A qui le « Pinocchio d’or » ? 

COMMUNIQUE (09/02/2018)

Qui ne connaît Pinocchio, ce personnage légendaire dont le nez s’allongeait  lorsqu’il mentait ?
Des personnalités étaient en marche en Cotentin en ce début de février 2018
A laquelle attribuer un « Pinocchio d’or »? 
 
Est-ce à Monsieur Sébastien LECORNU, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la transition écologique, qui, par voie de presse a évoqué un recyclage quasi complet des combustibles irradiés des centrales nucléaires à ORANO-La Hague ( ex AREVA) ou à Madame Barbara POMPILI, ex EELV, députée et rapporteuse de la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires qui l’accompagnait dans cette visite ?
 
1° Le premier a omis que la réalité des opérations du CEA, d’abord, d’AREVA NC ensuite, et maintenant d’ORANO, a été et reste l’extraction du plutonium à des fins  militaires et/ou civiles :
  • c’est à dire 1% des combustibles. 
  • 4% de ces combustibles usés dits de Haute activité à vie longue ( HAVL), vitrifiés, sont entreposés à la Hague, pour certains depuis des dizaines d’années et encore pour longtemps, avant d’être, éventuellement transférés à Bure ( scénario officiel );
  • Les 95% d’uranium issus du retraitement, dits « recyclables », ne sont pas « recyclés » ( malgré des essais à Cruas-Meysse );
  • Le combustible MOX n’est pas …retraité .
  • Une partie du plutonium (de 50 à 60 tonnes), vieux de plus de 5 ans, n’est pas moxable, « en magasin » sous terre et sous protection armée ;
  • Et les opérations des travaux de l’ex-AREVA produisent eux-mêmes des déchets. 

Au total, après « retraitement », il y a plus de déchets nucléaires que « sans retraitement »…
 
2°La seconde fait sienne la propagande nucléaire en déclarant :«Il y a avec l’EPR des progrès indéniables en matière de sûreté. C’est le premier réacteur doté d’un récupérateur de Corium. Il faut reconnaître les compétences rassemblées ici, dont ont peut être fiers. » .
Mais elle ment par omission : pas un mot sur les défections de la cuve dont on parle de changer le couvercle en 2024 et qui ont pourtant défrayé la chronique et pourraient occasionner un accident majeur, en atmosphère et en mer de la Manche. 
 
La réalité est que la cuve  de l’EPR de Flamanville aurait dû être « retoquée » si l’Etat n’avait pas prévu de déroger à ses  propres lois et réglementations (décret du 30/12/2015) en ce qui concerne les installations nucléaires sous pression.
A vous de choisir qui  mérite  un « Pinocchio d’or ». Qui a le nez le plus long ?

Didier ANGER, pour le CRILAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.