EPR : Une prolongation de l’autorisation de création inutile et dispendieuse

5 associations s’engagent en vue d’un retrait amiable du décret de prolongation du chantier dans les deux mois. A défaut les associations engageront un recours en Conseil d’Etat. Des associations de Normandie appellent à un large soutient pour obtenir l’arrêt de ce chantier catastrophique , c’est le sens de l’appel ci dessous que nous vous proposons de signer.

Le 27 mars 2020, le gouvernement a publié en toute discrétion un nouveau décret modifiant celui de 2007 autorisant la création de l’EPR à Flamanville1 , ignorant les réserves techniques rappelées par les associations membres de l’Intercli de la Manche 2 (ACRO, Crepan, CRILAN et Greenpeace) et les nombreuses études réalisées par des experts non-institutionnels depuis le Débat public de 2005-20063 …

« Une prolongation problématique… »

Ainsi le chantier du réacteur EPR « tête de série » pourrait-il se poursuivre pour quatre années supplémentaires après une première prolongation accordée en 20174 . Aujourd’hui le gouvernement récidive fort d’un avis bienveillant de l’Autorité de contrôle 5 sans pour autant pouvoir garantir que l’installation pourra fonctionner comme prévue initialement dans un contexte qui n’a plus rien à voir avec celui qui existait en 2007.

« Dans un contexte économique, énergétique et industriel complétement différent »

Il faut dire que le projet EPR n’a jamais tenu ses promesses comme le reconnaît Jean-Martin Folz dans un rapport public remis à Bruno Lemaire en octobre 20196 . « Ecarts », « défaillances » et autres « irrégularités » se sont accumulés au point que d’aucuns reconnaissent que le projet EPR est un « fiasco 7 » tant à Flamanville qu’à Olkiluoto en Finlande n’ont cessé de s’accumuler depuis le début des chantiers8 . En 2015, les révélations concernant la cuve donnent à la crise de l’EPR une toute autre ampleur donnant à voir non seulement des « malfaçons 9 » mais surtout des mauvaises pratiques indignes d’une industrie qui prétend à l’excellence10 .

Le chantier du prototype de réacteur EPR sur le site de Flamanville qui n’a déjà que trop duré 11 se prolongerait donc jusqu’en 2024 si cette demande n’était pas remise en cause12 . Dix-sept années de travaux au total pour un réacteur dont personne ne peut dire à ce jour s’il pourrait fonctionner avec toute la fiabilité et la robustesse que l’on est en droit d’attendre d’une installation de cette importance13 .

« Arrêtons les frais et changeons de cap face au changement climatique »

Au regard des vicissitudes de la construction du réacteur EPR 14 et du coût de cette opération15 , il n’est pas déraisonnable de considérer que cette nouvelle prolongation est inutile et dispendieuse. Avec un retard déjà de plus de dix ans et une facture multipliée par bientôt 4, l’EPR n’est décidément pas une bonne affaire16 .

Voilà pourquoi nous adressons cet appel, en écho à la pétition initiée dans la Manche par le CRILAN17 , à toutes et à tous de Normandie et d’ailleurs pour « arrêter les frais ». Mettre un terme à l’aventure industrielle de Flamanville serait un signal fort en faveur de la transition énergétique et industrielle de notre territoire.

Si l’EPR était en mesure de pouvoir fonctionner dans des conditions économiquement acceptables18 , il aurait déjà démarré depuis longtemps. Dans le souci d’éviter un nouveau fiasco industriel après Superphénix, Astrid, Jules Horowitz19 , etc. il est grand temps de signifier la fin de la partie… bien d’autres opportunités pour l’emploi existent ici 20 alors que les chantiers des parcs éoliens en mer commencent 21 et que la rénovation thermique des bâtiments est un défi pour tou(te)s22 .

« Mettons un terme aux dérogations dont bénéficie l’industrie nucléaire »

Tournons la page du nucléaire en renonçant au vain espoir de renouvellement d’une technologie décidément trop chère, trop risquée et inutile. L’avenir énergétique face au Changement climatique est du côté de la maitrise de la demande d’énergie et du déploiement de moyens locaux de production maillés. Ouvrons la voie à une authentique transition énergétique dans l’intérêt de tou(te)s et de la planète… plutôt que de persévérer dans la construction hors de prix qui ne produira jamais l’électricité sûre et bon marché que chacun est en droit d’attendre.

« Monsieur le Premier Ministre entendez la voix des associations qui demandent l’annulation du décret 20 mars 2020 prolongeant de quatre années les délais accordés à la construction de l’EPR »

Appel à l’initiative des associations de Normandie : Collectif STOP-EPR ni Penly ni ailleurs, CRILAN, Effet de Serre toi-même !, FNE-Normandie et Nucléaire en Questions

En soutien à l’action juridique engagée en vue d’annuler la seconde autorisation de prolongation du chantier de l’EPR. Soutenez notre appel

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/commentaires.php?id=3957

Premiers signataires :

  • Caroline Amiel (conseillère régionale EELV),
  • Guillaume Blavette (Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ),
  • Joel Gernez (Président de FNE-Normandie),
  • Béatrice Hovnanian (Nucléaire en Question),
  • André Jacques (Président du CRILAN),
  • Yves Lenoir (Président Enfants de Tchernobyl – Belarus),
  • Corinne Lepage (ancienne ministre de l’Environnement),
  • Yannick Rousselet (membre du Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire),
  • Arnaud Schwartz (Président de France Nature Environnement)
  • Claude Taleb (Conseiller régional EELV),
  • Jacques Terracher (Président de l’ACEVE),
  • Jean-Luc Thierry,

PDF à télécharger pour plus d’infos

Voir aussi:

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/26/nucleaire-nouvelle-procedure-contre-l-epr-de-flamanville_6040764_3234.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.