JUSTICE D’ETAT …ET SENS DES MOTS

COMMUNIQUE (07/04/2018)

 

Le CRILAN et « Notre Affaire à tous » (1) avaient déposé une requête au CONSEIL D’ETAT demandant l’annulation du décret du 23 mars 2017, portant à 13 ans le délai de construction du réacteur EPR de Flamanville, et ce, sans procédure nouvelle.
Par jugement du 28 mars 2018, les requêtes des 2 associations ont été rejetées. Elles  sont condamnées à verser chacune à EDF une somme de 2000 euros au titre des frais d’avocat de cette dernière.
 
La loi exigeait pourtant que lors de modifications substantielles d’un projet de cette nature, les procédures d’autorisation ( Débat public, enquête publique,…) soient recommencées, en cas de nouveau décret.

Le Conseil d’Etat a considéré  que n’étaient substantielles, notamment, ni les modifications de la conduite de rejets, ni l’abandon prévu à l’origine du combustible MOX au plutonium au profit de l’uranium enrichi, ni la validation d’une cuve aux fond et couvercle fragilisés par des aciers aux excès de carbone, non conformes aux lois et règlements en vigueur quant à la sécurité des installations. 
« Il n’est pas impossible que ces anomalies ne soient surmontées au cours des trois prochaines années » (2)  a estimé pour sa part le rapporteur public, lors de l’audience du 8 mars. Argument imparable et qui laisse sans voix…
 
Ainsi le Conseil d’Etat s’appuie-t-il sur des nouvelles définitions, « légales », pour modifier le vocabulaire commun. Le Monde du nucléaire nous avait déjà habitué au sien, en rebaptisant les conteneurs de déchets en colis, des cadeaux en quelque sorte pour l’immédiat  et les nombreux siècles à venir, et l’accident majeur, en « excursion nucléaire »: le grand voyage.
Grand héritier Napoléonien, il vous l’affirme : Dangerosité potentielle ou avérée du couvercle du  réacteur EPR , prototype relevant déjà d’un archaïque passé,   qui ne fonctionne toujours pas en dépit d’une addition de dépenses qui s’accroît honteusement : à dégager et SILENCE ! Gardons-foi en l’ASN!… Réjouissons-nous! l’EPR finira bien par fonctionner un jour : 
C’est la fable de l’Etat , de l’argent , de l’atome et  du juge!
Didier ANGER ( Pour le CRILAN)
1 « Notre affaire à tous »https://notreaffaireatous.org
2 Ouest-France- site internet 8/4/2018, modifié le 12 mars

Retour sur la venue de Naoto Kan dans le Cotentin

Menu
Accueil à Cherbourg-en-Cotentin
Visite autour du CNPE de Flamanville
Dépôt de fleurs à la stèle « Aux irradiés inconnus »
Conférence de presse
Soirée projection du film et conférence-débat
Visite autour du CSM et de l’usine Orano

English article about the event on www.csmonitor.com

Le CRILAN et le Can-Ouest ont accueilli à la gare de Cherbourg-en-Cotentin jeudi 15 mars Naoto Kan, premier ministre du Japon au moment de la catastrophe de Fukushima.

Naoto Kan est arrivé accompagné de Tamiyoshi Tachibana, producteur exécutif du film « Le couvercle du soleil »,  d’un collaborateur, de 2 interprètes et de Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne.

La délégation a été accueillie par le président du CRILAN, les porte-parole du CAN-Ouest (Collectif Anti-Nucléaire Ouest) et des militants locaux.

Le début de l’après-midi a d’abord été consacré à une visite autour du site EDF de Flamanville. Depuis la plage du « Platé », il a pu apercevoir les cheminées des 2 réacteurs les plus anciens et la coupole du couvercle de l’EPR, aux essais en inactif . L’historique de la lutte anti-nucléaire autour de Flamanville et la Hague lui a été commentée.


Retour menu

La visite s’est poursuivie par un dépôt de fleurs à la stèle de Diélette-Flamanville « Aux irradiés inconnus » (quelquefois nommée « Aux irradiés connus et inconnus, d’ici et d’ailleurs »).

Le convoi s’est dirigé vers la porte du chantier de l’EPR, a contourné le site vers le sud, en longeant clôtures et chevaux de frise, pour s’arrêter en bordure de falaise, sur le cap, au sémaphore, où il a pu s’imprégner du magnifique paysage de la côte du Cotentin, depuis le nez de Jobourg jusqu’au cap de Carteret, en passant par celui du Rozel.

(premier plan: CNPE Flamanville, second plan: usine Orano de la Hague)

Retour menu

L’après-midi s’est poursuivi par une conférence de presse.

Retour menu

En soirée étaient organisées la projection du film « Le couvercle du soleil » (retraçant la tragédie vécue par les équipes gouvernementales japonaises impuissantes et paralysées dans leur capacité à agir face à un accident nucléaire majeur) et la conférence-débat de Naoto Kan expliquant l’impossibilité pour des gouvernants de gérer un accident nucléaire majeur, les scénarios de gestion d’accident n’étant jamais réellement adaptés, et la nécessité de sortir du nucléaire.

« Tous les accidents qui se sont produits jusqu’ici ont été dûs à des erreurs humaines. Quelque soit le niveau de sûreté de l’installation, les erreurs humaines ne sont absolument pas exclues. Il est toujours possible de faire des erreurs. La question n’est pas de savoir si un accident peut se produire. La question est de savoir quelle est l’ampleur de l’accident qui peut se produire. »

« Au Japon, la moitié de la population a failli se voir privée de son lieu de vie »

« Il faut supprimer la cause de ce risque »

(Le film diffusé pendant la soirée « Le couvercle du soleil » a été financé par Tamiyoshi Tachibana sans objectif lucratif. Les droits pour la France sont gérés par une association avec un objectif de diffusion associative pendant au moins 1 an. N’hésitez pas à contacter le CRILAN pour obtenir les informations de contact pour organiser une projection.)

Trop peu d’élus locaux, régionaux et nationaux étaient malheureusement présents lors de cette soirée pour venir saluer Naoto Kan et écouter son message.

Retour menu

La matinée du vendredi 16 mars a été consacrée à une visite extérieure du site de retraitement-extraction de plutonium d’ORANO (Ex-AREVA)
et du centre de stockage Manche (CSM-ANDRA), commentée par André Guillemette, Didier Anger et des militants présents.
Pour Naoto Kan, le site d’usine de retraitement-extraction de plutonium de Rokkasho-Mura, construite au Japon, par COGEMA-AREVA- et maintenant ORANO, qui a déjà plus de …20 ans de retard (Durabilité de l’EPR battue!) ne doit pas être mise en marche industrielle : « Le plutonium est trop dangereux pour l’avenir non seulement du Japon mais aussi pour l’ensemble de la planète. »

Cascade de la Ste Hélène,un des lieux de prélèvement de l’ACRO

Le CRILAN et la CAN-Ouest remercient l’ensemble des bénévoles (pour les tracts, pour l’organisation, pour la conférence-débat) ayant permis de faire de cet évènement un succès.
Retour menu

Flamanville jeudi 15 mars : Naoto Kan, premier ministre du Japon au moment de la catastrophe de Fukushima, témoignera.

COMMUNIQUE (16/02/2018)

 

Le CRILAN et le Can-Ouest accueilleront jeudi 15 mars Naoto Kan, premier ministre du Japon au moment de la catastrophe de Fukushima qui a débuté il y a 7 ans. Il nous dira sa profonde aspiration à un monde libéré du nucléaire, et cela à proximité du chantier de Flamanville où les nucléocrates s’acharnent à vouloir mettre le nouveau réacteur EPR en service malgré une cuve qu’ils ont reconnue non conforme, pour laquelle désormais, la rupture ne peut être exclue et par conséquent la catastrophe.

Naoto Kan s’adressera à 20 h au public dans la salle du Rafiot à Flamanville. Puis suivra la projection du film « le couvercle du soleil » qui retrace l’indicible tragédie vécue par les équipes gouvernementales impuissantes et paralysées dans leur capacité à agir. Or cette catastrophe risque d’arriver sous le quinquennat du président Macron et du gouvernement Philippe. Nous les avons mis en garde dans notre lettre adressée le 5 janvier 2018 s’ils accordent la dérogation pour la cuve défectueuse .

Nous attendons toujours une réponse suite à nos deux courriers du 30 septembre 2017 et du 5 janvier 2018 adressés au président et à ses ministres.

Refusons d’être acculés à être les réfugiés du nucléaire et les prochains migrants, soyons nombreux jeudi 15 mars à 20 h à la conférence de Naoto KAN à la salle du Rafiot à Flamanville et continuons à exiger l’arrêt du nucléaire, énergie de destruction massive.

AfficheNaoto

Le CRILAN se félicite de la suspension du projet FAB entre Menuel et la Grande Bretagne.

Le projet F.A.B du passage d’une ligne THT de 320 000 volts en provenance de la centrale nucléaire de Flamanville, de Menuel jusqu’à Exceter ( Devon) en passant en souterrain de Menuel à Siouville et en sous marin de Siouville à Exceter est suspendu, officiellement à cause du Brexit.
Cette ligne devait être opérationnelle à partir de 2022/2023. L’enquête publique avait été conduite, du 19/12/2016 au 27/01/2017.
Rappelons que le CRILAN avait manifesté son opposition à ce projet depuis plus de 2 ans:
  • au cours des réunions tenues par le Réseau de Transport d’électricité (RTE alors,  aujourd’hui ENEDIS)  et notamment en Préfecture de la Manche
  • par un rassemblement devant les grilles de cette denière
  • par la distribution de tracts devant les mairies concernées, lors de la présentation officielle et publique de ce projet
  • sur le registre d’enquête publique en mairie de Siouville. 
Nous avions même eu le soutien d‘un responsable CGT du comité d’entreprise de RTE. 
Nous dénoncions le fait qu’il s’agissait d’exporter la surproduction électrique nucléaire due à la volonté à tout prix et à tous risques de mettre en marche l’EPR de Flamanville, malgré sa cuve défectueuse et non vraiment  d’importer de l’énergie  renouvelable. 
Aussi, nous félicitons-nous de cette suspension du projet FAB, que nous espérons un premier pas vers un abandon définitif. Il s’agit, pour nous, de relier un tel abandon à celui de la mise en marche de l’EPR dont le couvercle et le fond ne respectent pas les lois et réglementations, dérogation permise par le Premier Ministre Valls le 30/12/2015, au mépris de l’environnement, de la sécurité  des travailleurs et des populations.
Notre communiqué du 09/01/2015: