Exercice de crise nucléaire autour de Flamanville les 13 et 14 décembre 2022

Cotentin: la prévention du risque nucléaire est largement perfectible.

Communiqué de presse

Sortir du Nucléaire

Membre de la CLI de Flamanville, (Commission locale d’information), le CRILAN observe avec satisfaction l’initiative annoncée par la préfecture d’un exercice nucléaire autour de la Centrale nucléaire de Flamanville dans le cadre du Plan Particulier d’Intervention.

Afin de permettre au Cotentin de faire face aux risques nucléaires, des mesures préventives restent néanmoins à développer :

  • En communiquant sur les PPI (plans particuliers d’intervention) des sites nucléaires de Flamanville, La Hague et Arsenal ; et en garantissant la distribution préventive de pastilles d’iode.
  • En créant un PPI unique élargi à tout le Cotentin afin que chaque personne, chaque enfant puisse disposer de pastilles d’iode ; que chaque commune puisse disposer d’un PCS (plan communal de sauvegarde) et d’un PPMS (plan de mise en sécurité des enfants des écoles) incluant le risque nucléaire.
  • En actualisant et en communiquant sur le Livre Blanc sur les installations nucléaires civiles du Cotentin dont les travaux sont toujours en chantier à la suite de plus de 20 réunions de travail.
  • En engageant une expertise indépendante sur l’EPR de Flamanville avant son démarrage afin de s’assurer qu’il peut fonctionner en conformité avec les règles de sureté nucléaire en garantissant la sécurité de tous.
    Les conséquences d’un accident nucléaire à l’EPR sont inimaginables.  Tout doit donc être fait pour éviter un « FukushiManche » et un effet domino entre les installations nucléaires de la presqu’ile du Cotentin qui est promise à une overdose atomique avec l’accroissement des déchets nucléaires. Selon l’IRSN[1] des recherches concluaient en 2018 à des coûts très élevés : 50 à 240 milliards d’euros pour un accident « maîtrisé », à plus de 430 milliards d’euros pour un accident «non maîtrisé».

    Hélas le Bureau de la CLI Flamanville et le Conseil Départemental refusent illégalement l’expertise indépendante demandée par le CRILAN. Une contribution financière de l’Etat via l’ASN serait pourtant possible pour cette expertise indépendante mais à condition de la demander.  Son coût serait donc bien relatif au regard des 19 milliards de l’EPR, du coût d’un accident nucléaire et de ses conséquences sur nos vies.

[1] https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_Audition-AN-commission-enquete-surete-securite_20180222.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.