A PROPOS DES DECHETS DITS  « HISTORIQUES » SOUS L’EPR de FLAMANVILLE

COMMUNIQUE (21/08/17)

Des déchets datant des années 80, provenant de l’après construction et du début d’exploitation des réacteurs 1&2 de Flamanville, dont des centaines de combinaisons légèrement contaminées au cobalt 60, ont été découverts, début août 2017, lors de la construction d’un parking destiné aux travailleurs de l’EPR…

Ce stockage de déchets par les exploitants du nucléaire ne devrait pas vraiment nous étonner : n’ a-t-on pas vu par le passé des terres contaminées sous une école maternelle dans la Région parisienne, ou utiliser des résidus contaminés dans les soubassements des routes et même dans un stade comme à Gueugnon ? Et en Cotentin-même, des tôles contaminées sur une décharge en bordure de Valognes ? Et Ici, maintenant, des déchets de l’industrie nucléaire et autres dans une décharge, au nord des marais du Cotentin, drainés par la rivière … « le Merderet ».

Plus ça change et moins ça change…

Ce n’est pas la première fois que le CRILAN s’est inquiété de la création et de l’extension de décharges dans cette zone.

A la fin des années 70, nous nous étions opposés avec succès au projet de stockage de déchets ménagers et industriels dans une carrière inondée à Fresville. Il était envisagé d’y déposer des déchets d’amiante en provenance d’une usine de Condé-sur-Noireau. Une partie de ceux-ci avait déjà été mise de nuit à la décharge de la Feuillie, près de Lessay.

Dans les années 80, la décharge dite du HAM a eu l’autorisation de recevoir, malgré notre opposition, sans succès cette fois-ci , des déchets dits « inertes » d’amiante.

Maintenant, nous apprenons qu’il y a sur le site même de Flamanville et possiblement au HAM des déchets dits de très faible activité radioactive, dont l’entrée est contrôlée par l’exploitant.
Il n’est pas tolérable qu’en démocratie, on soit juge et partie prenante.
Ce qui nous inquiète le plus, en l’état, c’est l’entreposage des tenues même légèrement contaminées au cobalt 60. Celui-ci, très toxique, a une période de plus de 5 ans et perd la totalité de sa radioactivité en 50 ans. Même si l’apport séparé de ces tenues restait d’une contamination éventuellement modérée, son accumulation répétée dans le temps peut induire des conséquences nuisibles à l’environnement et à la vie humaine.

Il est nécessaire d’interrompre une gestion secrète des déchets nucléaires parce qu’on ne sait qu’en faire.

L’impasse de la gestion des déchets nucléaires …

Il est plus difficile aujourd’hui de cacher les choses mais le scénario officiel de classement des types de déchets nucléaires et leur gestion ne correspondent pas à la réalité.

1° Pas de solution effective au stockage des déchets dits de haute activité à vie longue si ce n’est leur doublement en attente à la Hague.

2° Saturation des sites de stockage des déchets de faible et moyenne activité.

3° Pas de site autre que temporaire pour la gestion des déchets issus du démantèlement.

4° Tentative de réintégration de déchets dits de très faible activité dans des aciers et des bétons…

5° Abandon de mines d’uranium à l’air libre en Bretagne et dans le Massif Central et utilisation des trous laissés par les mines souterraines pour des stockage non avoués de déchets en provenance de l’armement nucléaire …

La meilleure solution reste … de ne pas en produire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *