Encore un accident nucléaire dans une Russie toujours aussi transparente…

COMMUNIQUE (22/11/17)

Encore un accident nucléaire dans une Russie toujours aussi transparente…

Du ruthénium, provenant d’une région située entre le sud de l’ Oural et la Volga s’est propagé par le sud de l’ Europe depuis presque deux mois.

Il s’agit probablement d’un accident, selon Nadezhda Kutepova, la responsable d’une ONG russe réfugiée politique en France depuis deux ans, après avoir fui la région de Mayak, menacée par le régime de Poutine. A Mayak se situe une usine de retraitement-extraction du plutonium à partir de combustibles irradiés des centrales nucléaires de ROSATOM. L’accident se serait produit lors d’une opération de vitrification des déchets nucléaires de haute activité à vie longue(HAVL) avant stockage en profondeur.(1)

Ce n’est pas un phénomène isolé.

Il faut se rappeler que des fuites de ruthénium, certes de bien moindre importance, provenant de l’usine de retraitement-extraction de plutonium de la Hague, ont été détectées jusqu’à Alençon, en Normandie , par l’ACRO en 2001; puis d’autres en 2016, autour de l’usine.(2)

On peut se rappeler également que déjà, à Kytchim-Tcheliasbink, en 1957, bien avant Tchernobyl, un accident majeur « s’était produit dans un centre de stockage de déchets nucléaires, contaminant plus d’un millier de Km2 et causant la mort de plusieurs centaines de personnes. Des milliers de gens avaient été évacués et hospitalisés ». Ce n’est que 20 ans plus tard, que Jaurès MEDVEDEV, scientifique russe exilé à Londres, au cours d’un colloque, «avait révélé la catastrophe, envers et contre tous les Etats nucléarisés de la Planète, les uns, à l’Est, pour étouffer l’imparable vérité, les autres, à l’Ouest, pour protéger leurs propres programmes nucléaires ».(3)

« Silence, on contamine » reste la même stratégie du pouvoir d’Etat russe, avec Poutine ( ancien colonel des services secrets) aujourd’hui qu’avec la nomenclature dite « soviétique », hier. L’Etat nucléaire russe reste aussi autoritaire, liberticide et policier.

1.témoignage de Nadezhda Kutepova
2.http://www.acro.eu.org/wp-content/uploads/2016/04/CP_160406_Ruthenium.pdf
3. En 1988, les éditions cherbourgeoises « ISOETES » ont publié un document de cet éminent scientifique russe, traduit notamment par Roger et Bella Belbeoch. « Désastre nucléaire en Oural » Jaurès Medvedev.

Didier ANGER , pour le CRILAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *