Flamanville: Les réacteurs nucléaires ne sont pas à l’abri des atteintes extérieures

Le cargo “Kini KERSTEN”, une nuit de Saint Sylvestre, sans doute très festive, s’était planté, le 1er janvier 1987, dans les dunes du ROZEL… à 3km du site nucléaire de Flamanville.
Plus tard, Il est arrivé que des militants pacifiques y pénètrent et même qu’un objet volant non identifié le survole…

Et maintenant, voilà qu’une barge de dragage chargée de ses milliers de litres de fuel vient de chavirer le 5 octobre, à l’entrée du port de Diélette (Flamanvile), voisin de moins de 2 km. Utilisée pour désensabler l’entrée du bassin de tranquillisation des eaux de mer nécessaires au refroidissement des réacteurs, elle s’était mise à l’abri du mauvais temps dans le port. Que serait-il advenu si cela s’était produit dans le bassin de tranquillisation?
Les risques étaient si peu envisagés que des élus locaux avaient même pensé à pouvoir utiliser ce bassin pour des activités portuaires, sans suites données par EDF… Ces derniers événements devraient rappeler au pouvoir nucléaire et aux élus et autres “autruchiens” qui  se cachent la tête dans le sable que cette industrie n’est pas à l’abri de pollutions et risques venus de l’extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *