Ciné-débat “Retour à la normale” à l’Odéon Cherbourg dimanche 5 décembre

Le mythe du nucléaire sans danger

Une fiction documentée
Octobre 2021, une succession de défaillances dans l’un des réacteurs de la Centrale conduit au premier accident nucléaire français. Suite aux retombées radioactives massives, la population est évacuée et la zone interdite d’accès. Huit mois après, alors que les autorités veulent déjà tourner la page, habitant.e.s, évacué.e.s, scientifiques, journalistes, travailleurs de la filière nucléaire nous apportent un éclairage sur ce scénario d’accident.


Retour à la normale est un documentaire d’anticipation qui nous laisse imaginer quelles seraient les conséquences d’un tel drame sur nos vies, et nous questionne sur la civilisation que l’énergie nucléaire est en train de façonner.

Débat sur les risques nucléaires dans le Cotentin animé par le CRILAN

Un partenariat Cinéma Odéon , Associations AGORA et CRILAN.

Un film soutenu par le Réseau Sortir du Nucléaire.

Adhérer à l’association CRILAN pour soutenir ses actions

Ainsi que l’indique la conclusion du rapport d’activité 2020 ( ci joint) , « se sentir proche des idées du CRILAN, être sympathisant ne suffit plus, notre crédibilité passe aussi par notre capacité à recruter des adhérents et à obtenir des dons pour la conduite de nos activités.

Notre association étant dorénavant reconnue d’intérêt général, les choses devraient être plus faciles en donnant de ce fait droit à une réduction d’impôt à hauteur de 66% des dons et cotisations, Nous comptons sur vous ! Il n’est pas trop tard pour adhérer pour l’année 2021 et pour y inviter vos amis afin de mener ensemble la lutte antinucléaire.  Ci-dessous un bulletin d’information et d’adhésion qui vous offre la possibilité exceptionnelle d’acheter nos deux publications avec le port gratuit.

Notre plaquette d’information et d’adhésion 2021

Le Rapport d’activité 2020

EPR Flamanville: le CRILAN demande une expertise indépendante

Photo Crilan

Les membres des CLI ont la faculté de demander à la Commission Locale d’Information à procéder à des expertises indépendantes et des contre-expertises dans son domaine.
Notre objectif consiste à évaluer les différents problèmes apparus au cours de la construction de l’EPR de Flamanville et de leurs implications sur sa sûreté en exploitation.

Lors de la CLI de Flamanville de ce jeudi dont une partie de l’ordre du jour était consacrée à l’EPR, le CRILAN a demandé une expertise indépendante afin d’évaluer les aptitude de l’EPR  à un éventuel démarrage un jour ou jamais. Le Président de la CLI va inscrire ce sujet pour une prochaine réunion de bureau.


Constat et arguments: Au moment où EDF nous présente l’état des réparations en cours et restant à intervenir sur l’EPR, l’exploitant communique déjà, une fois de plus, sur le calendrier du démarrage de l’installation.

Avec l’autorisation de France Bleu Cotentin 19 1121

Nous ne saurions accepter un démarrage en force avec tant de problèmes irrésolus et d’incohérences sans disposer d’une revue contradictoire de l’ensemble des questions qui restent posées du point de vue de la sûreté de ce réacteur.

Globalement, la construction de l’EPR a été le laboratoire d’un nouveau contexte d’instruction technique, où la confiance dans la sincérité, l’exactitude et la complétude des informations fournies par l’exploitant, premier responsable de la sûreté, ne peut plus être accordée comme elle l’était traditionnellement, quelles qu’en soient les raisons.

La construction de l’EPR a fait l’objet de nombreuses malfaçons et de nombreux écarts, depuis l’implantation de ferraillages ou le coulage de voiles béton jusqu’aux écarts sur les piquages du circuit primaire, en passant par les falsifications de dossiers de fabrication au Creusot.

Certaines ont donné lieu à des procédures dérogatoires, comme c’est le cas pour les marges consommées par le défaut de fabrication de la cuve, d’autres à des réparations inédites et incertaines, comme pour les soudures du circuit secondaire couvertes par l’exclusion de rupture.

La progression de l’instruction technique et le retour d’expérience international ont également mis en évidence des problèmes spécifiques parfois non résolus, comme la qualification des soupapes, les vibrations induites par le pressuriseur, voire plus récemment les incertitudes sur la tenue du combustible au vu de la situation à Taishan-1.

Cette liste n’est pas exhaustive. C’est pourquoi il nous semble indispensable, au regard de l’accumulation de ces dysfonctionnements, de disposer d’une revue technique des différents dossiers qui ont émaillé la construction du réacteur, et de leurs conséquences potentielles.

Notre demande: Ainsi, cette revue pourrait porter sur un rappel des implications de chacun de ces dossiers, sur l’analyse de la façon dont ils ont été instruits, sur le caractère conclusif ou non de cette instruction, et sur le caractère satisfaisant ou non de cette conclusion.

