Le Sevmorput cargo à propulsion nucléaire et en avarie est passé en Manche vers Saint-Pétersbourg

Ecrit le 23 déc, modifié le 25 déc

Le dernier navire marchand à propulsion nucléaire encore en activité, le Sevmorput a cinnu une importante avarie ,Il s’agit d’un cargo russe dont le moteur principal est un réacteur nucléaire de 135 mégawatts. Il devait livrer une cargaison sur une base scientifique en antarctique.

Après un périple hasardeux au large de l’Afrique ou aucun port n’a voulu le recevoir, le cargo est en route vers Saint-Pétersbourg. le 23 décembre, Il est entré en mer de la Manche après avoir passé au large de la Bretagne.

Il a perdu deux pales de sa seule hélice . C’est pourquoi sa vitesse est réduite de moitié. Pour rappel, l’hélice et l’arbre porte-hélice du navire ont été remplacés dans un chantier naval de Saint-Pétersbourg il y a quelques mois.

http://7seizh.info/2020/12/21/cargo-nucleaire-pour-robin-des-bois-le-sevmorput-devient-savemorput/#

http://7seizh.info/2020/12/15/un-navire-atomique-en-avarie-se-dirige-vers-la-bretagne/

Robin des bois souligne que l’Union européenne “est dans l’incapacité d’imposer et de coordonner un plan d’accompagnement ou de remorquage du navire tout au long de son périple retour. Les deux réponses de la Commission européenne à Robin des Bois montrent que les difficultés techniques auxquelles le Sevmorput est confronté sont banalisées . L’Union européenne se contente d’un rôle d’observateur.”

Au matin du 23 décembre ” les trois seuls endroits refuge pour le Sevmorput en cas de difficultés supplémentaires seraient la rade de Brest, la rade de Cherbourg ou la baie de Seine.”

Robin des Bois persiste à recommander l’option préventive d’un remorquage, préférable à l’option d’une intervention en situation d’urgence.

Le plan ORSEC maritime que le préfet de l’Atlantique évoque dans sa réponse à Robin des Bois comporte un volet NUCMAR.

Depuis le 23 décembre au matin et jusqu’a son passage vers la Mer du Nord, le Servmoput est accompagné de trois remorqueurs successifs selon Seiz Infos et la Presse de la Manche

L’Abeille Bourbon remorqueur de haute mer affrété par la marine nationale pour couvrir le golfe de Gascogne et le large de la Bretagne.

Le Polarstern  navire de recherches du gouvernement allemand, capable de faire des prélèvements et des analyses en mer de résidus chimiques ou radioactifs. Tiens tiens , on s’inquiète chez nos amis allemands….

L’abeille Liberté qui est en poste à Cherbourg a accompagné le navire de la pointe Bretagne à la baie de Seine avant que ne relais soit pris par un autre remoqueur accompagnant dans traffic de 250 navires par jours, l’Abeille Languedoc

Pour suivre le navire qui se trouve au large des PAYS BAS ce 25 décembre

https://www.vesselfinder.com/fr/?imo=8729810

Le cadre européen est lacunaire:

“Aucun dispositif coordonné entre les pays de l’Union Européenne n’est prévu pour parer à l’éventuelle dérive de cette centrale nucléaire flottante et pour désigner un éventuel port refuge. En cas de collision ou d’échouage provoqué par sa manœuvrabilité amputée, les pays riverains se perdront dans un vide technique et juridique. La Convention de Bruxelles relative à la responsabilité des exploitants de navires nucléaires signée en 1962 n’est jamais entrée en vigueur, faute d’un nombre suffisant de ratifications. Cependant, en France le Code des transports a fixé le montant de la responsabilité de l’armateur d’un navire nucléaire au maximum à 76 millions d’euros, une somme dérisoire au regard des dommages qui résulteraient d’un accident de mer du Sevmorput.”

Dans un article 18 décembre sur son blog Michèle Rivasi députée européenne déclare qu’avec ses collègues députés européens:

“Pas de pollution radioactive pour Noël”

Nous sommes alarmés par le fait qu’il n’existe pas de dispositif coordonné entre les pays de l’Union européenne, ni d’institution internationale pour faire face à la dérive possible de cette centrale nucléaire flottante. Aucune protestation officielle n’a été formulée à propos de ce porte-conteneurs à propulsion nucléaire endommagé dont le naufrage, l’incendie ou la collision avec un iceberg provoquerait une catastrophe sans précédent et démontrerait la myopie de la communauté internationale.

En tant que députés européens, nous demandons à la Commission européenne de coordonner avec les autorités russes, l’Organisation maritime internationale (IMO) et l‘Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour gérer que toute l’aide technique et logistique nécessaire pour empêcher la dérive de ce porte-conteneurs à propulsion nucléaire soit assurée.

Une décision doit être soigneusement étudiée et coordonnée afin de désigner un port de refuge sûr doit être rapidement choisi. Nous appelons à mettre à l’ordre du jour international la fin des navires à propulsion nucléaire dans nos mers”.

l’article de Michèle Rivasi

EELV Bretagne et Normandie- Cotentin sont les seules organisations à avoir réagi à cet évenement qui aurait pu transformer nos côtes en un Erika atomique …

Merci à Robin des bois:

https://robindesbois.org/

au site breton Seiz info :

http://7seizh.info/

et à l’association morglaz

WWW.MORGLAZ.ORG

pour leur vigilance..

Le communiqué EELV Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.