34 ème anniversaire douloureux à Tchernobyl

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur la pandémie de coronavirus, un incendie majeur a vu le jour le 4 avril dernier à Tchernobyl, ville ukrainienne où s’est déroulé en 1986 le pire accident nucléaire de l’histoire.

Pendant plus de dix jours, ce gigantesque incendie s’est propagé dans la zone d’exclusion de la ville, « le pire incendie jamais observé dans la région », selon Greenpeace.

Pas moins de 20 000 hectares de forêts ont brûlé ces deux dernières semaines. Une catastrophe qui a de quoi raviver de nombreuses inquiétudes, d’autant que plusieurs foyers de ces incendies concernent des secteurs très contaminés par les retombées radioactives liées à la fusion du réacteur n° 4 de la centrale en 1986.

Ces feux tout d’abord quasiment maîtrisés puis réactivés par le vent ont notamment provoqué un énorme nuage de fumée. A tel point que la capitale ukrainienne était vendredi 17 avril au premier rang des villes les plus polluées du monde !

Ces feux très actifs se sont développés notamment à 50 km autour de la centrale, puis d’autres au cœur de la zone de 30 km. D’autres encore se sont approchés à 3 km du réacteur accidenté.

Ils ont entrainé la remise en suspension dans l’atmosphère du Césium 137 accumulé dans la biomasse (mais possiblement du plutonium et du strontium 90) : une augmentation ponctuelle de plus de 700 fois de la concentration en césium137 dans l’air de la ville de Kiev située à plus de 100 kilomètres au sud de la centrale de Tchernobyl a été mesurée.

De nombreuses questions restent posées sur l’impact radiologique de ces incendies : pour les pompiers tout d’abord, les populations riveraines ensuite , pour la sureté des installations nucléaires et les entreposages des déchets dans la zone d’exclusion. Sont également interrogés les moyens de prévention et de gestion mis en œuvre pour limiter les rejets répétés de radioactivité.

Le 9 avril les autorités ukrainiennes ont d’ailleurs indiqué « les incendies à grande échelle peuvent menacer la sécurité environnementale dans la région ainsi que les installations situées dans la zone d’exclusion où sont situés les déchets radioactifs, le combustible nucléaire irradié et la centrale de Tchernobyl. »

Et en France ?

Le nuage radioactif ne s’est pas arrêté aux frontières, exactement comme lors de la catastrophe de 1986 finalement; Il a traversé toute l’ Europe , y compris la France.

Selon les estimations de de l’IRSN ces masses d’air ont atteint le territoire français aux alentours du 7 avril et sont restées 1 semaine au-dessus du territoire français avant de s’évacuer vers l’Est. Mais les niveaux de radioactivité observés seraient extrêmement faibles assure l’IRSN; ils devraient être « insignifiants et sans conséquence sur la santé ».

 Jour pour jour, 34 ans après la catastrophe de Tchernobyl, la contamination radioactive continue et les modèles de dispersion radioactive semblent les mêmes qu’en 1986.

En ce jour anniversaire, nous nous devons de rester plus que vigilants aux risques majeurs que nous fait courir le nucléaire car un accident nucléaire ne se répare pas.

Le CRILAN qui a accueilli à Cherbourg en novembre dernier Yves Lenoir Président de l’association « Enfants de Tchernobyl Belarus » pour la présentation de son  film « Tchernobyl, le jour d’après « est solidaire des  populations encore et à ce jour victimes de Tchernobyl.

En cette période de confinement le CRILAN propose la lecture du livre « La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse » deSvetlana Aleksievitch prix Nobel de littérature en 2015 pour cette œuvre de mémoire.

Monique Dupuis Membre du CA du CRILAN

34 ANS APRES L’INCENDIE DE LA FORÊT DE TCHERNOBYL RÉACTIVE LES CRAINTES ( Yves Lenoir sur Le Media)

https://www.LeMediaOfficiel/videos/230749998237917/

“Il y a énormément de radioactivité dans le sol. Chaque automne les feuilles tombent, et comme elles sont radioactives les micro-organismes du sol n’arrivent pas à les décomposer. Et cette matière végétale non décomposée est évidemment très inflammable. Et le césium qui se trouve dans les feuilles et dans l’aubier des arbres qui brûlent en partieou totalement est libérée. Et passe dans l’air, dans les fumées…”

Voir aussi:

34 ans après, la catastrophe nucléaire de Tchernobyl n’est pas terminée

https://www.sortirdunucleaire.org/34-ans-apres-la-catastrophe-nucleaire-de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.