Arrivée du couvercle défectueux de la cuve de l’EPR

Parti de Châlons-sur-Saône, le 8 février, le lourd convoi transportant le couvercle jugé défectueux de la cuve de l’EPR et son  impressionnante escorte policière  devaient arriver à Flamanville le vendredi 12 entre 12 et 14 heuresC’était sans compter sur la détermination de Greenpeace qui entendait dénoncer l’absurdité de cette politique du fait accompli ; treize de ses militants, trompant la vigilance policière ont réussi à s’enchaîner aux essieux du camion, sur un parking, au sud de Caen, entraînant un retard de plus de six heures au convoi.

Celui-ci arrivait finalement à la nuit tombée vers 20H30 à Dielette, où l’attendaient une trentaine de militants.

L’actualité de ces derniers jours montre une fois encore l’incohérence de l’Etat en matière de sécurité nucléaire :

  • Les Préfectures renouvellent en ce moment des pilules d’iode aux habitants dans un périmètre restreint autour des centrales nucléaires pour saturer les thyroïdes en cas d’accident ou d’attentat.
  • En même temps, par décret du 3 janvier 2016, l’Etat permet qu’EDF ne respecte pas les normes de sécurité en vigueur depuis 2005, mais également celles de 1974 : Ainsi EDF amène -t- elle à travers la France , le couvercle de la cuve du réacteur EPR  de Flamanville dont les aciers défectueux , fragilisés par un excès de carbone,  accentuent les risques .

Questions : 
1° Ne vaut-il pas mieux prévenir l’accident , empêcher qu’il ne survienne, que d’intervenir après coup pour essayer d’en minimiser les  conséquences ?

2° L’insécurité n’est-elle pas entretenue par l’Etat nucléaire lui-même ?

3° Où en est donc l’indépendance de l’Autorité de Sûreté Nucléaire soumise aux pressions incessantes des Grands corps de l’Etat?

Pitoyable : C‘est le moment choisi par quelques « leaders » de l’écologie politique pour rentrer dans ce Gouvernement. Un comble !

Le combat continue. Le CRILAN était  présent à Dielette à l’arrivée du convoi.  Avec la Coordination Antinucléaire Ouest, il appelle plus que jamais à se rassembler les 1er et 2 octobre 2016 contre les risques inhérents au démarrage du réacteur EPR et à la prolongation de la durée de vie des réacteurs anciens.

Seuls les combats qu’on ne mène pas engendrent les échecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *