-Meysse );
  • Le combustible MOX n’est pas …retraité .
  • Une partie du plutonium (de 50 à 60 tonnes), vieux de plus de 5 ans, n’est pas moxable, « en magasin » sous terre et sous protection armée ;
  • Et les opérations des travaux de l’ex-AREVA produisent eux-mêmes des déchets. 

Au total, après « retraitement », il y a plus de déchets nucléaires que « sans retraitement »…
 
2°La seconde fait sienne la propagande nucléaire en déclarant :«Il y a avec l’EPR des progrès indéniables en matière de sûreté. C’est le premier réacteur doté d’un récupérateur de Corium. Il faut reconnaître les compétences rassemblées ici, dont ont peut être fiers. » .
Mais elle ment par omission : pas un mot sur les défections de la cuve dont on parle de changer le couvercle en 2024 et qui ont pourtant défrayé la chronique et pourraient occasionner un accident majeur, en atmosphère et en mer de la Manche. 
 
La réalité est que la cuve  de l’EPR de Flamanville aurait dû être « retoquée » si l’Etat n’avait pas prévu de déroger à ses  propres lois et réglementations (décret du 30/12/2015) en ce qui concerne les installations nucléaires sous pression.
A vous de choisir qui  mérite  un « Pinocchio d’or ». Qui a le nez le plus long ?

Didier ANGER, pour le CRILAN

A propos de l’annonce de la fermeture progressive éventuelle de 17 réacteurs nucléaires : Questions au Ministre de la transition écologique…

COMMUNIQUE (10/07/2017)

Le Ministre de la transition écologique et solidaire a repris les décisions déjà prises sous le quinquennat de François Hollande :

  • La réduction de 75 à 50 % du pourcentage de la production de l’électricité françaises par des installations nucléaires de base d’ici 2025.
  • Le maintien de cette même production au niveau actuel . ( En 2016, elle a même dépassé 80%).
  • La fermeture de Fessenheim conditionnée par la mise en marche de l’EPR de Flamanville, malgré ses malfaçons, en 2018. Durée de vie de ce réacteur prévue à l’origine : 60 ans.
  • «La transition énergétique pour une croissance verte» grâce au recours aux énergies renouvelables.

Flou non artistique ? Contradictions ? Incohérences ? ou même arnaque aux effets d’annonce ?…

Parmi les questions qui restent posées, citons :

  • Les projets de suppression progressive des voitures à essence ou diesel et la transition vers les véhicules électriques, d’une part, et d’autre part le développement des nouvelles technologies susciteront-elles une croissance d’électricité qui pourrait être fournie par les énergies renouvelables dont le développement est déjà très en retard par rapport aux engagements européens ?
  • La fermeture imprécise dans le temps de 17 réacteurs serait-elle compensée par le remplacement d’autres réacteurs nucléaires appelés EPR NM (nouveau modèle low cost), envisagée par le PDG d’EDF d’ici la fin des années 2020, et sans réserves financières ( plus de 37 milliards d’endettement officiel).

Apparemment, l’accord Gouvernement-EDF sur le maintien de la production globale nucléaire (et non en pourcentage) n’est pas à ce jour remis en cause. En l’état, le flou des annonces du Ministre n’empêche pas les risques majeurs du nucléaire vieillissant et nouveau, comme ceux liés à la cuve de l ’EPR que le pouvoir s’apprête à mettre en marche coûte que coûte… La première mesure significative serait de l’arrêter !

TOUS à FLAMANVILLE, LES 1 & 2 octobre 2016 !

Un collectif d’organisations s’est créé le 17 janvier 2015 à ST Lô, à l’appel du CRILAN et  du «Collectif STOP EPR  NI à PENLY, ni ailleurs» et s’est rapidement élargi sous l’appellation :«Collectif antinucléaire Ouest» désigné par l’acronyme «CANO»

Lors de cette assemblée constitutive, il a été  notamment décidé la création d’un collectif d’associations, d’organisations et de particuliers de l’Ouest (Bretagne, Pays de Loire et Normandie) ouvert à tous ceux et celles qui partagent les valeurs, les buts et les méthodes du mouvement antinucléaire pour garantir le succès d’une mobilisation en 2016 dans la Manche.

Ce collectif:

  • a vocation à rassembler tous ceux et celles qui se reconnaissent dans le slogan adopté précédemment et qui veulent contribuer au succès collectif du projet à savoir: ARRÊT DU NUCLÉAIRE, ENERGIE DE DESTRUCTION MASSIVE ! NON à l’EPR ! NON AU RAFISTOLAGE DES VIEILLES CENTRALES !
  • repose sur l’action et l’autonomie des associations et des particuliers qui le constituent, en aucun cas il ne saurait se substituer à eux
  • a vocation à agir de manière collégiale, transparente et démocratique. Des assemblées générales seront organisées, au moins une fois par trimestre, pour poursuivre le travail de mobilisation et prendre les décisions nécessaires à l’organisation du rassemblement et d’événements en amont. (…)

http://www.can-ouest.org/

Arrivée du couvercle défectueux de la cuve de l’EPR

Parti de Châlons-sur-Saône, le 8 février, le lourd convoi transportant le couvercle jugé défectueux de la cuve de l’EPR et son  impressionnante escorte policière  devaient arriver à Flamanville le vendredi 12 entre 12 et 14 heuresC’était sans compter sur la détermination de Greenpeace qui entendait dénoncer l’absurdité de cette politique du fait accompli ; treize de ses militants, trompant la vigilance policière ont réussi à s’enchaîner aux essieux du camion, sur un parking, au sud de Caen, entraînant un retard de plus de six heures au convoi.

Celui-ci arrivait finalement à la nuit tombée vers 20H30 à Dielette, où l’attendaient une trentaine de militants.

L’actualité de ces derniers jours montre une fois encore l’incohérence de l’Etat en matière de sécurité nucléaire :

  • Les Préfectures renouvellent en ce moment des pilules d’iode aux habitants dans un périmètre restreint autour des centrales nucléaires pour saturer les thyroïdes en cas d’accident ou d’attentat.
  • En même temps, par décret du 3 janvier 2016, l’Etat permet qu’EDF ne respecte pas les normes de sécurité en vigueur depuis 2005, mais également celles de 1974 : Ainsi EDF amène -t- elle à travers la France , le couvercle de la cuve du réacteur EPR  de Flamanville dont les aciers défectueux , fragilisés par un excès de carbone,  accentuent les risques .

Questions : 
1° Ne vaut-il pas mieux prévenir l’accident , empêcher qu’il ne survienne, que d’intervenir après coup pour essayer d’en minimiser les  conséquences ?

2° L’insécurité n’est-elle pas entretenue par l’Etat nucléaire lui-même ?

3° Où en est donc l’indépendance de l’Autorité de Sûreté Nucléaire soumise aux pressions incessantes des Grands corps de l’Etat?

Pitoyable : C‘est le moment choisi par quelques « leaders » de l’écologie politique pour rentrer dans ce Gouvernement. Un comble !

Le combat continue. Le CRILAN était  présent à Dielette à l’arrivée du convoi.  Avec la Coordination Antinucléaire Ouest, il appelle plus que jamais à se rassembler les 1er et 2 octobre 2016 contre les risques inhérents au démarrage du réacteur EPR et à la prolongation de la durée de vie des réacteurs anciens.

Seuls les combats qu’on ne mène pas engendrent les échecs.

Nouveaux retard et surcoût pour L’EPR de Flamanville . Le PDG d’EDF annonce le plus sérieusement du Monde…. l’optimisation du chantier.

Avec la morgue technocratique habituelle aux hauts dirigeants d’EDF, la nouvelle direction persiste dans son incurie et sur un ton très détaché  annonce aujourd’hui de nouveaux retards et surcoûts pour le réacteur EPR de Flamanville  !

Quoi que semble en penser le PDG d’EDF, les retards pour la mise en marche n’améliorent pas la situation de la “ vitrine commerciale” dont le pouvoir nucléaire et Sarkozy avaient autorisé travaux et essais par décret jusque la date limite du 10 avril 2017. Que  va-t-il  maintenant se produire sur le plan législatif si le chargement et la mise en marche de l’EPR ne deviennent effectives qu’à la fin 2018 ?
– Va-t-on passer outre à la légalité comme EDF l’a déjà fait à Flamanville lors de la construction des premiers réacteurs?
– Va-t-on promulguer un nouveau décret, en prolongation du premier, attaquable en justice?

De 3 milliards en 2005, le coût estimé par EDF passe maintenant à 10, 5 milliards en 2015, soit 350 %  d’augmentation ! Ce qui n’est pas pour nous surprendre puisque cela fait trois ans que nous avions annoncé le même chiffre sur la foi d’informations internes à EDF. Et si les travaux continuent, le coût va encore s’alourdir. Quel sera son montant fin 2018?  Et en conséquence, quelle augmentation du coût de l’électricité nucléaire?

Arrêtons les frais et le totalitarisme nucléaire !


L’exemple du surgénérateur Super Phénix n’a pas à l’évidence servi de leçon : 6 fois plus coûteux qu’un réacteur classique, mis en marche, arrêté, puis remis en marche, plusieurs fois  pour une production d’électricité de 3 à 5 % de ses capacités théoriques, il ne fut  abandonné définitivement  qu’en 1997… Et si on s‘acheminait vers la même situation ?
Si le chantier devait être arrêté, ce n’est ni aux travailleurs, exécutants, ni aux consommateurs mais aux décideurs de payer leur incurie. Rappelons que dans les années 80, lorsque la construction des couloirs de lignes THT vers Rennes et Caen avait été interrompue par décision de justice, les lignards avaient continué à percevoir leur salaire.

Il est urgent d’arrêter le réacteur le moins sûr du monde et ses multiples avatars technologiques, le plus coûteux et le plus inutile, dont on veut exporter les surplus de production nucléaire vers la Grande Bretagne et British Energy…filiale d’EDF. Nous n’avons pas à prendre de tels risques pour des décideurs apprentis sorciers.

Confirmation : l’EPR d’AREVA est bien le réacteur nucléaire le moins sûr du Monde !

  • De semaine en semaine, les révélations à son propos continuent d’effrayer et  de défrayer la chronique !
  • Le CRILAN demande une enquête à propos de la dissimulation de ces anomalies cachées  et exige l’arrêt de la construction de l’EPR.
  • Dans ce but,  il prépare, d’ores et déjà, avec la coordination antinucléaire Ouest (CANO) un rassemblement  les 1& 2 octobre 2016, à Flamanville avant son démarrage prévu .

En septembre 2010, Le CRILAN après ses révélations sur l’abandon du gainage M5  et du combustible à haut taux de combustion s’interrogeait publiquement quant à la “sûreté inégalée”de l’EPR de Flamanville, vantée et vendue par la com d’AREVA/EDF, et posait alors la question : l’EPR est-il le réacteur le moins sûr du monde?( 1)

Aujourd’hui, coup sur coup, ce sont les annonces de la non conformité des aciers du fond  et du couvercle de la cuve par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), et la révélation  de graves défaillances  sur les soupapes, pièces maîtresses de la sûreté, qui doivent s’ouvrir pour laisser partir la vapeur et faire ainsi baisser la pression pour éviter les fuites et l’explosion.(2)
Nous connaissons maintenant la réponse à notre question : l’EPR est bien le réacteur le moins sûr du monde, moins sûr que les 58 autres réacteurs français !

Un scandale : les problèmes et anomalies étaient  déjà connus mais cachés par son promoteur AREVA.
Rappelons-nous la demande de moratoire de l’ancien président de l’ASN, A.C.LACOSTE afin de faire un point quant à la construction de ce réacteur, demande “retoquée”par Nicolas SARKOZY, et non reprise depuis par François HOLLANDE qui vient de nommer l’un de ses amis à la tête d’EDF. L’A.S.N. et L’ IRSN confirment par leurs constats EXPLOSIFS, les manques multiples de sécurité de ce prototype, connus semble-t-il  de leur promoteur. Une enquête à ce sujet  s’avère plus que nécessaire.

Ne reproduisons pas les erreurs commises à propos de Super Phénix, voulu par le CEA, six fois plus coûteux qu’un réacteur classique,  improductif ( 3 à 5 % de ses capacités théoriques à force d’arrêts)  dangereux, pour en définitive devoir l’arrêter et le démanteler, avec les difficultés financières et technologiques que l’on sait.
Le CRILAN réitère son exigence d’arrêt de la construction de l’EPR avant le chargement du combustible, ce qui, en cas d’arrêt prévisible, augmenterait encore énormément les coûts déjà supérieurs de 300% aux prévisions.

Il en va de l’indépendance de l’Autorité de Sûreté Nucléaire et de la responsabilité, en cas de poursuite du projet EPR, des anciens Présidents et du Président actuel, véritables “Ponce-pilatomiques”, d’une République dépendante du Pouvoir nucléaire.

Article de Mediapart, www.mediapart.fr   EPR Flamanville: de nouvelles et graves anomalies au cœur du réacteur

Communiqué (9 juin 2015)

Les aciers de l’EPR de Flamanville : Démocratie à la française ou “ Démocrasseuse”?

Le ministère chinois de l’Environnement (NNSA), sur son site (1), se permet d’éclairer notre lanterne à propos des aciers de la cuve ( couvercle et fond ) de l’EPR de Flamanville (2) :
“ Les pièces forgées sous pression ont été forgées par Creusot Loire, filiale d’AREVA  (…)Ces pièces ont été fabriquées entre fin 2006 et le début 2007”

En démocratie, les lois s’appliquent-paraît-il- à tous, de la même façon. En réalité, pas aux industriels du nucléaire d’Etat puisque les fabrications de ces dites pièces ont été entreprises avant même la fin des procédures légales (Décret d’autorisation de création de l’EPR de Flamanville  11 avril 2007) !  “Certains sont plus égaux que d’autres” aurait  dit Coluche reprenant Georges Orwell et sa “République des animaux”.
Ces fabrications de cuves se sont poursuivies en série dans les années suivantes ( Et de 2 pour les Chinois,à Taishan, et de 1 pour les USA (3), et de 1 au moins pour Hinkley Point en Angleterre ...et ce, avant toute certitude de la faisabilité de ces projets !)

  • Une fois de plus l’Etat nucléaire et AREVA se sont précipités, dans une politique du fait accompli  et ont anticipé, trop sûrs d’eux-mêmes !

En décembre 2005, conformément à la législation de l’Union européenne, l’ASN française a publié un décret relatif aux équipement nucléaires sous pression. En 2008, l’ASN a défini les exigences spécifiques relatives à l’évolution des pièces forgées”
De 2010 à 2014, en conformité avec ces dernières un examen rétrospectif des pièces forgées des calottes du couvercle, du fond de cuve a été entrepris. Il a fallu attendre la fin de 2014 pour que les résultats des essais mettent en évidence une teneur en carbone supérieure à celle attendue  et des valeurs de résilience inférieures à la limite réglementaire.”
 expliquent les Chinois.

Le problème , bien que connu partiellement depuis 2011(4) n’a été révélé publiquement  qu’en ce début d’avril 2015 ! Cela n’a pas empêché l’arrivée de la cuve sur le site de Flamanville, le 8 octobre 2013, à grand renfort de gendarmerie et son introduction dans le réacteur en janvier 2014 !!!

  • JUGES ET PARTIES ?

Qui va devoir décider ou non de la conformité et de la résistance aux accidents de ces pièces ultra sensibles? AREVA ET L’ASN , issus du même Grand Corps des Mines y travaillent  et les résultats seront connus à l’automne 2015. Mais où se situe réellement l’indépendance de ces expertises ? 
Madame ROYAL, Ministre de l’environnement ne vient-elle pas de déclarer ce 19 avril ”Que l’EPR n’est pas condamné, qu’il s’agit de simples ajustements de travaux et que selon EDF, l’ouverture serait sans doute retardée d’une année.”
Faut-il rappeler à la Ministre qu’elle fut jadis plus critique, en 1987 lorsqu’elle était solidaire des opposants à l’enfouissement des déchets nucléaires en granit à Neuvy-Bouin (Deux Sèvres) où surfant sur la vague antinucléaire locale elle avait été élue, pour la première fois, députée. Ou encore en 2007, alors que candidate à la Présidence de la République, elle avait déclaré publiquement son opposition à la construction de l’EPR?
Aujourd’hui, elle est Ministre. Mais que décident réellement les ministres de Gauche comme de Droite, dans une France qui se donne en modèle démocratique au Monde entier ?
La démocratie à la française ne serait-elle  pas devenue “Démocrasseuse” ?

1 http://www.zhb.gov.cn
2 http://www.asn.fr/Informer/Actualites/EPR-de-Flamanville-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve
3 Projet abandonné depuis…
4 http://observ.nucleaire.free.fr/cuve-epr-depuis-aout-2011.htm?hc_location=ufi

EPR : Et une « anomalie » de plus !

Les déboires ne cessent de s’accumuler pour EDF et AREVA à propos de l’EPR de Flamanville et on ne compte plus les problèmes techniques mis à jour depuis 2007 .

Hier, c’était le dôme du réacteur et les soudures du premier générateur de vapeur qui posaient problème,

Aujourd’hui, voilà l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui communique à propos d’une “anomalie”décelée  cette fois sur la cuve du réacteur en construction…

Rappelons que cette dernière est un élément primordial quant à la sûreté ; or le problème mis à jour concerne l’hétérogénéité de l’acier dans certaines zones du fond  et du couvercle mettant en cause la sûreté et accroissant les risques d’accident majeur.

Le CRILAN ne peut se satisfaire qu’AREVA , sous contrôle de l’Autorité de sûreté nucléaire et de l’IRSN, ses amis du Grand Corps des Mines, soit chargée d’entreprendre une nouvelle campagne d’essais. Une fois de plus, il est inadmissible qu’elle soit juge et partie pour sauver la vitrine commerciale internationale du nucléaire français.

Il est plus que temps d’arrêter les frais et les risques de ce chantier pharaonique, aux retards et aléas techniques à répétition, dont les coûts de construction se sont accrus de plus de 300 %.

Communiqué : ( mardi 7 avril 2015)

Intervention de Didier Anger

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/04/08/epr-les-verts-et-le-crilan-demandent-l-arret-du-chantier-epr-700503.html

Le nucléaire dans l’IMPASSE…

Le réacteur nucléaire finlandais n’est pas le seul à voir sa mise en service retardée : c’est aussi le cas de l’EPR français en construction à Flamanville qui devait initialement fournir de l’électricité en 2012. 
Réseau de Transport d’électricité ( RTE) vient de préciser, 
comme nous l’avions prévu, qu’après une mise aux essais en 2016 ( pour  pouvoir entrer dans les limites d’autorisation du décret de construction-avril 2017), l’EPR aurait une disponibilité réduite pendant deux ans . Il  n’atteindrait son plein régime qu’en …2018, soit 11 ans après le début des travaux, et avec 6 ans de retard ! Coûts à la construction, 9 à 10 milliards  d’euros au lieu des 3 annoncés à l’enquête publique !
Sera-t-il vraiment opérationnel ou sera-t-on obligé de l’arrêter tel SuperPhénix, après avoir démontré, arrêt après arrêt qu’il ne produisait bon an, mal an que 3 à 5% de ses capacités théoriques ?

Dans le même temps, se poursuit sur le site d’AREVA la Hague, le stockage des déchets nucléaires et leur extension (construction d’un quatrième hall d’entreposage), en quantité et en surface. Pourquoi ?
Le pouvoir nucléaire ne trouve plus de nouveaux sites pour construire des installations nucléaires et utilise les places restantes sur les sites qu’il possède.
Ainsi en est-il pour l’EPR de Flamanville ou pour le stockage  des résidus du démantèlement au BUGEY et pour les déchets.
Le site de BURE pour l’enfouissement profond controversé des déchets de haute activité à vie longue est loin d’être prêt.

Ainsi se trouve confirmé ce que nous affirmons depuis des dizaines d’années. L’usine dite de retraitement, pour lui donner une image plus écologiquement acceptable, n’est pas seulement le supermarché mondial du plutonium civil et militaire mais également une poubelle à risques. 
Et pendant ce temps, le pouvoir nucléaire s’apprête pour la première fois à organiser à la mi-octobre au Bourget un super marché nucléaire international au risque de la prolifération “Word Nuclear Exhibition” pour faire du “business” (sic), dans un monde redevenu instable.
L’acharnement français n’est pas thérapeutique …
Quand on n’a pas de solution raisonnable à la gestion du cycle, on arrête chez soi et l’on ne propose pas de commerce à risques.

Le problème posé n’est pas qu’environnemental, sanitaire, sociétal mais aussi moral : comment laisser un tel héritage aux jeunes générations actuelles et à venir !

COMMUNIQUÉ du 17 septembre 2014

Didier ANGER
http://www.reporterre.net/spip.php?article5981 
https://www.world-nuclear-exhibition.com/

EPR: Arrivée des générateurs de vapeur

Les générateurs de vapeur pour l’EPR, entreposés provisoirement après bien des vicissitudes de transport sur le port de Cherbourg, vont quitter ce dernier pour Diélette-Flamanville, en fonction de la marée. Le premier d’entre eux a été transféré ce matin 15 mars, vers Diélette, par la barge arrivée depuis quelques jours déjà.

A l’appel des antinucléaires locaux, dans un épais brouillard, un  premier rassemblement a eu lieu Le jeudi 13 MARS sur le port de Cherbourg, à l’entrée du terre-plein des Mielles, en face du hangar où sont actuellement entreposées les pièces de l’ EPR.

http://leblogdejeudi.fr/cherbourg-les-antinucleaires-rappellent-leur-opposition-lepr/

Il a été suivi par un second, sur le port de Diélette, ce samedi matin 15 mars. Après avoir quitté Cherbourg à 18 heures,  la barge, tirée par un remorqueur, est arrivée à Diélette à 6 heures. Le lourd chargement a pu alors s’ébranler lentement par transport routier vers le chantier de l’EPR…

Des photos de « l’évènement », comme si vous y étiez…( Merci à Michel et aux riverains pour l’accueil)


https://picasaweb.google.com/100075382605522343074/TransportDuGenerateurVapeur?noredirect=1#slideshow/5990957237611426370

Cocorico : la cuve de l’EPR de Flamanville forgée à 80% au Japon

Voici une dépêche de l’AFP qui n’aura pas encore fait la une des quotidiens locaux du Nord Cotentin! Merci aux militants de Stop EPR Penly pour leur travail d’investigation et à REPORTERRE,  qui ont obligé AREVA à sortir l’information… Un mensonge par omission, en quelque sorte!

Source : Romandie News
http://www.romandie.com/news/n/_Nucleaire_la_cuve_de_l_EPR_de_Flamanville_forgee_a_80_au_Japon19300120141656.asp


PARIS – La cuve du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), fournie par Areva, a été à 80% forgée au Japon, a indiqué jeudi à l’AFP le groupe nucléaire français après des informations de presse.

L’essentiel du forgeage de la pièce cruciale du réacteur (425 tonnes, 11 mètres de haut), qui vient d’être posée sur l’énorme chantier normand, a été réalisé par un fournisseur au Japon, selon un porte-parole.

20% des pièces de la cuve ont été forgées chez Areva au Creusot (Saône-et-Loire), le restant chez Japan Steelworks (JSW), a indiqué le groupe dans un courriel à l’AFP.


Pour les approvisionnements en pièces forgées des générateurs de vapeur, les autres immenses pièces métalliques d’un réacteur, 70% proviennent du Creusot et 30% de JSW, selon Areva.

En revanche, 100% de la fabrication (assemblage, chaudronnerie, soudage, usinage, contrôles) a été réalisée en France sur le site de Chalon-Saint-Marcel, également en Saône-et-Loire, souligne le groupe.

Le site d’actualité sur l’écologie Reporterre avait rapporté mercredi, citant le collectif Stop-EPR, que la cuve de l’EPR de Flamanville, un chantier d’un coût total de plus de 8 milliards d’euros devant aboutir à une mise en service en 2016 après d’importants retards, avait été forgée au Japon, à l’exception du couvercle.

Le site soulignait que la cuve ne pouvait donc être estampillée Made in France, à l’heure où le nucléaire est salué comme un pilier du redressement productif de la France.

Nul ne peut réfuter que l’essentiel d’un EPR est aujourd’hui construit en France, a répliqué Areva jeudi.

Au total, la conception et fabrication des composants lourds du réacteur EPR de Flamanville a représenté plusieurs centaines de milliers d’heures de travail dans les usines d’Areva en Bourgogne, à Chalon-Saint-Marcel et au Creusot, soit une part importante de la charge de ces usines qui emploient respectivement 850 et 300 personnes, a souligné le groupe.

La cuve du réacteur finlandais d’Olkiluoto, le premier exemplaire en chantier du nouveau réacteur d’Areva, avait été fabriquée par un autre fournisseur japonais, Mitsubishi Heavy Industries.

(©AFP / 30 janvier 2014 16h53)

POSE DU DÔME DE L’EPR de FLAMANVILLE : le CRILAN NE CAUTIONNERA PAS L’OPERATION de COM D’EDF !

Le CRILAN vient de recevoir ce lundi 15 juillet une invitation d’EDF Flamanville à la pose du dôme de l’EPR  programmée le 16 juillet à partir de 7 heures. EDF a soigneusement  préparé  pour cet événement, à grands frais, une opération de communication d’envergure qui ne saurait masquer les réalités.


L’EPR n’a été engagé,  que pour servir de vitrine commerciale à AREVA NC et à EDF pour le vendre à l’étranger avec le peu de succès que l’on sait: jusqu’à aujourd’hui plus d’effets d’annonce que d’engagements tangibles !

  • Coûteux :  1,8 milliard en 1998 quand EDF envisageait d’installer un EPR près de Nantes, chez Ayrault.

Aujourd’hui, 8,5 milliards ! Un énorme surcoût  dû notamment aux diverses malfaçons et erreurs techniques (de la canalisation de rejets à l’affaire des consoles, acier “low cost” acheté en Russie, en passant par les ferraillages , soudures,  bétons défectueux et le système Bouygues de sous-traitance en cascades) largement évoquées par la presse.

Combien en 2016? Combien devra-t-on payer le kWh produit par ce réacteur?

  • Dangereux : les risques sont les mêmes que pour les autres réacteurs de même type : accidents dus à un manque de refroidissement, explosion d’hydrogène, chute d’avion, attentats etc.

Le 17 janvier 2013, Hervé Machenaud, Directeur exécutif d’EDF déclarait à Flamanville :
“L’EPR est en passe d’être un succès industriel. Le risque d’un nouveau dérapage des coûts ou des délais est désormais « infiniment faible (..) »  L’EPR entrera en service en 2016 et le budget sera tenu.” (1)
Fermez le ban et félicitations  pour une parfaite maîtrise de la langue de bois.

OUBLIÉS tous les aléas techniques, le retard de quatre ans sur le planning prévu, la dérive colossale des coûts, les conditions de travail plus que contestables (sous-traitance, conditions salariales douteuses, entorses au Droit du travail  notamment pour les travailleurs polonais et roumains).

Que cachent ces déclarations ? Sûrement un gros mensonge par omission. 
On sait que tout sera fait pour que l’ EPR entre en service coûte que coûte en 2016 et au plus tard dans les 3 premiers mois de 2017.
En effet, le décret de création du réacteur EPR de Flamanville(2), date du 10 avril 2007 et précise  dans son article 3, “Le délai pour réaliser le premier chargement en combustible nucléaire du réacteur est fixé à dix ans à compter de la publication du présent décret au Journal officiel de la République française. Ce délai constitue le délai de mise en service”.
En clair, au moment de la publication du décret, EDF pensait qu’un délai de 10 ans pour construire et mettre en service le réacteur serait plus que suffisant. Mais si la date du 11 avril 2017 venait à être dépassée, le décret de création ne serait plus valable et il faudrait sans doute refaire toute la procédure administrative ( Débat public, enquête publique etc,  avec toutes les conséquences que l’on imagine en terme de coûts et de retards) (3).
Prenons le pari : en bon état de marche ou non, le réacteur démarrera avant la date butoir du 11 avril 2017, quitte à l’arrêter quelques jours après.
Avec quel combustible ? On ne le sait toujours pas clairement :
À l’origine était prévu du MOX à plus forte teneur de plutonium ( 11 à 13 % au lieu de 7%) et, qui plus est, pour 100% du combustible au lieu  de 30% dans 21 réacteurs de 900 MW.
Or EDF, toujours aussi peu favorable à la filière plutonium a étudié un uranium  plus enrichi avec un renforcement des gainages “dopés” au chrome, peu probant aux essais. EDF aurait donc choisi,pour le moment, un démarrage à l’uranium enrichi classique, comme en Finlande à OLKILUOTO.

Fukushima aurait dû provoquer une révision de la politique énergétique française . Malheureusement, le gouvernement socialiste perpétue la politique nucléaire de Sarkozy même s’il a déclaré qu’il réduirait la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 À 50 % d’ici 2025. Actuellement, aucun signe n’est donné dans ce sens.

En 2006 à Cherbourg, 25 à 30 000 opposants estimaient eux, cet EPR, inutile, dangereux et coûteux. Les faits leur donnent raison. C’est pourquoi, le CRILAN ne saurait cautionner l’opération de COM programmée par EDF, ce mardi 16 juillet. 

Pour le CRILAN, Didier ANGER

1 cf articles Presse de la Manche, Ouest France, les échos du 17 janvier 2013
2 http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20070411&numTexte=6
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/

Quand la sûreté nucléaire entre en carénage… (Ou “Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer “-Dicton marin breton)

Les réacteurs 1&2 de Flamanville , autorisés à fonctionner en 1986-1987 pour 30 ans, pourraient voir leur fonctionnement prolongé jusqu’à 60 ans!


EDF reste dans deux logiques :

  • Celle du capitalisme qu’il soit privé ou d’État, en l’occurrence. Quand l’endettement atteint environ 50 milliards d’euros, on réduit les investissements nouveaux “a minima” en se satisfaisant de “mettre des cautères sur des jambes de bois” ( Changement des générateurs de vapeur et de leurs réseaux tubulaires par exemple, prévus à Flamanville en 2017) et en reportant les coûts du démantèlement et de la gestion des déchets et résidus sur les générations à venir.
  • Celle du centralisme et de la mono-industrie  nucléaire malgré les risques mis en évidence par les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima     ( coût maximal, selon l’IRSN d’une catastrophe nucléaire en France: 5800 milliards d’euros!)

Au même moment, le Gouvernement a lancé  la réflexion à propos de la transition énergétique. Alors, transition ou continuité? 

Ses amis du Conseil Régional de Basse Normandie contribuent à la continuité en soutenant politiquement et financièrement “Nucléopolis” qui s’associe à l’opération “ Grand Carénage“ d’EDF à L’Espace Culturel des PIEUX ce 28 mars 2013.
Pendant qu’on cause, ailleurs, de transition énergétique, ici, aux Pieux, on “s’affaire” à préparer la continuité de toutes les centrales françaises jusqu’à 60 ans !

“ Le Grand Carénage est une opération de maintenance nationale et décennale sur toutes les centrales françaises. Il consiste d’une part à remplacer les composants clés dans la perspective du fonctionnement de toutes les centrales françaises à 60 ans, d’autre part à apporter des améliorations pour renforcer la prévention et le robustesse face aux accidents graves et aux agressions externes…Le Grand Carénage arrivera à Flamanville à l’horizon 2017.” (http://www.nucleopolis.fr)

ON SE FOUT DE NOUS !

Il y quelques jours se tenait dans cette même salle, à l’invitation du CRILAN, l’excellent spectacle de Nicolas LAMBERT “Avenir Radieux, une fission française”, une fresque sur la manière dont a été imposé le nucléaire au pays. On voudrait nous faire croire que les choses ont changé, on nous parle de “transparence” mais…
Qui gouverne en France? Qui  détient le pouvoir? Qui est sous la tutelle de l’autre? Les élus ou la pieuvre nucléaire et ses séides sous traitants?
Sortir de la mono-industrie tentaculaire et aux tentations totalitaires est pourtant un impératif pour la presqu’île au nucléaire, comme pour le Pays , sa survie économique et sociale. Prenons des initiatives pour les alternatives.

POUR FAIRE CONNAÎTRE CE NOUVEAU DÉNI DÉMOCRATIQUE ET DÉNONCER DES PRATIQUES INDUSTRIELLES ET POLITIQUES QUI CONDAMNENT L’AVENIR, LE CRILAN ÉTAIT PRÉSENT DEVANT L’ESPACE CULTUREL DES PIEUX (Chef lieu da canton de Flamanville),  JEUDI 28   MARS .

Dossier de presse : 
carénage