Cette démarche permettrait d’identifier les différentes implications de ces constats pour la sûreté, qu’il s’agisse de la consommation des marges de sûreté recherchées à la conception (cas de la cuve), de l’atteinte à la démarche de défense en profondeur (cas des défaillances dans l’application à la fabrication des exigences d’exclusion de rupture), ou encore des incertitudes résiduelles (cas des défauts de réalisation des ouvrages de génie civil ou de fabrication de gros composants), tout en tenant compte de leur éventuel caractère cumulatif.

Alors que les coûts et les délais de ce chantier dérapent toujours plus, que les recours et les plaintes des associations sont tous rejetés, alors que le Rapport Foltz sur l’EPR, le rapport de la Cour des Comptes sur son coût et le discours du ministre de l’Industrie décrivent un échec pour la filière nucléaire, alors enfin que la pression se renforce pour accélérer un démarrage ouvrant la voie à de nouvelles commandes de réacteurs, toutes les conditions d’une mise en service à tout prix de l’EPR sont réunies.

Ce contexte ne peut qu’inspirer l’inquiétude sachant que les conséquences d’un accident seraient catastrophiques pour notre presqu’ile et notre région.

C’est pourquoi le CRILAN demande à la CLI Flamanville de diligenter l’expertise indépendante esquissée ci-dessus, seule démarche susceptible d’éclairer complètement la CLI, par cette revue des différents sujets susceptibles d’affecter la sûreté de l’exploitation de l’EPR, sur l’aptitude de ce réacteur à démarrer un jour ou jamais..

Nouveaux combustibles usés, densification et nouvelles piscines à La Hague: Mayak en Cotentin non merci !

Le CRILAN s’oppose à l’overdose atomique de La Hague !

Ni densification des piscines existantes Ni nouvelle piscine !

Communique de Presse
du 13 novembre 2021

Une enquête publique pour l’autorisation de retraiter de nouveaux combustibles provenant notamment de réacteurs étrangers à l’eau lourde ou MOX est ouverte jusqu’au 17 novembre 2021.

Elle suit de près une autre enquête pour la densification des piscines C D E de la Hague pour d’accroitre de 30 % les capacités d’entreposage de combustibles usés. En appui sur des dossiers aux lignes noircies, celle-ci ne faisait que confirmer des décisions déjà prises.

Ces enquêtes ne visent qu’à conforter la filière inutile du retraitementqui se révèle une impasse technique et financièreavec son cortège de pollutions chimiques et radioactives dans l’air et dans le milieu marin.

Une telle concentration de matières radioactives les plus dangereuses sur un même site est scandaleuse d’autant qu’on nous annonce la construction de deux nouvelles piscines « centralisées » de 6500 tonnes chacune à la Hague. Déjà une concertation sur la première piscine va avoir lieu du 22 novembre 2021 au 18 février 2022.

Le CRILAN s’oppose à l’overdose atomique de La Hague qui passerait par la densification des piscines existantes, la création de nouvelles piscines et le traitement de combustibles hautement dangereux.

Pour ces raisons le CRILAN invite la population à boycotter l’enquête publique en cours et à s’opposer à ces projets dangereux pour notre région et au-delà.

L’usine de La Hague au défi de sa sécurité

Communiqué ACRO, CRILAN, Greenpeace et CREPAN FNE

organisations antinucléaires et critiques

membres de la CLI Orano La Hague

17 octobre 2021

Nous apprenons qu’un mur de 5 kms de long et 5m de hauteur va être construit autour de l’usine Orano pour des raisons de sécurité anti-intrusion. Ce mur ne risque t’il pas d’être perçu comme un repère pour les aéronefs afin de mieux cibler les bâtiments les plus sensibles dont les piscines ?

Ce mur anti-intrusion va coûter quelques dizaines de millions d’euros. On se demande quelles sont les priorités dans l’état actuel des moyens de sûreté et de sécurité ?

On peut lire dans un rapport d’inspection de l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) du 12 octobre 2020 concernant l’INB 117 (Installation Nucléaire de Base), où est situé l’atelier R7 dédié à la vitrification de produits de fission, et suite à la demande inopinée d’exercice d’incendie par l’ASN, qu’ Orano a considéré  « ne pas avoir les moyens nécessaires et prévus pour cet exercice ».

Dans ce même rapport, on peut lire que parmi les moyens d’interventions pour faire face à un incendie, il y a 3 surpresseurs prévus pour le balayage de l’air des locaux. Or ils sont tous les 3 dans le même local, alors qu’ils devraient être dans des locaux séparés sans communication pour éviter une perte simultanée des appareils au cours de l’incendie. La protection de ces surpresseurs n’est pas du tout aux normes.

Cette anomalie a été signalée lors d’un réexamen de sûreté en 2018, et les travaux de remise aux normes sont programmés pour 2026, voir 2027.

On apprend également que le 5 octobre 2021 un incendie s’est déclaré dans cet atelier R7 ; heureusement l’incendie a été maîtrisé rapidement.

Dans les conditions actuelles du matériel prévu contre un incendie, un incident peut basculer très vite en accident.

La situation actuelle est particulièrement préoccupante pour la population.

On peut craindre à la fois l’accident (incendie, entre autres) par défaut de moyens de sûreté, mais aussi le risque d’attentat dorénavant reconnu par les exploitants qui vont construire ce mur d’enceinte au nom de la sécurité.

Michel Fernex nous a quittés

Les obsèques du Pr Michel Fernex ont eu lieu aujourd’hui. C’est l’occasion de rappeler son oeuvre et de souligner les témoignages de reconnaissance qui lui sont adressés. Il est de ceux qui depuis Tchernobyl n’ ont cessé de chercher, comprendre et lutter contre le nucléaire et ses effets néfastes pour l’homme et le milieu.

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’< Ne jamais baisser les bras. Ne jamais accepter l'inacceptable.» Michel et Solange FERNEX La grande famille des anti-nucléaires vous dit merci.’

De Michel Gueritte: Nous avons appris le décès de Michel FERNEX . Né à Genève en 1929 il est décédé à Biederthal (68480) le samedi 2 octobre 2021 à l’âge de 92 ans.

C’était un chercheur de vérité, engagé, il aimait chacun de nous. Son amour de la nature partagé nous a nourris.

C’est un grand Monsieur qui, avec Solange son épouse, a fait un énorme travail pour lutter contre le nucléaire.

Michel et Solange ne sont pas mort, leur œuvre vit ! En pensée avec sa famille et ses amis
À nous, maintenant, de poursuivre cet engagement dont Michel nous a tracé les perspectives. »
Michel Guéritte

Le message de Youri BANDAJEVSKYKiev, le 07/10/2021 A la mémoire de Michel Fernex

J’ai rencontré Solange et Michel Fernex pour la première fois à Gomel en 1999. Ils sont venus me voir dans le bureau du recteur de l’Institut médical d’État de Gomel et voulaient connaître les résultats de nos recherches scientifiques sur les effets des éléments radioactifs incorporés sur l’organisme humain. Je leur en ai parlé et leur ai montré l’énorme collection de fœtus humains atteints de malformations congénitales du département de pathologie. J’ai vu combien ces gens étaient impressionnés par ce qu’ils voyaient. Solange et Michel Fernex en ont alors parlé en Europe. Aurais-je pu deviner alors que notre rencontre allait se poursuivre ? Quelques mois plus tard, j’ai été arrêté, et ces personnes frappaient aux plus hauts bureaux de l’Union européenne, demandant ma libération. Ils ont beaucoup fait pour me libérer afin que je puisse poursuivre mes recherches scientifiques au sujet de l’exposition aux rayonnements. Michel Fernex a contribué à la diffusion des résultats de nos recherches sous la forme de publications dans des revues scientifiques réputées et lors de ses conférences dans différents pays. Je me souviendrai toujours de cela. Lui et moi étions des camarades dans la lutte pour la vie humaine. Merci beaucoup Michel pour ton travail humanitaire. Yury Bandajevski.

L’hommage de Thierry MEYER, Président-fondateur des « Enfants de Tchernobyl » – Directeur de publication du « Dniepr »
Les Enfants de Tchernobyl et de Fukushima sont orphelins. L’émotion est immense, notre ami et membre le Professeur Michel Fernex est décédé ce samedi 2 octobre 2021. Connaissant Solange Fernex, j’avais sollicité son mari Michel en 1996 pour diverses analyses critiques de publications scientifiques sur la catastrophe de Tchernobyl. Ainsi, aux côtés de Bella Belbéoch, de Monique Sené puis d’André Paris, Michel Fernex nous a fait l’honneur de devenir puis de demeurer l’un de nos consultants-experts durant une dizaine d’années. Je l’ai souvent mis à contribution. Il était toujours disponible, prévenant et admirable pour répondre à nos interrogations, même après la fondation en 2001 de l’association homonyme à la nôtre (« Les Enfants de Tchernobyl Bélarus »). Né en 1929 à Genève, Michel Fernex était professeur émérite de la faculté de médecine de Bâle. En 1957, il épouse la Strasbourgeoise Solange de Turckheim avec laquelle il passera douze ans au Sénégal puis en Tanzanie, exerçant sa spécialité, la médecine tropicale. Il sera d’ailleurs membre du comité directeur de recherche pour les maladies tropicales à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Après le retour du couple à Biederthal, dans le Jura alsacien, son épouse Solange (décédée en 2006) deviendra l’une des figures de proue du mouvement écologiste naissant en Alsace et en France. Passionné dès l’enfance par la nature sauvage, ses rencontres avec Robert Hainard, sculpteur naturaliste et philosophe, et Paul Géroudet, ornithologue, l’aideront pour la connaissance et la protection de la Nature. Il fonde le Comité des sciences de la nature à Mulhouse, puis avec son épouse, ils travailleront à travers différentes associations pour sensibiliser le public au respect de la nature : lâcher du hibou grand-duc et du lynx en Alsace, création du Conservatoire des sites alsaciens avec Alsace Nature, création du Centre d’initiation à la nature et l’environnement de la Porte d’Alsace à Altenach, puis de la Petite Camargue Alsacienne. Il a aussi porté avec succès la campagne de vaccination des renards contre la rage, en alternative à leur destruction aveugle. Naturaliste reconnu, notamment en matière d’ornithologie, Michel Fernex a présidé pendant trente ans le « Comité des sciences de la nature » de la Société industrielle de Mulhouse (SIM). Présent et actif dans de nombreuses associations alsaciennes, il a été administrateur d’ « Alsace Nature » entre les années 1970 et 2000, apportant ses connaissances, son regard critique et ses visions innovantes. Michel et Solange s’intéressent tous deux également au nucléaire, et militent pour le désarmement. Ils s’engagent avec « l’association des Médecins pour une responsabilité sociale » (« Physicians for Social Responsibility») et l’association « Médecins pour la prévention de la guerre nucléaire » (« IPPNW ») pour tenter d’arrêter les essais atomiques soviétiques et américains, au détriment des populations locales. Le Kazakhstan met fin à ses essais, mais ceux du Nevada continuent… Solange, adepte de la non-violence et de la désobéissance civile, inspirée par Gandhi et Lanza del Vasto, entame en 1983, un jeûne de 38 jours pour réclamer la suppression des missiles atomiques à moyenne portée implantés en face à face le long de la frontière des deux Allemagnes. Elle est également directrice de la section française de la « Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté ». Michel sera toujours à ses côtés. Après l’accident de Tchernobyl, Michel et Solange se rapprochent des scientifiques biélorusses, dont Vassily Nesterenko et Yury Bandazhevsky, qui travaillent sur le territoire biélorusse fortement touché par les retombées radioactives de l’explosion du réacteur nucléaire.Les participations de Michel Fernex aux conférences de l’AIEA (Agence Internationale de l’Enegie Atomique) en 1991 et ne en 1996 l’ont fait fortement réagir. Il dénonce la liaison entre l’OMS et l’AIEA en 1959, sous les termes d’un accord qui “stipule que les programmes de recherches de l’OMS doivent au préalable faire l’objet d’une concertation, afin que ces études ne débouchent pas sur des résultats qui risqueraient de nuire à l’AIEA” alors que l’objectif de l’AIEA est “d’accélerer et d’accroître la contribution de l’énergie atomique pour la paix, la santé et la prospérité dans le monde entier”. Il regrette la liberté de l’OMS qui, en 1956, avait publié un rapport d’experts (dont le prix Nobel J.M.Muller) mettant en garde et affirmant que “la santé des générations futures est menacée par le développement croissant de l’industrie atomique et des sources de rayonnements”.En 1995, il participe à un congrès sur les conséquences de Tchernobyl, Hiroshima et Nagasaki. Les actes ne sont pas publiés. Pourquoi s’interroge-t-il ?. Son enquête commence au sein de l’OMS. Finalement, un ancien directeur général de l’agence de santé lui confiera que c’est l’AIEA qui a bloqué la publication, grâce à l’accord WHA 12-40 qui lie les deux institutions. Un accord inacceptable d’après lui, puisque l’OMS a pour but la santé publique dans le monde, et l’AIEA le développement du nucléaire civil.Michel s’appuie aussi sur les travaux de Vassili Nesterenko et de ses collègues concernant les retombées de césium 137 et de strontium 90, qui prennent “le relais pour altérer les fonctions des organes, coeur, rein, système nerveux et immunitaire, ainsi que le bagage génétique de toutes les cellules”. Il approuve les travaux du professeur Bandajevsky sur l’accumulation du Césium 137 chez les enfants et dans le placenta chez les femmes enceintes. L’institut biélorusse de protection radiologique Belrad confirme cette accumulation de radioactivité chez un grand nombre d’enfants (de 200 à 400 Bq/kg), contamination pouvant aller jusqu’à plus de 2000 Bq/kg. Cette accumulation de radioactivité est de plus non uniforme : elle se situerait au niveau du coeur, des glandes à sécrétion interne et au niveau du système immunitaire. Les maladies correspondant à ces radiations seraient donc la cardiomyopathie, des troubles hormonaux et des maladies auto-immunes et allergiques.Il note enfin les effets mutagènes et tératogènes de Tchernobyl, c’est à dire qu’il attribue l’origine de l’augmentation des malformations congénitales à des modifications génétiques en rapport avec la toxicité des radionucléides et leurs rayonnements.Il estime que les zones contaminées sont beaucoup plus étendues que ce que suggère l’AIEA : c’est pour cela qu’il juge que suite à un accident, ce n’est pas dans un rayon de 5, ni de 50 km qu’il faudrait distribuer immédiatement de l’iode, mais plutôt dans un rayon de 500 km.En 2001, avec Solange et le physicien biélorusse Vassili Nesterenko, il est l’un des membres fondateurs de l’association « Enfants Tchernobyl Belarus », qu’il présidera par la suite. Spécialiste des effets de la radioactivité sur la santé, il n’aura de cesse d’alerter l’opinion publique et les institutions sur les conséquences des accidents nucléaires, notamment l’influence du césium 137 sur diverses pathologies.Il a animé la campagne pour l’indépendance de l’OMS (Independent WHO) par rapport à l’Agence internationale de l’énergie atomique.En 2012, à 83 ans, il reprendra son bâton de pèlerin, se rendant à Fukushima à la rencontre des populations touchées par l’accident nucléaire, déplorant alors que « les leçons de Tchernobyl [eurent été] ignorées ».

Antinucléaire de la première heure convaincu, il a contribué à la force de ce mouvement en Alsace, et aura pu constater la fermeture de la centrale de Fessenheim de son vivant.Juste avant son décès le 11 septembre 2006, Solange avait demandé à mon équipe de bien vouloir assurer l’intérim de la gestion comptable et administrative des « Enfants de Tchernobyl Bélarus » dont elle avait la charge car, me disait-elle « si Michel est un brillant scientifique avec énormément de qualités humaines, il ne sera pas capable de s’occuper de la trésorerie et de la gestion des fichiers des membres et donateurs… ».Je me rappelle de notre dernière rencontre lors d’une fête organisée en Alsace (Geispolsheim) avec plusieurs dizaines de gamins ukrainiens originaires des villages contaminés et de leurs familles d’accueil françaises. Il avait de la bienveillance et un sourire à offrir à chacun, tout en profitant de la présence de la presse pour marteler le scandale que constitue le déni de la catastrophe sanitaire.À tous points de vue, scientifique, écologique, militant et humain, Michel aura, à travers un engagement éclectique et constant, profondément marqué toutes celles et ceux qui ont eu la chance, le bonheur et l’honneur de croiser sa route et celle de Solange. Aujourd’hui tous les Enfants de Tchernobyl et de Fukushima sont orphelins. En leurs noms, j’adresse nos sincères condoléances à ses enfants et sa famille.

L’Hommage du Réseau SORTIR DU NUCLEAIRE

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwjq4emiqbvzAhWiz4UKHYyfDlQQFnoECAUQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.sortirdunucleaire.org%2Fspip.php%3Fpage%3Dspipdf%26spipdf%3Dspipdf_article%26id_article%3D57258%26nom_fichier%3DReseau-Sortir-du-nucleaire_article57258&usg=AOvVaw1XRFiOA88pldlaJZSAc1or

L’hommage du CRILAN https://www.facebook.com/113882287016480/posts/396847895386583/

J’ai rencontré Michel Fernex en 2012 à Genève lors du premier colloque “Independent WHO”   en 2012. Aux lendemains de l’accident de Fukushima , ce colloque fut l’occasion de rencontrer celles et ceux qui ont oeuvré près de populations de Tchernobyl. une occasion exceptionnelle de m’informer et de comprendre les conséquences de la radioactivité. C’est à cette occasion que je l’ai écouté sa brillante intervention ci dessous . André JACQUES

Scientifiques indépendants et mouvement citoyen au "Forum sur la  Radioprotection" - IndependentWHO - Santé et Nucléaire
Source Independent Who

Voir : http://independentwho.org/fr/documents-divers/

Source: lesenfantsdetchernobyl

Pour aller plus loin:

Le Professeur Michel Fernex s’est battu pour l’indépendance de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS – WHO en anglais) face à l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AEIA) dans le dossier des conséquences sanitaires des catastrophes nucléaires.

Alors qu’il était pourtant un ancien membre du comité directeur sur les maladies tropicales au sein de l’Organisation mondiale de la Santé, il n’hésitait pas à manifester devant le siège de l’OMS à Genève.

En 1996, Solange et Michel Fernex participèrent à la réalisation, à la publication, au financement et à la diffusion du premier ouvrage collectif sur les conséquences sur l’environnement, la santé et les droits de la personne de la catastrophe de Tchernobyl.

https://www.lesenfantsdetchernobyl.fr/…/Cardiomyopathie…

Cet ouvrage de référence fut traduit dans de nombreuses langues.

Fort de sa double nationalité franco-suisse, le Professeur Michel Fernex et son épouse Solange avaient remis en mains propres ce livre aux délégations internationales présentes lors de la réunion annuelle des Nations Unies qui s’était déroulée au siège de l’ONU en 1996 à New York.

Selon Michel Fernex, …, à propos de l’appréciation des conséquences de Tchernobyl et Fukushima : « Pour fournir des chiffres, il faut faire des travaux et l’OMS n’en a pas fait. L’OMS ne peut que répéter les chiffres que lui donne l’AIEA. »

“Dès 2003, le Professeur Michel Fernex avait utilisé toutes ses compétences, son énergie et ses relations pour faire publier dans une revue scientifique médicale internationale (Cardinale), les premiers résultats du couple de scientifiques Yuri et Galina Bandazevsky sur une possible corrélation entre une charge corporelle au césium 137 et des problèmes cardiaques:, une pathologie intitulée “la cardiomyopathie du césium 137”.

Il avait accordé un entretien à Michel Gueritte  sur le cumul des faibles doses Conférence Tcherno23 du 23 avril 2016. (22 minutes). Lire de 1.12.45 à 1.34.50. Michel déclare notamment à 1.30.00 : “Les faibles doses répétées dans la durée sont plus cancérigènes que les doses élevées de courte durée”.

Il a également accordé un Interview à Kolin Kobayashi:

Rappel: Independent WHO – Santé et Nucléaire » est un collectif créé en 2006, qui n’a cesse de réclamer la révision de l’accord de 1959 entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS, en anglais WHO) et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Cet accord lie les deux organisations concernant leurs programmes de travail et leurs publications.

Exposition web : Les paroles des enfants de Fukushima

Mise à jour du 10 octobre 2022

Le vécu de l’accident nucléaire de Fukushima Japon , les paroles des enfants a été écrit fin 2011 par Akiko Ida, ethnologue de l’enfance et de la santé. L’écrit qui relève d’un travail universitaire a été publié en 2012 . Le CRILAN va éditer le livret d’Akiko Ida illustré par Misato Yugi qui a dessiné sur la situation des enfants de Fukushima.

En contact avec Akiko Ida et Misato Yugi , le CRILAN s’est proposé de traduire les thèmes principaux de l’ouvrage en tableaux d’exposition afin de “toucher à notre sensibilité et à notre intelligence” selon l’expression d’Akiko Ida. Les panneaux ont été conçus et mis en page par un groupe de 5 personnes : Marie-Françoise, Monique, Marie-Cécile, Guy et André.

Malgré le travail accompli, il n’a pas été possible de présenter cette exposition au moment du 10 ème anniversaire de la catastrophe de Fukushima en raison du COVID. .

L’exposition a vocation a être présentée dans des lieux publics , lycées et collèges du Cotentin afin d’offrir un message pluriel sur les risques liés à un accident nucléaire et de mettre en avant les paroles des enfants.

A coté des expositions en salles, le CRILAN présente l’exposition virtuelle sur le site de l’association.

Merci pour votre intérêt et également pour vos observations et suggestions sur le Livre d’Or des commentaires en bas de page.

L’interview d’Akiko par Marie Cécile lors du vernissage de l’exposition à Cherbourg Tourlaville.

Cherbourg: mobilisation autour d’un nouveau départ de Mox pour le Japon

Appel des associations Greenpeace, CRILAN, CREPAN-FNE, ACRO

Communiqué de presse du 6 septembre 2021

Orano prépare pour demain mardi un nouveau transport maritime de combustible MOX destiné aux réacteurs N° 3 et N°4 de la centrale nucléaire de Takahama au Japon.

Ce combustible MOX est composé d’un mélange d’uranium et de plutonium hautement radioactif extrait des combustibles usés.

Rappelons-nous, le réacteur 3 de Fukushima qui a explosé en 2011 contenait du MOX..

En soutien aux japonais qui s’opposent au redémarrage des réacteurs nucléaires et au déversement des eaux radioactives de Fukushima dans l’océan, les associations antinucléaires et critiques ci-dessus appellent à une mobilisation de protestation dans l’attente du passage du convoi :

Mardi 7 septembre à partir de 20 Heures au rond-point de la Pyrotechnie à Tourlaville.

Nucléaire en questions: La Grande Marche 2021 s’élance de la Hague vers Paris

La Grande Marche s’élance de La Hague vers  Paris du 24  juillet au  25 Aout; le CRILAN est partenaire de certaines des étapes .

http://lagrandemarche.org/

Il est possible de s’inscrire aux étapes  de la Marche .

Des conférences seront organisées chaque soir à 18 H 30 selon le programme joint.

En ce qui concerne le CRILAN nous interviendrons en duo: 

Lundi 26 juillet – Salle des fêtes – Biville 

Faut-il mettre un terme au fiasco de l’EPR ? André Jacques – CRILAN

Pourquoi un seul PPI pour tout le Cotentin? Patrick Lafon – CRILAN

Mercredi 28 juillet – Salle des fêtes – Quettetot 

Sécurité et sûreté : Les instances nous protègent-elles suffisamment ? Yannick Rousselet – Greenpeace

Peut-on prédire un accident nucléaire ? Monique Dupuis – CRILAN

A Biville et à Formigny nous présenterons l’exposition « Le vécu de l’accident nucléaire de Fukushima : les paroles des enfants «  

Celle-ci sera visible à la MJC Chantereyne Rue de l’Abbaye en Aout dès la reprise des activités. (Flyer joint , dates non actualisées)

Consultation du public sur l’autorisation d’exploiter l’EPR: De qui se moque t on ?

Communiqué ACRO, CRILAN, Greenpeace, CREPAN FNE et EELV

organisations antinucléaires et critiques, membres de la CLI de Flamanville

8 juillet 2021

Consultation du public sur l’autorisation d’exploiter l’EPR : De qui se moque t on ?

En plein été, du 8 au 22 juillet et après un taux d’abstention historique aux élections, le Ministère de la transition écologique mène une consultation du public sur son site internet afin de pouvoir autoriser EDF à démarrer l’EPR, reconnu comme un fiasco industriel et financier.

Alors que tant de questions de fond pèsent sur la réparation des soudures sur le circuit secondaire principal, sur les 3 piquages sur ce même circuit, sur les soupapes, sur les vibrations à proximité des générateurs de vapeur, on veut nous faire croire que cette installation pourrait démarrer.

De qui se moque-t-on ? Du grand public certes, mais aussi de la CLI de Flamanville (Commission locale d’information) à qui un état des lieux sur l’EPR est promis pour septembre prochain.

Sur la forme cette consultation est une mascarade de démocratie puisque la date choisie est immédiate et ciblée en période estivale. On voudrait dissuader les citoyens d’y participer que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Raison de plus pour se saisir de cette consultation pour dire ce que l’on pense tant de la forme que du fond de cette opération. 
Celle-ci ne vise qu’à accréditer l’idée que cet EPR pourrait démarrer « quoi qu’il en coûte » après avoir été chargé de son combustible ; celui-là même qui n’a pas vraiment fait ses preuves dans les EPR en Chine.

Lien internet vers la consultation :

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/consultation-du-public-sur-l-autorisation-d-a2428.html

Action Tricastin de 2020: soutien aux 34 militants de Greenpeace, les lanceurs d’alerte nous protègent.

Ce mardi 29 juin à 9h00, 34 activistes de Greenpeace France comparaissent devant le tribunal correctionnel de Valence suite à une intrusion sur le site de la centrale du Tricastin dans la Drôme. Ils et elles avaient entamé son démantèlement symbolique en février 2020 dans le cadre d’une action de désobéissance civile non-violente afin de dénoncer les risques liés au vieillissement du parc nucléaire français.

« L’action avait  pour but d’alerter l’opinion publique sur les nombreux problèmes techniques du Tricastin. Trop vieille et trop dangereuse, cette centrale présente de nombreuses failles qui justifient sa mise à l’arrêt et son démantèlement. »

Aujourd’hui l’État nucléaire  et le  lobby nucléaire aveuglés par leur fuite en avant  sont  plus prompts à vouloir faire embastiller les militants pacifiques qu’à prendre en compte les risques qu’ils révèlent quotidiennement.

Le CRILAN apporte son soutien aux militants de Greenpeace véritables  lanceurs d’alerte sur les risques des installations nucléaires.

Le rappel des faits:

Chaque semaine ou presque, de nouveaux scandales écologiques, politiques ou sanitaires émergent. Derrière eux, des personnes qui lancent l’alerte courageusement : exposer la vérité se fait souvent au prix de sévères représailles. La loi doit mieux protéger les lanceurs et les lanceuses d’alerte, dans notre intérêt à tous et toutes !

L’invitation de Greenpeace à soutenir les lanceurs d’alerte

« Chaque semaine ou presque, de nouveaux scandales écologiques, politiques ou sanitaires émergent. Derrière eux, des personnes qui lancent l’alerte courageusement : exposer la vérité se fait souvent au prix de sévères représailles. La loi doit mieux protéger les lanceurs et les lanceuses d’alerte, dans notre intérêt à tous et toutes ! »

https://www.greenpeace.fr/lanceuses-et-lanceurs-dalerte-protegeons-les/

LA PETITION de la Maison des Lanceurs d’Alerte en ligne

LES PROPOSITIONS

POUR SIGNER

Le site Facebook  de la Maison des Lanceurs d’Alerte

https://www.facebook.com/mlalerte/

LE COTENTIN CONCERNE PAR LES EVENEMENTS DE l’EPR DE CHINE

Communiqué ACRO, CRILAN, Greenpeace, CREPAN FNE et EELV

organisations antinucléaires et critiques, membres de la CLI de Flamanville

18  juin 2021

LE COTENTIN CONCERNE PAR LES EVENEMENTS DE l’EPR DE CHINE

Cherbourg – Le 18 juin 2021- Alors que le dernier convoi de livraison de combustible nucléaire a été livré à Flamanville cette semaine, le lundi 14 juin la chaîne américaine CNN révélait un incident sur un EPR de la centrale nucléaire de Taïshan en Chine. Des mots effrayants, comme « menace radiologique imminente » ont été prononcés, déclenchant une vague de commentaires et d’inquiétudes à travers le monde. Si les événements en cours sur le site chinois, dans l’état actuel de nos informations, semblent se limiter à des ruptures de gaines de crayons combustibles (environ 5 selon les autorités chinois) ayant amené à une contamination du circuit primaire, la question des rejets « contrôlés « au seuil relevé pour la circonstance restent à préciser.

Les exploitants asiatiques ont décidé de laisser le réacteur fonctionner, à priori, jusqu’à l’arrêt programmé en février 2022, ouvrant la voie a l’augmentation permanente de la radioactivité de l’eau du circuit primaire et l’augmentation des gaz dans les cuves de rétention avant rejets.  Les taux de contamination relevés dans le circuit auraient amené EDF dans un pareil cas à arrêter le réacteur depuis longtemps.

Si cet incident semble avoir des conséquences limitées, ces ruptures de gaines pourraient amener à un mauvais refroidissement et à un accident beaucoup plus grave.

« Ce qu’il faut faire maintenant, c’est étudier et comprendre le phénomène qui a pu générer ces ruptures dans un réacteur neuf » a déclaré le porte-parole de nos organisations, « Les leçons doivent être tirée pour Flamanville, Hinckley-Point et Olkiluoto » at-il ajouté.

Rappelons que ce réacteur est exploité à 30% par EDF et que le combustible a été fabriqué à Romans-Sur-Isère par Framatome comme pour celui de l’EPR de Flamanville.

Il est impératif d’analyser les faits :  soit il s’agit d’un problème de qualité des assemblages combustibles, soit encore d’un corps migrant dans le réacteur ayant provoqué des dégâts soit plus grave encore d’un problème de conception de l’EPR.
Très récemment, lors de son audition au Sénat, le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk a déclaré : « en Chine, un certain nombre d’anomalies a été relevé sur la distribution de la puissance dans le cœur, appelant des investigations et donc une vigilance particulière de la part d’EDF »

Ne serait-ce pas la cause des défaillances ? 

Pour les organisations signataires, l’EPR de Flamanville ne doit pas charger son combustible qui est le même que celui de Taïshan. Des études doivent être menées afin de mieux comprendre les événements qui se déboulent en Chine et doivent être présentées en réunion de la CLI de Flamanville, celle-ci étant placée sous la responsabilité du Conseil Départemental.

voir aussi:

https://www.sortirdunucleaire.org/Chine-Taishan-Un-reacteur-EPR-rejette-des-gaz

Exposition CRILAN à la MJC de Cherbourg: Le vécu de l’accident nucléaire de Fukushima, les paroles des enfants

L’accident nucléaire qui s’est déroulé à Fukushima au Japon en mars 2011 fut indéniablement un «événement » majeur de l’ année 2011.

10 ans après, catastrophe le CRILAN a voulu marquer l’anniversaire de cette catastrophe.

Cette exposition est le fruit d’un groupe de travail du CRILAN pendant le confinement en appui sur les travaux universitaires de Madame Akiko IDA, ethnologue de l’enfance et de la famille. Illustrée par Madame Misato YUGI, cette exposition traduit en 12 panneaux le vécu et les interrogations des enfants de cette région suite à cet accident nucléaire majeur.

MJC Cherbourg, 20 Rue de l’Abbaye jusqu’au 23 juillet 2021
9h-12h et 14h-18h ven 14h-16h

« Toucher à notre sensibilité et notre intelligence », tel est l’objectif de cette exposition centrée sur les enfants japonais, acteurs à part entière de l’évènement.

Au fil de leurs propos apparaissent le passé et Hiroshima, le présent et l’incertitude, le futur et ses inconnues ; le soupçon et la peur vis-à-vis de ce que disent et taisent les autorités, ce qu’elles prescrivent et interdisent.

L’événement ne crée pas seulement une rupture dans l’ordinaire des choses, il vient aussi modifier un ensemble de pratiques auparavant banales: les imperméables et parapluies deviennent ainsi des outils prophylactiques pour se protéger de gouttes qui pourraient charrier bien autre chose que de l’eau.

Qu’en est-il de l’expérience vécue dans un monde où ce que l’on mange, ce que l’on respire, ce que l’on entend est sujet au doute et synonyme de danger?

Les gestes du quotidien, les exils du territoire de la catastrophe ; les rapports entre le rural et l’urbain ; l’avenir compromis ; le rapport à l’État et ses dirigeants ayant failli à la préservation de ce bien collectif qu’est la santé: tout cela et tant d’autres choses sont mis à l’épreuve.

10 ans après l’évènement, l’exposition interpelle notre addiction à l’énergie nucléaire et la place que nous laissons à nos enfants.

Pour acc